Colocation amis maison

Bordeaux : Colocation, une solution idéale pour les jeunes ?

Dernière mise à jour:

La colocation dans les grandes métropoles de France séduit de plus en plus. Cette solution permet à des personnes qui ne peuvent pas se permettre d’avoir un appartement ou une maison seules de vivre ensemble, en se partageant les frais. Face à l’envolée des prix de l’immobilier locatif notamment dans ces métropoles prisées, la colocation semble alors la plus séduisante. Mais comment s’organise une colocation pour le propriétaire et pour les locataires ? N’y a-t-il vraiment que des avantages ? 

La colocation face à la flambée des loyers et la raréfaction des biens immobiliers

A Bordeaux, ville étudiante, trouver un appartement est une mission parfois difficile. En effet, les studios ou T2 sont pris d’assaut tout au long de l’année, avec un pic qui coïncide avec la rentrée étudiante. Ces derniers n’ayant pas tout le droit ou l’envie de vivre dans les résidences étudiantes, il faut chercher un appartement bien situé, propre, mais surtout dans un budget raisonnable. Les agences immobilières demandent de plus en plus de garanties pour toute location : un emploi en CDI, un garant même pour un salarié… Ainsi qu’un revenu qui soit à hauteur de 3 fois celle du loyer. 

Ces conditions font que beaucoup d’étudiants ou de jeunes salariés seuls rencontrent des difficultés à trouver un logement. Face à ce constat, nombreux se tournent alors vers une autre solution de vie : la colocation. Ce mode de vie permet à deux ou plusieurs personnes de partager un logement. Cela permet de trouver un appartement ou une maison plus spacieuse qu’en louant seul(e), mais aussi et surtout de diviser le loyer par le nombre de personnes vivant dans le bien. 

Le marché de la colocation à Bordeaux révèle que la métropole attire… Ce qui complique la recherche et surtout trouver une chambre dans le secteur prisé. En effet, pour une proposition de chambre en colocation, il y a en moyenne 4,9 demandes à Bordeaux. Cela est bien moins qu’à Paris avec 8,2 candidats par chambre proposée en colocation… Mais cela suffit tout de même pour en faire la quatrième métropole où la colocation est la plus tendue. Elle suit des villes comme Lyon et Angers avec respectivement 5,4 et 5 demandes par chambre.

Dans quelles circonstances les étudiants et les jeunes salariés se tournent-ils vers la colocation ? Le plus souvent, afin de se rapprocher de leur lieu d’études ou de travail. Mais avec la pandémie le télétravail et les cours à distance ont modifié ponctuellement ces envies de colocation. Toutefois, la vie reprend son cours normal, et la demande revient également. 

Colocation colocataires convivialité
Moins de charges, plus de convivialité : la colocation a tout pour séduire.

Les obligations des colocataires et du bailleur 

Pour accéder à une colocation, plusieurs possibilités s’offrent au bailleur. Ce dernier peut être à la fois un bailleur professionnel, comme une agence immobilière ou directement un particulier. L’investissement dans l’immobilier locatif séduit énormément de propriétaires, notamment dans les grandes villes. Avec des dispositifs comme la Loi Pinel, acheter pour louer, notamment en colocation devient rentable. Notamment avec l’arrivée de nombreux programmes neufs dans les quartiers réhabilités de la métropole. 

La colocation peut ainsi proposer un contrat unique pour l’ensemble des locataires en place. Cela se fait généralement lorsque les colocataires se connaissent et montent un dossier commun. Le loyer et les responsabilités liées à l’ensemble des locataires sont partagés équitablement. Dans ce cas, les colocataires sont solidaires en cas de problème de règlement de loyer et doivent assumer ce dernier, notamment si l’un d’eux ne paie pas ou part jusqu’à six mois. Ils doivent alors trouver un nouveau colocataire eux-mêmes, pour remplacer celui qui s’en va. 

Dans l’autre cas de figure, le propriétaire bailleur peut proposer un contrat distinct pour chaque occupant de la colocation. Cela permet que chacun paie sa part du loyer, avec un prix à la chambre, et non sur l’ensemble du logement. Ainsi, les colocataires ne sont pas responsables en cas de départ de l’un des colocataires, et le propriétaire est alors chargé de trouver un nouvel occupant. Cela n’occasionne aucune répercussion sur le loyer pour chacun des colocataires. 

En ce qui concerne l’assurance, les colocataires peuvent choisir d’en souscrire une collective, ou individuelle selon ce qui les arrange le plus. Dans le cadre de contrats séparés, chaque occupant doit assurer leur chambre. Ils ont néanmoins le choix entre collectif ou non dans le cadre d’un bail collectif. Moins cher pour tous, le contrat collectif permet de mieux couvrir le logement, prévu pour les colocations. 

Sources : 

  1. Tout ce qu’il faut savoir sur la colocation et l’assurance en cette rentrée 2021 ! Communiqué Luko publié le 21 septembre 2021
  2. Observatoire 2020 de la colocation par LocService : les chiffres du marché de la colocation en France publié le 26 août 2020
Abonnez-vous à la Newsletter

X