Commerces indépendants, unissez-vous !

Commerces indépendants, unissez-vous !

Face à la crise que traverse le secteur du textile et des boutiques de mode indépendantes, la Fédération Nationale de l’Habillement a décidé de réagir en s’imposant avec un objectif précis : celui d’unir commerçants, fabricants et marques grâce à l’intelligence collective. L’initiative a donc été de réunir toutes les parties prenantes à l’échelle nationale. Bordeaux Business a assisté à ce débat d’idées sur la mode et la culture entrepreneuriale à Bordeaux. En effet, la FNH dispose de 13 chambres syndicales régionales. Il était donc important de réunir les commerçants sur le territoire bordelais. La délégation régionale Nouvelle-Aquitaine est d’ailleurs présidée par Bernadette Hirsch.. Forte de son expérience de commerçante débutée dans le Marais à Paris, Bernadette Hirsch est venue s’installer en terre girondine en 2008. Cela a été l’occasion de prolonger son désir entrepreneurial au Bouscat, qu’elle qualifie de “Neuilly local”. Investie dans la FNH depuis 2011, elle occupe également la fonction de conseillère municipale section commerce à la mairie du Bouscat depuis 2014. En donnant la parole aux commerçants indépendants, la FNH espère être force de proposition pour une mode plus durable et responsable.

 

 

Un débat autour du secteur en crise de l’Habillement-Textile

 

C’est le 27 mai 2019, à la Chambre du Commerce et de l’Industrie que se sont tenues les Assises Nationales de l’Habillement-Textile. Dès 16 heures, Eric Mertz, Président fédéral de la FNH, a pris la parole devant les commerçants réunis, pour les remercier de leur venue et leur expliquer l’urgence de se réunir. Face à de grandes chaînes commerciales du textile, et les centres commerciaux qui se multiplient, les petits commerçants ont des atouts qu’ils peinent à faire valoir. Si ce combat peut prendre l’allure du mythe David et Goliath, les commerçants indépendants peuvent faire de leur boutique un tiers-lieu innovant et créatif. Le débat a été l’occasion de créer un arbre des propositions afin de récolter les idées des commerçants présents.

 

Durant les échanges, ce sont des solutions aux problématiques posées qui ont été présentées aux commerçants venus échanger et partager. Un premier atout mis en avant par les intervenants a été celui de la taille des commerces qui permet à leurs dirigeants d’être plus agiles et faire bouger les lignes beaucoup plus rapidement que les grandes chaînes qui sont plutôt inertes face au changement. Face aux grandes chaînes qui prennent le temps de changer lorsque c’est nécessaire, les commerçants indépendants peuvent agir plus vite. De plus, en 2019, le consommateur a la volonté d’acheter local, d’avoir des pièces uniques, tout en mettant le contact humain en avant grâce aux liens et au collectif. C’est en mettant au coeur de leur travail ces atouts que les commerçants indépendants peuvent se démarquer face aux géants du textile et de l’habillement.

Le marché de la mode, un secteur en mutation à l’heure de la déconsommation

 

L’ensemble du secteur, commerçants indépendants comme grandes chaînes, s’interroge sur les mutations que traversent la mode et le textile. L’exigence accrue des consommateurs vis-à-vis de la traçabilité et de la qualité des produits, oblige les acteurs de la mode à réfléchir sur les nouveaux modes de consommation. Le fast-fashion perd de nombreux adeptes. Alors comment repenser les boutiques et l’offre à l’heure de la déconsommation ? Nombreux sont ceux à avoir pensé à des solutions créatives et originales. Par exemple, la marque de sous-vêtement Undiz a décidé de réduire sa présence au mètre carré en magasin par deux. Cela a conduit a multiplié par trois son chiffre d’affaires. Une étude de Ipsos et Axis sur les nouvelles tendances shopping montre également que les consommateurs sont soucieux d’une personnalisation de l’offre et du soin apporté à l’expérience client. Ainsi, de nombreux commerces cherchent à faire de leur boutique un lieu de valorisation. C’est le cas notamment du concept store, Soho House à Berlin, qui accueille des chefs d’entreprises. La boutique peut donc devenir un lieu événementiel tel que c’est le cas pour La Garçonnière, une boutique unique présente à Bordeaux et à Paris, dédiée aux hommes, qui touche à la mode, à la gastronomie, au barbier, à la tech à la déco et davantage encore.

 

 

Cependant, la mutation du secteur du textile ne peut s’appréhender que par rapport à l’essor du marché de la seconde main. En effet, depuis quelques années, l’achat en ligne est plébiscité par de nombreux consommateurs. D’ici 2025, le marché de l’occasion aura même dépassé le marché du neuf. D’un autre côté, en 2017, 86 % des internautes français déclaraient commander en ligne, préférant les avantages de l’e-commerce par rapport à une boutique traditionnelle. Le e-commerce français avait, cette même année, permis de réaliser un chiffre d’affaires de 82 milliards d’euros, sur les 182 000 sites marchands actifs. En 2017, les ventes d’habillements et de mode représentaient déjà 59 % des ventes en ligne. Des chiffres qui ne laissent pas indifférents lorsqu’on connaît l’importance du e-commerce. D’autant plus, qu’aujourd’hui, tout peut se commander en quelques clics et rapidement. C’est pourquoi, les commerçants indépendants doivent réagir face aux transformations des habitudes des consommateurs. La FNH en est persuadée, les boutiques physiques sont l’avenir du secteur et les commerçants indépendants répondent aux attentes des consommateurs plus soucieux de leurs achats, qui veulent de la proximité, de la confiance, tout en respectant l’environnement.

 

Alors que le secteur du textile et de l’habillement est en pleine évolution, les consommateurs sont au coeur des préoccupations des commerçants. La nécessité d’attirer la clientèle perdure, alors que le marché de la seconde main et de l’e-commerce gagnent en importance. Aujourd’hui, les commerçants doivent être capables de se différencier de la concurrence des commandes en ligne et du fast-shopping. Il n’est pas, non plus, sans oublier le phénomène du “click & collect”, permettant d’aller chercher son colis en boutique, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives aux consommations. Quel avenir alors, pour les commerçants de proximité ?

 

Sandy Penissard – Justine Angibaud – BORDEAUX Business

 

Sources:

 

Etude de Ipsos et Axis sur les magasins de demain

https://www.parisretailweek.com/Programme/Resumes-des-conferences-2018/conferences-Retail-Tech-Digital-in-Store/etude-ipsos-Axis

https://www.fevad.com/wp-content/uploads/2018/06/Chiffres-Cles-2018.pdf

Communiqué de presse-FNH

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X