Christophe BURCKART, Groupe IWG, une conception évolutive du coworking

Christophe BURCKART, Groupe IWG, une conception évolutive du coworking

Avec l’arrivée à Bordeaux des premiers espaces de coworking Spaces, filiale du groupe IWG, le marché du coworking bordelais accueille de plus en plus d’acteurs. Dans cette perspective, se différencier est crucial. Les espaces de travail flexibles Spaces sont ainsi conçus selon les nouvelles attentes des travailleurs : nomadisme, flexibilité, adaptabilité, confort de travail. Parcours de vie, engouement pour le coworking, économie bordelaise…Christophe BURCKART, Directeur Général du groupe IWG France, nous confie sa vision sociétale et business du coworking de demain.

Entre innovation et passion, le parcours de Christophe BURCKART

Après des études suivies à l’Institut Supérieur du Commerce à Paris et une carrière d’une vingtaine d’année au sein de grands noms de la vente et l’informatique, Christophe BURCKART prend la Direction générale du Groupe IWG en France en 2014. Dans un environnement numérique où les évolutions technologiques bousculent les habitudes de travail, transformant le rapport au “lieu de travail”, en mobilité, Christophe BURCKART croit fermement que l’essor des coworking est la meilleure réponse aux nouvelles attentes des salariés comme des dirigeants :

“Grâce au numérique, les agents sont de plus en plus mobiles, leur environnement de travail devient un critère important”.

Les horizons de développement du marché du coworking à court et moyen terme sont démultipliés. Dans ce contexte, le Groupe IWGC faitf igure de pionnier mondial du coworking, avec des marques telles que Regus et Spaces. Présent dans 120 pays avec 6 millions de m2 d’espaces dans le monde et 2,3 millions de m2 en France, le Groupe qui a fêté ses trente ans n’est certes pas un débutant sur le marché du coworking.

Un concept de coworking adapté à tous les stades de développement de l’entreprise

Le Groupe IWG fonctionne selon une approche multimarque, différenciante et engagée. Les concepts d’espaces de travail développés en interne répondent à des objectifs et positionnement prix différents, avec cependant comme point commun le sens du détail et de la qualité.  Le concept du Groupe IWG et de ses différentes marques découlent directement de la vision de l’espace de travail. Cette vision repose sur un modèle sans engagement et un accès en tant que membre au Business Club. Ce service offert permet de fidéliser la clientèle qui cherche à mutualiser les coûts de fonctionnement liés à une attache à un lieu précis.

“54% de nos clients sont en déplacement dans d’autres centres”.

L’un des atouts des différentes marques comme Regus et Spaces est son maillage territorial. Regus, fondé en 1989 à Bruxelles en Belgique, est ainsi axé sur l’utilisation plus classique d’un espace de travail comme la domiciliation d’entreprise. Avec les espaces Regus, le coworking est synonyme de zone d’échange et de synergies business. La marque Spaces quant à elle, qui a intégré IWG en 2004, se positionne comme pionnière du coworking communautaire, des espaces inspirants avant tout.

La plus value des espaces Spaces réside dans le choix du design et de la décoration, issus  du style nordique. Afin de faire vivre la communauté, les espaces Spaces sont animées par une community manager qui organise des événements. Signature correspond à la gamme premium du groupe, essentiellement du fait de la localisation des espaces de travail Signature. Ils sont par exemple situés Place Vendôme à Paris et sur les quais à Bordeaux.

Quant à Stop & Work, la marque est née en 2014 de la volonté de Regus, la Caisse des Dépôts et Orange de proposer aux professionnels résidant en périphérie des métropoles d’accéder à des espaces de travail flexibles à proximité de leur domicile.

Les marques du Groupe IWG permettent donc de s’adapter aux besoins des entreprises : en passant par exemple à une offre premium plus complète ou au contraire en période de difficultés financières, utiliser un espace comme simple domiciliation d’entreprise.

Un business model avant tout axé sur un développement haut de gamme et sélectif pour les entrepreneurs

Concernant son business model, Spaces est locataire et non pas propriétaire des espaces. Concernant la solution proposée au client, la notion de choix y est fondamentale. En effet, l’entrepreneur doit pouvoir trouver une solution, un espace de travail idéal, qu’importe son stade de développement.

Le marché du coworking est en pleine ébullition. D’ici 2030, le travail flexible générera environ 123 milliards d’euros de retombées économiques en France d’après une récente étude indépendante commandée par Régus. Au regard de cet essor, bientôt à maturité, certains acteurs vont être amenés à disparaître et d’autres à se développer. Des fusions-acquisitions sont donc à prévoir dans les années à venir.

Pour anticiper ce point de rupture, le Groupe IWG est installé dans une stratégie d’occupation de l’espace. L’objectif est donc d’être présent sur tout le territoire y compris dans les périphéries, là où d’autres entreprises de coworking se centralisent sur la capitale parisienne. Même si cela est coûteux, reconnaît Christophe Burckart, c’est le pari du groupe qui répond à la nécessité de répondre aux attentes de flexibilité et de mobilité des clients.  La marque Regus en est une très belle illustration, avec une ouverture très récente à la franchise.  

Espace nomade, espace de vie : le coworking, des perspectives bordelaises indéniables

L’enjeu pour Christophe BURCKART est de continuer à incarner un acteur fiable pour les clients des marques IWG. Cela passe nécessairement par la nécessité de délivrer une performance financière. La marque Regus est ainsi cotée en bourse.

Les perspectives de développement concernent principalement Spaces qui occupe à l’heure actuelle 1,5% des espaces de travail. L’objectif de Christophe Burckart est de passer d’ici 2025 à 25-30%. Sur le territoire bordelais, d’ici trois à cinq ans, il est prévu l’ouverture d’une quinzaine de centres Spaces à Bordeaux : (Ravezy, Bouscat, Gare Saint-Jean, Mérignac..).

 “Le lancement du réseau de franchise pour Spaces, c’est une autre manière de s’ouvrir aux entrepreneurs”.

Bordeaux n’a rien à envier à Paris qui est pourtant la première ville française en termes de création de start-up. En effet, labellisée Capitale French Tech, Bordeaux accueille avec bienveillance les investisseurs.  Ainsi, en 2018, Bordeaux a accueilli sur son territoire plus de 50 millions d’euros de levée de fonds sur son territoire. Selon Christophe BURCKART, il faut toutefois rester pragmatique. S’il y a cinq ans, le développement de BOrdeaux ne nécessitait pas (encore) un tel engouement, désormais le territoire néo-aquitain est tout à fait légitime à voir s’implanter de telles enseignes, favorisant une mise en réseau B2B profitable à tous.

“Un écosystème ne peut se créer sans grand Groupe”

Concernant l’ambition du groupe IWG, Christophe BURCKART est optimiste sur deux aspects : le renforcement de la réputation des différentes marques auprès des entreprises de toutes tailles mais également le renforcement du maillage territorial. 

Il est certain que les tendances du marché du coworking confirmeront la vision de l’espace de travail de Christophe Burckart, en phase avec son temps.

Interview effectuée le 24 juin 2019 par Clovis Coqu et Justine Angibaud

Crédits photographiques : Sophie Pawlak






1 Comment
  • ETIENVRE
    Publié à 18:43h, 10 juillet Répondre

    POUR INFO

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X