Dernièrement, pour l’inauguration du site Dassault Falcon Service (DFS) qui est un site de maintenance et de révisions, le PDG du groupe Dassault, Eric Trappier, s’est rendu sur place, à proximité de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Une venue visiblement attendue lors de laquelle il a été reçu par Alain Juppé, maire de la ville de Bordeaux, Jean Kayanakis, le nouveau gérant de DFS, ainsi que Alain Anziani, maire de la ville de Mérignac à laquelle est rattaché DFS, Alain Rousset président de la région Nouvelle-Aquitaine, et de Marie Récalde, députée.

Le site de 49 000 m² a été placé à côté des hangars de Dassault, et possède un hangar de 7200 m² et un accès aux pistes, permettant d’accueillir 6 avions de type Falcon. Au total, ce projet représente un investissement de 20 millions d’Euros. Une somme savamment injectée dans une région de France où l’aéronautique est l’un des pôles d’excellence. La construction d’un tel site vise à augmenter le nombre d’avions de type Falcon en service, qui sont au nombre de 2100, répartis partout dans le monde. Les premiers avions sont arrivés dans les hangars de la DFS mi octobre et dix jours plus tard, le premier avion qui a été révisé est retourné à son propriétaire. Jean Kayanakis l’assure, tout se passe sans le moindre problème. Le site, qui emploie pour le moment 25 personnes, pourrait très prochainement accroître ses effectifs et compter 70 salariés, en charge de procéder à la révision des Falcon. Aujourd’hui en capacité d’accueillir dans les hangars 4 avions à la fois, il pourra bientôt en traiter 6 en même temps.

La DFS existe depuis 1967, et n’est pas uniquement spécialisée dans la révision des Falcon. En effet, elle se charge aussi de la formation du personnel, et l’aménagement intérieur des avions. Nous avons même tendance à oublier que la DFS est aussi une compagnie aérienne d’affaires. Elle compte sept Falcon dans sa flotte. A travers la France la DFS emploie 600 personnes et brasse un chiffre d’affaires de 176 millions d’euros (chiffres de 2015).

Chaque année, les usines françaises de Dassault produisent entre 50 et 60 avions de type Falcon pour les envoyer aux quatre coins du globe, et malgré la crise économique, l’entreprise continue d’enchaîner les productions, et voit déjà les premières commandes de son nouvel avion “haut-de-gamme” le Falcon X-8 arriver. Bien évidemment, le Falcon n’est pas le seul type d’avion commandé, surtout en ce contexte de conflits dans le monde. L’Inde avait déjà commandé 36 avions de combat, le Rafale pour sa défense militaire.

L’aéronautique, un savoir 100% Français, pôle d’excellence de la région Bordelaise a encore de beaux jours devant elle.  

 

AK – La Rédaction Bordeaux Business

SOURCES :
Dassault Aviation