Depuis quelques années, de nombreux événements ont lieu à Bordeaux, qui concilient le sport, notamment la course à pied, et l’amusement. Plusieurs noms que l’on entend souvent, tels que le Color Me Rad, Color Obstacle Rush, la Course Fluo, Adren Addict, SoMad, ou encore l’Electro Dash pour citer les principaux. Une autre de ces courses, la Burdi’Color, a eu lieu à Bordeaux le 6 Mai dernier et a rassemblé plus de 3 500 personnes au cœur de Bordeaux, avec, comme les autres courses, un fort message humain: lutter contre la sédentarité.

Ce sont des courses qui permettent entre autres de courir en se faisant asperger de couleurs, courir de nuit avec des accessoires fluo, réaliser une course d’obstacles, ou encore des festivals à ciel ouverts où il est possible de courir avec des DJ tout le long du parcours… Il n’y a plus besoin de s’entraîner forcément pour participer à ces courses d’un nouveau genre, à l’image des coureurs chevronnés qui prennent part aux marathons et semis organisés chaque année.

Aujourd’hui toutes ces courses ont une vocation plus conviviale, de partage avec ses amis ou sa famille, pour passer un bon moment et s’amuser avant tout. C’est un phénomène qui prend véritablement de l’ampleur, car au fil des différentes éditions, les villes ont constaté que de plus en plus de personnes participaient à ces courses. Les villes de France, dont Bordeaux fait partie, cherchent à redynamiser le sport et pousser les habitants à avoir un mode de vie plus sain : construction de nouvelles infrastructures sportives (stades, piscines, salles de sport…), campagnes pour manger plus sain… il y a une volonté de réconcilier les personnes et le sport. La création de telles courses dans les villes permet d’inciter des personnes qui n’auraient pas souhaité courir “pour courir” de participer, de s’amuser et de ne pas le voir comme une “épreuve sportive”. Car en effet, le Color Me Rad, par exemple, est une course sur 5km. A l’image des autres événements, elle n’est ni chronométrée, ni classée.

Ainsi, le message n’est plus de dépasser les autres, ni d’aller dans ses retranchements, mais bel et bien de s’amuser, à son rythme. Et ce concept plait. En France, en 2015, cette course a rassemblé pas moins de 90 000 personnes, et en 2016, il y en avait plus de 100 000.

Il est aussi possible de constater que des personnes qui n’habitent pas à Bordeaux participent aussi à la course, car elle n’est possible que dans certaines grandes villes de France. Une occasion de faire découvrir le patrimoine, les courses ayant lieu en plein air, et donc de relancer un peu le tourisme. De plus, une partie du prix de chaque course est reversée à des associations caritatives comme UNICEF, pour faire une bonne action en se dépensant.

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business