Bordeaux, foyer du développement durable

Arbres quinconces statue girondins bordeaux business

Bordeaux, foyer du développement durable

Le 22 novembre dernier, 17 grands marronniers qui composaient la place Gambetta ont été abattus. Dans un projet de réaménagement de la place, il était impossible de les déplanter puis replanter à cause d’un système racinaire très déséquilibré. Une décision qui n’a pas été bien accueillie par les bordelais en temps de crise écologique alors qu’une pétition contre cet abattage avait recueilli plus de 10 000 signatures.

 

Entre richesses limitées et besoins croissants

 

En effet, à une époque où l’information circule d’un bout du monde à l’autre en quelques secondes, impossible d’ignorer les menaces environnementales qui pèsent. Déforestation, fonte des glaciers, gaz à effet de serre, extinction d’espèces animales… La puissance des réseaux sociaux notamment nous donne, parfois involontairement, accès à des témoignages et images parfois déplorables de ce qui se passe sur notre planète.

De  nombreuses associations et mouvements écologiques ont vu le jour pour tenter de lutter face à ces phénomènes. Malgré ça, le 1er août dernier été annoncé comme le jour du dépassement : le jour où nous nous avons consommé tout ce que la planète peut nous fournir en terme de ressources naturelles en une année. Cette date est arrivée 2 mois plus tôt qu’il y a 20 ans (1er septembre en 1998). Selon WWF et les statistiques de l’ONG Global Footprint Network, il nous faudrait donc 1,7 planète à l’échelle mondiale pour subvenir à nos besoins et 2,8 si tout le monde vivait comme les français.

 

marronniers place gambetta bordeaux business

 

En 7 mois nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et récolté plus que ce que la nature peut nous fournir en une année. Nous avons également émis plus de carbone  que ce que les océans et les forêts sont en mesure d’absorber responsable d’un réchauffement climatique.

Selon les statistiques gouvernementales la température moyenne annuelle a augmenté, on parle de +1,6°C en France Métropolitaine en 2017 par rapport aux années de référence (1961 – 1990),  la cause de tout ça fait écho à la forte émission de gaz à effets de serre. En résumé, la présence importante de ces derniers dans notre atmosphère empêche la réflection naturelle des rayonnements solaires vers l’espace mais entraîne plutôt de nouveau une réflection vers la surface de la terre comme un effet de serre réchauffant ainsi notre atmosphère. La combustion d’énergie fossile, les procédés industriels, la déforestation tropicale, l’agriculture, l’utilisation d’engrais et fabrication de composants électroniques dont de nombreuses causes anthropiques de l’augmentation de ces gaz. La réduction de ces émissions entraînerait l’adaptation de nos technologies et nos modes de vie ainsi que l’augmentation de la biomasse puisque c’est cette dernière qui consomme naturellement le gaz comme le CO2.

 

Bordeaux : allier bureaux, espaces verts et cultures urbaines

 

La combustion d’énergie fossile, les procédés industriels, la déforestation tropicale, l’agriculture, l’utilisation d’engrais et fabrication de composants électroniques dont de nombreuses causes anthropiques de l’augmentation de ces gaz.

La réduction de ces émissions entraînerait l’adaptation de nos technologies et nos modes de vie ainsi que l’augmentation de la biomasse puisque c’est cette dernière qui consomme naturellement le gaz comme le CO2.

En 2010, du côté de la rive droite, a vu le jour le projet de l’éco-système Darwin via la rénovation d’un patrimoine militaire de 10.000m². Les grands axes de développement s’orientaient ainsi vers un refus de climatisation, l’optimisation de l’éclairage naturel et un objectif majeur en termes d’économie d’énergie grise durant le chantier du projet.

Darwin est dès sa création alimenté par une électricité 100% verte et innove dès 2015 via le déploiement d’une toiture photovoltaÏque de 480 m² en auto-consommation permettant de rendre ses commerces autonomes en énergie électrique.

En 2017 la situation économique de l’éco-système se définit par 3000 m2 de commerces responsables, 6500 m2 de bureaux partagés et 250 entreprises hébergées en coworking. En parallèle, les deux tiers des darwiniens utilisent des solutions de mobilité douces et on estime qu’un travailleurs darwinien émet 5 fois moins de gaz à effet de serre qu’un travailleurs sur un site classique. En ce qui concerne le recyclage, 70% des déchets sont recyclés dans 20 filières différentes et 90% des besoins en eau sont satisfaits via la récupération des eaux pluviales.

 

Il existe encore des axes d’amélioration à développer

 

La qualité de l’air et sa pollution notamment en gaz à effet de serre est très influencée par la circulation des transports qui, ce n’est plus un secret, font parti des principales sources de dioxyde de de carbone (CO2). En matière d’enjeux écologique, Bordeaux possède déjà ses lignes de tramway, bus et met à disposition des vélos pour lutter contre l’utilisation de la voiture. Néanmoins en comparant les temps de trajet prévisionnels en bus ou tram d’après l’application TBM avec des trajets en voiture estimés par Waze, la voiture reste toujours le moyen le plus rapide. Par conséquent, encore globalement le moyen de déplacement le plus favorisé  au sein de la métropole bien qu’il soit également le plus polluant, le plus onéreux et le plus bruyant.

 

darwin espace travail durable bordeaux business

 

Même si le temps de trajet ne va pas forcément aider à faire changer d’avis les bordelais quant à l’utilisation de leur véhicule, il est important de noter que vélo arrive cependant souvent en seconde position et se place même devant la voiture sur certain trajets plus court (3 à 4 km). Il est également plus simple de garer son vélo que sa voiture où le temps de trouver une place peut s’avérer très long et venir impacter le réel temps de trajet.

 

Bien que ce dernier point soit encore à parfaire, Bordeaux et son écosystème Darwin sont des exemples de transitions écologiques prouvant qu’il est réellement possible de faire cohabiter “Business” et écologie”

Patrick BONTE – BORDEAUX Business

 

Sources :

Statistiques Développement Durable – Novembre 2018

Ecolo Bordeaux Blog

Eco-Système Darwin

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X