APONE concept boutique ephemere vetements

APONE entre consommation raisonnée et créativité

Dernière mise à jour:

APONE voit le jour en février 2019 sous l’impulsion de deux bordelaises passionnées de prêt-à-porter.

La crise de la COVID 19 a impacté toute l’industrie textile. En effet, les deux confinements successifs ont impliqué la fermeture des magasins et commerces non-essentiel. Le prêt-à-porter fait parti des commerces dits « non essentiel ». Ainsi les consommateurs n’ont pas acheté de vêtements en magasin. Au delà de mettre en difficulté l’économie, la crise à mis en lumière un phénomène. Les consommateurs se sont notamment demandé si il n’était pas grand temps de consommer mieux et plus durable.

Dans cette période instable ils sont en recherche de sens. Ils n’ont plus vraiment confiance en la société. Le phénomène ne date pas d’aujourd’hui mais si avant il était une idée aujourd’hui il se confirme. Par exemple ils se sont notamment penché vers la seconde main et l’application Vinted. Pour ces derniers, c’est une façon de donner du sens a ses achats tout en faisant des économies. La mode prend le tournant du durable et de l’éthique. En ce sens le concept de Pauline Buffet et Charlotte Desclaux s’inscrit dans cette idée d’une mode meilleure en marge du concept des magasins de prêt-à-porter actuels.

Pauline Buffet et Charlotte Desclaux se sont en effet rencontrées dans ce même univers professionnel. Dans leur aventure entrepreneuriale elles ont une volonté commune. Elles veulent notamment fonder une entreprise à taille humaine a contre sens des grandes boutiques de prêt à porter. De plus, elle souhaitait developper le concept de la marque ainsi que sa gestion. Pauline & Charlotte ont choisi Bordeaux. La métropole se montre comme étant la ville idéale. Effectivement c’est une ville qui vit au rythme de projets innovants. La création de lieux nouveaux est importante. C’est un point positif pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec APONE

Pauline et Charlotte ont constaté qu’elle se se retrouvait plus dans l’offre du marché. Dès lors, elles ont décidé de créer leur vision de la boutique de mode. Elle doit être conviviale, unique, durable. Le projet de vente éphémère est né, il réponde notamment aux nouvelles tendances marketing.

APONE, un concept à forte valeur ajoutée

Le concept se destine principalement à une cible de 25-50 ans. Les deux entrepreneures ont décidé de miser sur une vision innovante. Il s’agit de l’exclusivité. De la confection au moyen de distribution, les deux bordelaises ont pensé au moindre détail. Concernant la confection, chaque collection est produite en édition limitée. Les vêtements se confectionnent à la main, dans un atelier en Inde qui respecte les conditions de travail de Pankaj, le chef d’atelier et son équipe. Pauline et Charlotte s’y rendent régulièrement pour choisir les tissus, dans ce pays aux inspirations multiples et intemporelles.

Les deux amies, dessinent elles-mêmes les nouveaux modèles. La collection ne comporte qu’une vingtaine de pièces. Cette collection limitée offre une flexibilité de réajustement et de retouche si besoin sur une pièce. Afin de créer un effet “communauté”, les clients s’inscrivent sur le site internet APONE. En suivant, Pauline & Charlotte les contactent par sms pour leur faire parvenir le lieu de vente bordelais, resté jusqu’alors secret. La collection est ensuite vendue en avant-première une semaine par mois dans des lieux éphémères bordelais. Pour chaque évènement l’adresse n’est dévoilée que la veille de la vente. L’objectif de cette démarche est de conserver un lien de proximité avec les clients par des échanges, des rencontres.

Avec Pauline et Charlotte on est loin du concept des boutiques de prêt-à-porter qui maximisent le moindre m2. Les vêtements ne sont plus les uns sur les autres. Charlotte et Pauline privilégient une approche davantage sélective et qualitative que quantitative. Elles ont donc fait le choix de limiter le nombre de pièces fabriquées. Dans cette perspective, elles qualifient leur business model de “consommation raisonnée” puisque les collections qui répondent pourtant au principe marketing bien rôdé des éditions limitées afin de créer un engouement à la marque, sont pensées aux antipodes de la surconsommation et du fast-shopping. Si APONE ne fait pas de sur-mesure, chaque pièce doit donner une forme de singularité et d’exclusivité à la clientèle qui, à l’occasion des avant-premières dans des lieux secrets, peuvent échanger avec Pauline et Charlotte, les deux confectionneuses des pièces.

Le succès est au rendez-vous puisque dès le mois de février, APONE a attiré 600 personnes dans la capitale girondine. Une fois, la collection du mois présentée lors de l’avant première, les modèles sont ensuite vendus sur le site internet de la marque.

apone vetement entrepreneuses
Autour des vêtements APONE, il y a un concept

Une restructuration des tendances du prêt-à-porter

Le projet de Pauline et Charlotte illustre des mutations à l’oeuvre pour celles et ceux qui souhaitent lancer leur entreprise de prêt-à-porter. Les concepts stores répondent à cette inflexion des besoins de la clientèle. Les boutiques physiques, pour faire face à la concurrence de l’e-commerce, doivent désormais transformer l‘expérience d’achat : éditions limitées, collaborations à thème et collections uniques permettent de rester à l’avant garde.

Uniquement basée à Bordeaux, APONE souhaite ainsi devenir un référentiel local dans le domaine du “retail d’expérience”. Que le client reparte avec un achat ou non, le plus important ne réside pas là. Il doit pouvoir être surpris. Sa curiosité s’attise lorsqu’on lui annonce l’endroit et la collection qui l’attend. En ce sens, le concept développe l’envie de revenir dans un nouveau lieu. A l’heure du dématérialisé, il faut pouvoir donner aux clients des raisons de se déplacer dans un espace physique. Ainsi, en créant des expériences partagées, les boutiques sont mieux à même de satisfaire les envies de la clientèle. C’est le cas de APONE lors des avant-premières pendant lesquelles Pauline et Charlotte peuvent sonder leurs clientes venues les rencontrer.

Charlotte et Pauline, deux bordelaises d’une trentaine d’années, ont fait le choix de l’entreprenariat local en conjuguant leurs passions mutuelles pour la mode. Une entreprise à taille humaine qui s’inscrit pleinement dans le bouillonnement de la métropole bordelaise, en mettant en place des collaborations entre différents lieux et fédérant une communauté de clientes. Leur métier d’entrepreneur réinvente ainsi le métier de dirigeant d’entreprise. Loin de la gestion, leur travail est au contraire de créer, rencontrer, échanger…

Justine ANGIBAUD

Sources :

Dossier de presse APONE 

Plus d'articles
b1-magnetic-bordeaux-business
Quand Paris vit "l’expérience" Bordeaux : Evènement B+1 le 21 Septembre
X