Apiterra, une ruche qui agite votre entreprise

Apiterra, une ruche qui agite votre entreprise

Depuis quelques années, les personnes salariées en recherche de sens éco-citoyen mais également les entrepreneurs en quête de performance durable font le choix de développer, sur leur lieu de travail qui propose des espaces disponibles en plein air, une démarche apicole. Le 12 juin dernier, Bordeaux Business s’est rendu au Centre Commercial de Mériadeck, 57 rue du Château d’eau afin de rencontrer Madame Eléonore Baloud, directrice de centre et Monsieur Ronan de Kervénoaël, fondateur de Apiterra. Apiterra propose à des entreprises d’installer des ruches dans leurs locaux idéalement sur les toits. Cette démarche qui peut de prime abord paraître surprenante, surtout en ville, relève en réalité de deux objectifs. Le premier est de lutter contre cette espèce en voie de disparition qui nous est pourtant essentielle: les abeilles. Le second est de construire un projet RSE cohérent pour les entreprises.

 

 

L’apiculture urbaine au secours des abeilles

 

La démarche apicole des entreprises est un exemple de synergies qui peut se transmettre au grand public notamment concernant la pénurie de ruches: en effet, 4 millions de ruches serait nécessaire sur le territoire national qui en comporte aujourd’hui qu’1 300 000. Les abeilles sont essentielles à la survie de notre écosystème et contribuent, par le biais de la pollinisation, à hauteur de 30% de notre alimentation. Pourtant, à l’échelle mondiale, 30% des abeilles meurent chaque année du fait des pesticides, des frelons asiatiques ou bien de l’agriculture extensive notamment. Le rapport de force est déjà impulsé puisque la Chine doit désormais polliniser ses arbres fruités à la main, faute d’abeilles. Pour autant, aucune solution n’a été trouvée pour pallier à cette disparition. Loin des idées reçues, l’apiculture urbaine pourrait apparaître comme l’une des solutions à la sauvegarde des abeilles. En effet, la ville détient le potentiel de faire vivre les abeilles et cela pour plusieurs raisons. En effet, en ville les jardins publics ne contiennent pas de produits phytosanitaires, la température est plus élevée et la diversité de fleurs y est plus grande qu’à la campagne, malgré la concentration de particules fines qui n’affecte pas la santé des abeilles.

C’est en avril 2010 que Ronan de Kervénoaël a débuté la folle aventure de Apiterra partant de ce constat et avec la ferme attention de faire connaître l’abeille dans le monde urbain.  Après une carrière effectuée dans l’agroalimentaire et l’industrie du tabac, Ronan de Kervénoaël a décidé de s’orienter vers une activité qui “a du sens”. Constituée désormais d’une équipe de 11 salariés et d’apiculteurs en CDI,  Apiterra est implantée sur tout le territoire national, en Belgique et au Luxembourg et travaille actuellement pour 300 clients. Dans la région bordelaise, Apiterra a installé des ruches à la galerie des Grands Hommes depuis 2017 et est également présente sur le site AXA à Mérignac.

Le partenariat entre Apiterra et le Centre commercial de Mériadeck s’inscrit dans cette logique éco-citoyenne avec l’installation de trois ruches. Le Centre Commercial de Mériadeck est en copropriété avec l’enseigne Auchan mais également avec Wereldhave, une foncière néerlandaise. Tous deux s’engagent depuis plusieurs années dans d’autres initiatives environnementales telles que le développement d’un potager, né de l’initiative d’employés et qui est désormais entretenu par les enfants de l’Union Saint Bruno. Le bâtiment réalise également des économies d’énergie et traite les déchets en respectant la biodiversité. Ces activités lui ont valu la certification internationale BREEAM. Les critères de labellisation sont ceux d’une évaluation des performances environnementales sur le bâtiment et la gestion du bâtiment, qui viennent donner une cohérence à un projet RSE.

 

 

Les abeilles, un outil RSE hors du commun

 

L’apiculture urbaine permet pour de nombreuses entreprises et administrations de valoriser leur démarche RSE. C’est le cas notamment d’organisations telles que L’Oréal, Accor Hotels, Nestlé, le Ministère de la Justice ou encore Clarins. Que soit le secteur privé ou public, des organisations prestigieuses n’hésitent pas à investir dans la RSE afin de faire des économies d’énergie, motiver ses collaborateurs, innover et être en phase avec l’image de marque développée. INRA d’Avignon s’est ainsi associé à Apiterra, afin de faire avancer l’unité de recherche abeille, ainsi que les compétences apicoles de tout le secteur.

Alors que la Responsabilité Sociale des Entreprises est de plus en plus un outil pour communiquer, se différencier et être transparent, la démarche apicole n’est pas affectée par des aspects de “greenwashing”. En effet, la crainte principale du fondateur de Apiterra était que cette initiative ne soit finalement qu’un effet de mode pour les entreprises clientes. Néanmoins, ses craintes se sont vites dissipées dans la mesure où depuis son lancement en avril 2010, 97% des organisations qui ont fait appel à Apiterra sont toujours clientes.

Ces prestataires RSE tel que Apiterra fonctionnent selon un modèle économique bien précis. Dans le cas d’Apiterra, aucune défiscalisation ne s’applique, les entreprises reçoivent une prestation des services annuelle, solution clé en main.  Les abeilles sont assurées, déclarées et suivies selon un cahier sanitaire bien précis, qui est le même sur tout le territoire national.

L’intérêt de faire appel à un prestataire qui est engagé dans une démarche éco-citoyenne pour votre organisation est qu’au-delà de l’impact environnementale l’objectif est de toucher l’entreprise toute entière et à travers elle, les salariés et leur entourage afin d’établir un effet de levier puissant. Ainsi, lors du Family day, qui est la journée de la famille en entreprise, Apiterra organise des ateliers pour les enfants de formation à l’apiculture. De quoi ravir petits et grands entrepreneurs.

 

 

Évoquer la démarche apicole en entreprise amène à réfléchir sur des problématiques connexes telles que la contrebande de miel. En effet, la production de miel en France équivaut  à 10 000 tonnes par an. Pour satisfaire la demande nationale, il faudrait en produire près de 40 000 tonnes. Alors que la filière apicole Aquitaine abrite près de 76 000 ruches, cette consommation mondiale en forte augmentation provoque une exportation sauvage qui n’est pas du tout adaptée au rythme naturel des abeilles. Une abeille ouvrière produit 7 grammes de miel au cours de sa vie. Or parmi le miel importé figure des produits frauduleux qui ne respectent pas des normes sanitaires établies. Ainsi l’absence de miel met en lumière l’absence d’abeilles. C’est de ce constat que de nombreuses entreprises et prestataires de RSE  ont décidé de former un partenariat et donner sens à leur activité commerciale et apporter leur pierre à l’édifice social et environnemental.

 

Justine ANGIBAUD – BORDEAUX Business

 

Sources:

 

Bordeaux Business, “les abeilles Dosmia volent au secours des agriculteurs, 2018

https://www.bordeaux.business/les-abeilles-dosmia-volent-au-secours-des-agriculteurs/

https://www.gironde.fr/sites/default/files/2018-01/RDR%202017-planches.pdf

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X