Akewatu : la marketplace qui surfe sur la vague de la consommation responsable

Akewatu sports de glisse bordeaux business

Akewatu : la marketplace qui surfe sur la vague de la consommation responsable

Akewatu, c’est l’initiative de Nicolas, Julien et Franck, amoureux des sports de glisse. Leur ambition ? Créer une plateforme communautaire sur laquelle les passionnés pourront s’informer, partager et s’équiper au mieux pour leurs escapades sportives. Plus qu’un simple site internet, la start-up implantée au Cap-Ferret est aussi une démarche responsable qui cherche à proposer du matériel professionnel qualitatif, à des prix justes. Un projet ambitieux dans une société où le modèle économique tend à la surconsommation.

 

Des débuts prometteurs

 

En août dernier, la jeune entreprise rassemblait déjà onze salariés et trois stagiaires, sans compter les trois fondateurs. Des données très encourageantes qui mettent l’accent sur le dynamisme de la structure et sur sa croissance prometteuse. A l’heure actuelle, la plateforme qui met en relation vendeurs et acheteurs, professionnels et particuliers compte 40 000 membres. Une communauté active unie par la même passion : les sports de glisse.

Le succès d’Akewatu s’explique par son réseau grandissant. En effet, la marque possède plus de 200 partenariats avec des magasins de surf, de snowboard ou encore de ski. Répartis dans toute la France, ces professionnels procèdent systématiquement à une vérification poussée des planches avant expédition. Par ailleurs, les annonces mises en ligne sont modérées quotidiennement par les équipes de la start-up. Parmi les produits disponibles sur le site internet de la marque, on trouve des planches de surf, des skis, des snowboards, des kites ou encore des VTT. Depuis sa création en 2016, le site a réussi à écouler pas moins de 1300 planches. Des chiffres encourageants qui portent à croire que la plateforme a encore de beaux jours devant elle.

De plus, les fondateurs de la start-up sont parvenus à lever 1 million d’euros auprès de business angels privés représentés par Didier Kuhn,, Marc de Beffort, Henrique Fernandes, et Stéphane Enten. Une somme considérable qui leur permettra entre autres de s’implanter sur le marché anglais, mais aussi de créer une application et de diversifier leur catalogue. L’ambition du patron d’Akewatu, Julien Martel, serait à terme de conquérir les marchés européens, avec l’objectif de devenir l’un des plus grands réseaux de surf et de shapers. Un projet très ambitieux qui lancerait la start-up à la conquête de l’Europe en un temps record.

 

Une plateforme qui invite à la consommation responsable

 

Si Akewatu signifie « prochaine session » en langue Maori, ce n’est pas un hasard. En effet, les fondateurs de la marque sont tous trois très attachés aux valeurs de la culture polynésienne. Pour eux, il ne faut pas penser Akewatu comme étant un simple « e-shop », mais plutôt comme une plateforme de partage qui favorise l’échange et la mise en commun d’informations. La démarche vise aussi à inciter à une consommation responsable, à travers la vente de produits neufs, mais également d’occasion. Ainsi, les passionnés de sports de glisse ont la possibilité de recycler leur matériel via la plateforme, et de lui offrir plusieurs vies.

À travers l’onglet « Journal de board » disponible sur le site internet, Akewatu s’improvise relayeur de contenus. De cette manière, la plateforme publie quotidiennement des tutoriels et des conseils rédigés par les professionnels du secteur. Ceci afin d’instaurer une dynamique de partage et d’échange.

À l’image de certaines enseignes comme La Camif, le réseau Envie ou encore Maison du Monde, Akewatu s’est mobilisé contre le phénomène Black Friday en proposant à ses 50 000 membres de sortir surfer ou skier le 23 novembre dernier. Les employés de la plateforme avaient d’ailleurs montré l’exemple en se donnant rendez-vous sur la plage du Cap Ferret pour une session surf.  L’objectif de cette action ? Lutter contre la surconsommation et sensibiliser la communauté à un mode de vie plus respectueux des problématiques environnementales.

 

 

La Nouvelle-Aquitaine : une destination de choix pour les passionnés de glisse

 

La Nouvelle-Aquitaine s’avère être une région très appréciée des passionnés de sports de glisse et de sensations fortes. Elue 1ère région européenne et 3ème pôle mondial de l’industrie de la glisse dès 2014, la région semble attirer les sportifs de la France entière. On pourrait expliquer cet engouement pour le Sud-Ouest par la pluralité de ses paysages. En effet, le territoire a de nombreux atouts dont sa proximité avec l’océan et les massifs skiables des Pyrénées. Des éléments qui favorisent la croissance économique du secteur.

C’est également un domaine porteur d’emploi en Nouvelle-Aquitaine. C’est en tout cas ce que démontre l’association EuroSIMA, qui s’attache à fédérer les entreprises « boardsports », c’est-à-dire de surf, de snowboard et de skate. Dans son étude portée sur le surf, EuroSIMA dénombre 400 entreprises et plus de 3500 emplois créés dans la région. Des chiffres encourageants quand on sait que le secteur génère 1,7 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

 

Avec un marché en plein essor, le secteur des sports de glisse en Nouvelle-Aquitaine semble prometteur. Un phénomène qui pourrait susciter de nombreuses initiatives responsables, à l’image de la plateforme Akewatu.

 

Orancie BUREAU – BORDEAUX BUSINESS

 

Sources :

 

CP Akewatu

Akewatu.fr

Usine Digitale.fr

LePoint.fr

 

 

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X