MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

PORTRAITS D'ENTREPRENEURS

Clovis COQU, « Ingénierie, Compétition et Business »

5 décembre 2017, Auteur : Bordeaux Business

Originaire d’un petit village de Nouvelle -Aquitaine, près de Niort, Clovis COQU a toujours été intéressé par l’aspect technologique des choses : comprendre comment les objets fonctionnent entre eux, les interactions, entre innovation technique et informatique.

La quête de la double compétence

Un grand-père ingénieur, éternel optimiste, et l’autre, entrepreneur et solitaire, tous deux partis trop vite, lui donnent leur vision de « l’homme moderne » :  penser de manière globale, synthétique, pour comprendre le fonctionnement, les mécanismes, par le raisonnement, la découverte, la curiosité. 

Après un Bac scientifique, il s’oriente vers le génie électrique et l’informatique industrielle. Ce qui l’attire ? L’industrialisation de la production, la conception et l’optimisation de process pour la rentabilité du temps, le rendement, la qualité. Clovis poursuit ensuite ses études à Poitiers avec un Master en Génie des Systèmes Industriels, Automatismes et Mécatronique, et fait ses armes notamment chez Schneider Electric.

En quête du « bon stress » pour se dépasser, un goût qu’il retrouve au cœur des nombreuses compétitions sportives auxquelles il participe, en moto-cross, karting et ping-pong, à l’échelle des championnats de France, Clovis COQU souhaite avant tout s’orienter vers une carrière professionnelle épanouissante.

Ce qui me motive, c’est de me mettre en danger sur ce que je maîtrise le moins.

A 20 ans, Clovis s’imagine au sein d’un grand groupe industriel (automobile, télécom…) à évoluer en interne, loin des sirènes de l’entrepreneuriat. Il souhaite en ce sens compléter sa formation technique d’ingénieur par les aspects business, et au-delà, afin de comprendre les motivations d’achat, les aspects sociologiques, les évolutions démographiques, le conditionnement involontaire, l’analyse des évolutions, comment tel produit a été conçu pour qu’on arrive à tel résultat. 

« Business and Humans » à la manière anglo-saxonne

Il continue alors son parcours au sein de l’IAE de Nice, un environnement très formateur qui lui donne les bases de la comptabilité, de la fiscalité, du marketing, de la création d’entreprise, de la stratégie, des marques… Sa rencontre avec un ancien DRH des Laboratoires Pierre Fabre, est décisive : repenser les ressources humaines,  avec une connotation business, et dans un environnement technologique, en s’appuyant tout autant sur les réalités économiques que sur le comportement humain, voilà un challenge à relever ! D’autant que, en 2007, dans une perspective de papyboom à cinq ans, les Cabinets de recrutement fleurissent.

Clovis rejoint alors Manpower Cadres à Marseille et Aix en Provence en qualité de Chargé d’affaires. Rémi Bracq, Directeur de secteur, lui apprend beaucoup, grâce à son franc-parler et ses méthodes de travail plus qu’efficaces. Il rejoint ensuite le Cabinet HAYS, à Aix-en-Provence, où il se confronte à l’openspace, l’émulation, la culture du résultat… Le Directeur Région Sud et Executive France, Laurent Jehle, lui donne les clés d’un coaching business au service de la performance : responsabilisation et tenue des engagements, avec un seul cap à atteindre. Si la conscience professionnelle ne s’apprend pas, la performance est, elle, atteignable à force de persévérance.

clovis-coqu-portrait-entrepreneur-bordeaux-business

Du challenge personnel au challenge entrepreneurial

Et puis est arrivé la fameuse crise des subprimes, et il a “fallu dégraisser sévère”. C’était en 2008. En PACA, les entretiens s’enchaînent mais les réponses tardent… Clovis décide alors de tout quitter pour rejoindre une région au sein de laquelle il se projette beaucoup plus : Bordeaux.

Il développe rapidement une agence d’intérim régionale, à Pessac, en qualité de Responsable d’Agence, avant de rejoindre le Groupe Adecco en 2010. Au sein d’Adecco Gujan-Mestras, il découvre l’atmosphère business si particulièrement agréable du Bassin d’Arcachon. Après une belle progression de l’agence, au sein d’une équipe compétente et soudée, Clovis se lance un nouveau défi autour de l’ingénierie d’affaires,  alternant entre Toulouse et Bordeaux. Un rythme passionnant et éreintant à la fois, qui ne satisfait pas ses ambitions, faute de moyens professionnels. 

Le facteur-clé de réussite : l’humain

Ce qui le motive ? La victoire. Par goût du challenge, mais surtout, du dépassement de soi. Sortir en permanence de sa zone de confort pour progresser tout le temps. Tout en conservant une grande part de pragmatisme : apprendre à mesurer les risques, pas à pas.

Je suis meilleur quand je me mets dans le rouge

Des services aux produits, Clovis COQU connait la partie technique, mais l’aspect vente « pur » lui est encore inconnu : le commerce, la gestion d’entreprise, ce qui se passe en off. Qui fait quoi ? A qui on vend ? Comment on s’y prend ?

Pour répondre à ces questions, Clovis rejoint alors le Groupe Parot dans le Sud-Est de la Gironde. Une expérience extrêmement riche humainement : savoir en quelques minutes, sans préjugés, décoder les attentes du clients, prendre en considération ce qu’il y avait à vendre, optimiser les ventes avec l’additionnel, le crédit, l’assurance… Le monde de l’automobile le fascine.

Clovis a cependant conscience que son chemin ne s’arrête pas là. La naissance de son fils, avec une « pause forcée » dans le rythme commercial, est un réel déclic. Il lui donne alors le courage de ses convictions, celui de « passer le cap », pour pouvoir s’accomplir. Il décide alors de lancer sur le marché bordelais, un Cabinet de recrutement dédié à ses premières amours, l’Industrie – Ingénierie. En quelques mois, les accords-cadres s’enchaînent, mais Clovis réalise que le business model est très fragile : le paiement « au succès » garantit la qualité et la satisfaction client, mais aussi une charge de travail considérable, alors que le process commercial commence peu à peu, sans en avoir l’air, à se digitaliser…

Créer le Média du Business au cœur de Bordeaux

Début 2015, Clovis COQU prend conscience de ce formidable terrain de jeu qu’est le Digital, et décide de s’y consacrer : Data et expérimentations illimitées au programme, avec des objectifs chiffrés, mesurables… Au sein du LEXAN Lab’ – la division Innovation du Cabinet LEXAN à Bordeaux, outre ses fonctions de Directeur Digital et Marketing,  Clovis COQU souhaite avant tout « donner du sens » à ses expériences professionnelles passées.

De ses nombreuses rencontres avec les entrepreneurs locaux, Clovis retient une époque charnière, où les business models traditionnels sont remis en question, où les entrepreneurs doivent redoubler de vision stratégique pour se réinventer face à la concurrence. Il dispense également de nombreux ateliers afin de  réconcilier stratégie commerciale et stratégie digitale, au cours desquels il va à la rencontre des entrepreneurs, et de leurs préoccupations.

Ces entrepreneurs sont témoins de la réorganisation des concurrents dans ce contexte où tout le monde a besoin des leviers du digital mais pas envie d’y mettre les moyens. Face aux évolutions rapides et difficilement maîtrisables, il est compliqué de faire face seul. Clovis a alors l’idée de mettre au service des entrepreneurs bordelais ses compétences, en construisant leur média, leur espace de communication, sur-mesure, au sein de l’économie bordelaise.

Pendant ses études, Clovis COQU lit quotidiennement de grands noms de la presse économique, certains désormais disparus… Mais aujourd’hui, il ne s’y retrouve que partiellement. Peu à peu naît l’idée de créer un média économique sur-mesure, pensé par et pour des entrepreneurs. Au sein d’un espace médiatique économique qui se réorganise, et certaines brèches qui paraissent laissées à l’abandon… Alors que, Clovis en est certain, le besoin de pertinence de l’information est un élément-clé de la stratégie entrepreneuriale.

Médiatiser l’homme derrière l’entreprise

Il y a une place pour une marque forte, visible, communicante, gardant en ADN les valeurs professionnelles qui lui tiennent à cœur : qualité de service, conscience professionnelle, volonté de performance.

Bordeaux Business voit le jour au printemps 2015, avant d’être impulsé à la rentrée 2016. Le temps de penser et mettre en place un business model simple, immédiatement appréhendable par les chefs d’entreprise, et concentré sur son audience, son cœur de cible. Valoriser la communauté bordelaise, lui permettre de se tenir informée de manière sélective, voilà le cœur du projet.

Ce qui fait notre valeur, c’est la qualité de notre audience, que nous souhaitons fidéliser du mieux possible.

Une audience engagée, notamment sur les réseaux sociaux, et de nombreux partenariats événementiels professionnels, qui permettent en un an à Bordeaux Business de passer du digital au magazine – un trimestriel de 120 pages, un nouveau challenge, tout autant passionnant.

Au-delà, Bordeaux Business souhaite remettre l’individu, l’homme, la femme, l’équipe entrepreneuriale, au cœur de l’actualité. (Re)donner les clés du business, médiatiser l’entrepreneur, donner du sens et un visage à l’entrepreneuriat bordelais.

Fédérer l’impulsion économique bordelaise

Avec un positionnement plutôt « premium », et près de 50 000 abonnés à la newsletter hebdomadaire, Bordeaux Business se destine aux entrepreneurs qui souhaitent analyser, avancer et booster leur activité. Comprendre l’environnement économique de Bordeaux, aller à la rencontre des entrepreneurs, prendre le temps d’échanger, de comprendre, préférer « la course de fond » à la course aux titres…

Or, l’entrepreneur, le dirigeant n’a pas le temps de s’imprégner de toutes les sources médiatiques à disposition, et pourtant,il se doit de rester en veille par rapport à son marché, son territoire. On ne sait même plus quelles sont les limites des compétences des entrepreneurs. Il leur fallait quelque chose de concis, une sélection, qui les concerne. Évoquer les grands comptes et les belles réussites, certes, mais également dépeindre la réalité business et les entrepreneurs du quotidien, qui se remettent en cause, se réinventent, réalisent de véritables tours de force à chaque afflux concurrentiel.  Il fallait un média représentatif du décor économique réel dans l’équilibre TPE/PME/Grands comptes.

Aujourd’hui, pour Clovis COQU, Bordeaux Business souhaite devenir la pierre angulaire, indépendante, de la médiatisation entrepreneuriale, au service des entrepreneurs, accélérateur de business bordelais. Et ce n’est qu’un début.