Aérien Français avion vol compagnie

Aérien français : Les petites compagnies en manque de soutien

Parmi les secteurs les plus touchés par la COVID-19, le secteur aérien français est en difficulté. Entre un premier confinement qui interrompait déjà en mars 2020 toute activité aérienne commerciale, avec un impact ressenti durant l’été… Les compagnies aériennes et le secteur dans son intégralité font maintenant face à un second confinement. Une période où les voyages sont habituellement nombreux. En effet, à l’approche des fêtes de fin d’année, de nombreuses familles se retrouvent. Certaines se déplacent en avion, si elles vivent éloignées. Compte tenu de la situation, marquée par le confinement, et les mesures sanitaires strictes qui empêchent les réunions de famille… Il s’agit d’un second coup dur pour le secteur aérien français. 

Un programme de vols frileux, l’aérien français réclame plus de soutien 

Pour les petites compagnies aériennes, la situation est plus que délicate. D’une part, cette situation se définit par l’incompréhension. Des aides générales sont accessibles à la plupart des secteurs d’activité… Et d’autre part, des aides spécifiques au secteur aérien ne sont proposées que pour Air France, compagnie aérienne nationale, associée au leader Néerlandais KLM. Une aide promise à la suite de l’épisode de mars 2020 à hauteur de 7 milliards d’euros de la part de la France, et de 2 à 4 milliards d’euros par les Pays-Bas pour KLM. Cependant, aucun soutien n’est annoncé en faveur des autres compagnies aériennes françaises. Une situation surprenante, quand on voit le nombre de compagnies dans l’aérien français. Parmi ces compagnies, French Bee fait partie des acteurs du low cost qui assure des vols long-courrier. Des vols entre la France et Saint-Denis de la Réunion, San Francisco, Papeete et prochainement New-York. 

Toutefois, cette compagnie comme les autres du secteur aérien français est menacée par les conséquences de la COVID-19 sur l’affluence dans les aéroports et les reports et annulations de voyages. En effet, le Gouvernement recommandait déjà dès mars 2020 de limiter les voyages, notamment vers l’international afin d’éviter la propagation du virus. Et cela impacte non seulement les compagnies aériennes, mais aussi le personnel aéroportuaire. Ainsi, au sein des avions, la capacité des vols est déjà réduite et les mesures sanitaires encore plus strictes. Et en conséquence, le manque de demande creuse la trésorerie de ces groupes. Ainsi, les compagnies de l’aérien français demandent plus de soutien pour passer cette période inconfortable. Pour les aider, l’UNCAF demande ainsi à ce que six mesures pour le maintien de l’emploi puisse s’appliquer au secteur aérien.  

Avion au sol tarmac aéroport
Suite à l’annonce d’un nouveau confinement, nombre de compagnies aériennes laissent les avions au sol.

Des mesures importantes pour soutenir l’emploi dans l’aérien

La première mesure permettrait aux compagnies de pouvoir refaire leur trésorerie plus solidement. Elles demandent notamment à ce que le remboursement du Prêt Garanti par l’État s’échelonne de 5 à 15 ans. Compte tenu du manque d’activité et de la situation délicate dans laquelle se trouvent de nombreuses compagnies aériennes… Cette aide serait un coussin de sécurité conséquent. En ce qui concerne l’emploi, les dirigeants souhaitent également voir le maintien de l’Activité partielle. Un maintien au taux de 84 % du salaire net, jusqu’au 31 décembre 2021. Pour l’heure, cette aide ne court que jusqu’au 31 décembre 2020. En complément, les compagnies demandent un accès à l‘APLD (Activité Partielle Longue Durée) avec une activité des salariés à hauteur de 20%. 

La demande concerne également l’exonération des charges sociales et patronales sur les compléments de salaire jusqu’au 31 décembre 2021. L’UNCAF propose également une aide directe de 800 000 euros pour toute entreprise qui génère un chiffre d’affaires de moins de 50 millions d’euros. Cela, à condition que les entreprises ait vu une chute de leur CA de plus de 60% au 31 décembre 2020. Enfin, pour contrebalancer avec les difficultés de 2020, l’UNCAF voudrait rendre l’année 2021 blanche de charges et taxes sur le transport aérien. Le secteur aérien français retient son souffle, et tente de faire face autant que possible à l’année 2020, une année très difficile pour le tourisme, entre autres. 

Sources : 

Communiqué de Presse – L’UNCAF demande à l’Etat un plan de soutien aux petites compagnies aériennes Françaises – 3 novembre 2020

Voyager en Avion – Compagnies aériennes françaises

European Commission – Aides d’État. La Commission autorise un projet français d’octroi d’un soutien de trésorerie urgent de 7 milliards € à Air France – 4 mai 2020

Plus d'articles
Machines Industrielles Sécurité BORDEAUX Business
L’enjeu de la sécurité sanitaire dans l’industrie de la viande
X