Crise sanitaire entreprise reprise

Crise sanitaire, les reprises d’entreprise en redressement judiciaire s’intensifient

Alors qu’un second confinement vient d’être mis en place par le Gouvernement, la crise sanitaire impacte les entreprises de nombreux secteurs. Déjà touchées par le premier confinement du mois de mars, stoppant net l’activité de groupes de nombreux secteurs… Elles doivent désormais faire face à un second arrêt, à quelques semaines des fêtes de fin d’année. Ce coup dur pousse certaines entreprises à mettre la clé sous la porte, faute de trésorerie. Ce manque de trésorerie se ressent aussi dans les décisions des Tribunaux de Commerce, qui annoncent de nombreux redressements judiciaires. Des redressements potentiellement signes de reprise par la suite…

La reprise comme solution face à la crise sanitaire pour les entreprises

Afin d’éviter la fermeture d’entreprises présentes depuis longtemps sur le territoire, qui apportent des services importants, certains groupes choisissent de se positionner en repreneurs. Il s’agit notamment du cas du Groupe Interway, basé à Vitrolles. Il s’agit d’un groupe développeur et intégrateur de solutions logicielles qui apporte conseils et expertise auprès des entreprises sur leurs besoins technologiques. Groupe solide au sein de son secteur, il a été choisi par le Tribunal de Commerce de Paris pour reprendre les actifs et 90% des salariés de la société Odéolis. Cette société, en redressement judiciaire, existe depuis plus de 25 ans et compte 85 salariés suite à une première restructuration. Elle s’occupe de la maintenance et du déploiement sur site d’équipements technologiques et informatiques en front office. Le nombre croissant d’offres de reprise démontre la situation dans laquelle se retrouvent des entreprises impactées par des crises successives.

Autre cas, dans le secteur de l’alimentaire cette fois, le groupe Bio C’ Bon, spécialisé dans l’alimentation bio. Avec plus de 120 magasins en France, et 1 000 salariés, cette enseigne semblait intouchable. L’offre de reprise de groupes, comme Carrefour, Biocoop ou encore Picard sera évaluée ce lundi 2 novembre 2020. Une décision très attendue, qui permettrait de sauver de nombreux fonds de commerces et emplois sur le territoire. L’enseigne compte trois magasins à Bordeaux, et propose des produits sains, biologiques. Autre entreprise dans la tourmente, l’enseigne de prêt à porter Camaïeu, elle aussi sauvée grâce à la reprise. Le repreneur, Michel OHAYON est à la tête de la Foncière Immobilière Bordelaise (FIB). Il sauve ainsi 2600 emplois sur les 3100, et reprend 511 magasins sur les 634 existants. Une belle victoire pour un groupe réputé et apprécié dans le secteur de l’habillement.  

Sauver des groupes acteurs de l’économie nationale, un enjeu capital

Commerce boutique vêtements reprise
De nombreux secteurs, dont l’habillement, sont en difficulté avec la crise sanitaire.

La crise sanitaire a précipité les entreprises dans une situation d’extrême difficulté. La proposition de reprise par un groupe apparaît alors comme une sécurité pour maintenir l’emploi. Cette situation se retrouve souvent dans les entreprises ayant développé leur réseau de franchises, avec un maillage territorial important. Ainsi, pour les repreneurs, il est alors possible de reprendre tout le savoir-faire et les compétences de ce réseau, en bénéficiant de la renommée déjà établie de la marque. Pour autant, une reprise reste tout de même une opération délicate, notamment avec la présence d’une concurrence marquée. Chaque offre de reprise est ainsi réfléchie et étudiée, notamment par le biais d’une étude de marché. Cela permet au repreneur de bien mesurer les opportunités et les risques du rachat de l’entreprise. Face à l’accroissement des offres de reprise pour des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs… De nombreux groupes proposent une offre pour continuer à faire exister la marque.

Mais la situation n’épargne personne. Preuve en est avec les entreprises précédemment citées, marques existant depuis des décennies, et ayant une réputation bien présente. Des entreprises parmi lesquelles comptent également Alinéa, et Conforama, toutes deux spécialisées dans l’ameublement. Des groupes qui ont un maillage territorial important, et une réputation qui n’est plus à prouver…

Sources : 

Communiqué de Presse – Groupe Interway – 22 octobre 2020 – Croissance externe : INTERWAY reprend les actifs d’ODÉOLIS

LSA Conso – 2 novembre 2020 – Reprise de Bio c’Bon : le point sur les offres revalorisées des candidats

Business Insider – 17 août 2020 – Camaïeu a trouvé son repreneur, qui gardera 2 600 salariés sur 3 100

Toute la Franchise – La reprise d’une franchise en 10 vrai / faux

Plus d'articles
Leasing Crédit Bail Bordeaux Business
Location, Leasing, l’alternative à l’achat pour un business performant
X