3 magasins Jardiland cédés à Truffaut

terre mains jardin Bordeaux Business

3 magasins Jardiland cédés à Truffaut

En août dernier, l’Autorité de la Concurrence avait autorisé le rachat de Jardiland par InVivo, sous certaines restrictions. La cession, initiée en novembre 2017, permettait ainsi au groupe coopératif agricole de consolider de manière impériale sa position dans le secteur de l’animalerie et de la jardinerie. Outre Gamm Vert, une autre chaîne d’enseignes de jardinage présente en France, qui représente 1,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017, et le groupe Delbard, pour 250 millions d’euros, c’est Jardiland et ses 750 millions d’euros de chiffre d’affaires qui rentraient dans le giron du groupe coopératif, à travers son pôle distribution InVivo Retail.
Dans sa décision du 24 août 2018, l’Autorité de la Concurrence, cette autorité administrative indépendante qui doit lutter contre toute pratique anticoncurrentielle sur le marché national, avait donc assorti la prise de contrôle exclusif de Jardiland par InVivo Retail de garanties de concurrence dans 11 territoires. Le groupe s’était alors engagé à céder ses 11 points de vente. C’est chose faite pour 3 d’entre eux depuis le 1er mars 2019, puisque trois magasins Jardiland ont été cédés à son concurrent Truffaut. Cette cession de trois magasins de la part de l’enseigne couvre une évolution symptomatique du marché de la jardinerie.

 

Plantes et fleurs Bordeaux Business

 

Une cession pour éviter une position anticoncurrentielle

Le rachat de Jardiland par InVivo Retail posait en effet, selon l’Autorité de la Concurrence, certains risques de rupture de la concurrence dans plusieurs zones du marché national. Ainsi, les sites de Chartres, Clamecy, Cosne-sur-Loire, Limoges, Poitiers, Montélimar, Point-de-Beauvoisin, Roanne-Malby, Saint-Dizier, Sevrey et Vendôme, où la situation concurrentielle était assurée par l’implantation de Gamm Vert et de Jardiland, ont été signalées comme des zones à risque par l’autorité administrative indépendante.
Pour remédier à cette situation, InVivo a proposé la cession de 5 points de vente Jardiland, et la résiliation de ses contrats de franchises dans 6 autres points de vente (concernant les enseignes de Jardiland, Gamm Vert ou Delbard). C’est dans ce cadre que la coopérative agricole a annoncé le 1er mars dernier que trois de ses magasins étaient cédés à Truffaut, dans les villes de Limoges, Poitiers et Montélimar. Ils ont dès lors ouvert sous leur nouvelle enseigne.

 

Une concentration des magasins, symptôme du marché de la jardinerie

Si la décision de l’Autorité de la Concurrence a pour objectif de faire respecter le principe de concurrence pour protéger les consommateurs d’une position monopolistique qui nuirait à leur pouvoir d’achat, le rachat par InVivo Retail de Jardiland en septembre dernier est loin d’être anodin. Il marque un mouvement de fond du secteur du jardinage et de l’animalerie, celui de la concentration des enseignes au sein de quelques grands groupes. L’objectif de pouvoir peser à l’échelle du marché européen a d’ailleurs été clairement indiqué par le Directeur Général de InVivo Retail Guillaume Darrasse. Si le mouvement de la dernière décennie a plutôt été celui de l’absorption des jardineries indépendantes par les grands réseaux organisés, qui ont pu se consolider sur le marché, du fait de leur notoriété et de leur situation financière suffisamment saine pour se permettre d’investir, ce changement de propriétaire signe le passage à une vitesse supérieure. En effet, l’objectif d’InVivo Retail est bien de s’affirmer comme un acteur européen en rachetant une enseigne de poids. Le marché de la jardinerie représentait en 2017 près de 3 milliards d’euros, avec une croissance de 1,7%. Surfant sur la mise au vert écologique de nombreux particuliers, ce marché est dynamique dans le secteur des plantes. Il l’est nettement moins dans celui de l’animalerie, où le e-commerce prend une place de plus en plus prépondérante (8% en 2017). En fait, ce rachat par InVivo signe surtout la morosité des ventes en magasins spécialisées, car la vente en ligne absorbe la majorité de la croissance du secteur. A la stratégie de fusion opérée par InVivo Retail, répond le choix de la franchise par Truffaut, tandis que d’autres chaînes de petites jardineries indépendantes de proximité comme Kiriel et Point Vert ont noué un partenariat d’achat.

 

Espace vente sapin Bordeaux business

 

Symptôme de l’évolution du marché de la jardinerie, le rachat de Jardiland par InVivo et les péripéties qui s’en sont suivies ne doivent pas masquer la stratégie de diversification du pôle InVivo Retail. Le groupe coopératif a également investi le domaine de l’alimentation en rachetant l’enseigne Bio&Co, qui s’ajoute à l’enseigne Frais d’Ici. Un groupe à suivre, notamment dans la région Nouvelle Aquitaine, où les évolutions pourraient se faire ressentir très prochainement, dans une région dynamique qui compte actuellement vingt-et-un magasins Jardiland dans l’ensemble des douze départements qui la compose.

 

BORDEAUX Business

 

Sources :

Rachat de Jardiland par InVivo Retail

LSA Conso – Rachat de Jardiland par In Vivo Retail – 12 septembre 2018

Autorité de la Concurrence – Décision relative à la prise de contrôle des enseignes Jardiland par In vivo Retail – 24 août 2018

Marché de la jardinerie

LSA Conso – Le marché des jardineries en hausse – 2 février 2018

LSA Conso – Delbard gagne de nouveaux franchisés – 5 janvier 2017

Franchise Magazine – Le marché de la Jardinerie en pleine consolidation – 8 mars 2018

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X