MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

Bordeaux My Business, DIGITAL - NTIC

Digital 3.0, bienvenue au cœur d’un média centré sur vous-même

11 octobre 2017, Auteur : Bordeaux Business

En 2009, lorsqu’on évoquait le Web 3.0 ou Web sémantique, on ne se doutait pas qu’on le verrait s’inviter avec autant d’agilité dans nos quotidiens… Bienvenue dans un media centré sur vous même, où les objets digitaux ne sont qu’une extension de l’individu.
#realworld #augmenté #web30 #assistance #around #socialme

 

Il y a un peu moins de dix ans, le Web 2.0 vivait son heure de gloire, tandis que se profilait le Web3.0 … Le Web collaboratif permettait en effet aux internautes non seulement de partager le contenu (profilant ce que l’on nomme aujourd’hui le Social Media…) mais également d’être acteur, auteur du contenu du Web… Ce qui est aujourd’hui fortement encouragé au sein de l’Inbound marketing.

A cette époque, le Web 3.0 ou Web sémantique, nous paraissait un ensemble encore nébuleux mais qui commençait à soulever quelques questions, notamment juridiques, sur le rôle présumé des moteurs de recherche en tant que gatekeepers de l’information, et la recherche de la visibilité qui en découlerait… La guerre de l’audience.

Web intelligent et Individu médiatisé ?

On imaginait  un internet intelligent, à l’interactivité accrue, grâce à des objets «communicants et interopérables». L’individu devenait le media.

L’utilité sociale du Web s’est accrue, le réseau est devenu “hypercollaboratif”, accessible “partout et tout le temps – sous réserve de couverture wifi, 3G/4G et de beau temps…; les interfaces se sont multipliées, même si la réalité virtuelle a encore de beaux jours de recherche devant elle, la multiplication des supports, des écrans, tablettes, smartphones, montres connectés, la dissipation des cloisonnements entre les sphères privées et professionnelles, la mise en connection et en interopérabilité des objets qui nous entourent, les mash-ups utilitaires des outils, fonctionnalités et requêtes internet créent chaque jour de nouveaux applicatifs…

Le passage, en douceur, mais avec une extrême rapidité, compte tenu de l’évolution des usages sociologiques, d’un Web 2.0 à un Web 3.0 “augmenté a permis la transformation de l’individu en ambassadeur de marque à moindre coût, avec la puissance supposée des influenceurs, bloggeurs et autres YouTubeurs. Une évolution anticipée.

Web 3.0 augmenté… au service de l’individu

Petit rappel sur le Web 3.0 avant d’aborder le centre de mon propos… Désormais, il est établi que le Web 3.0 repose avant tout sur la sémantique : la capacité de l’intelligence des moteurs de recherche à comprendre et à analyser vos requêtes complexes afin de produire un résultat pertinent et adapté à la situation. Au-delà, de manière progressive et potentiellement insidieuse, l’interconnexion du réseau afin de créer une vaste banque de données intelligente, permettant une recherche affinée de l’information, a réellement vu le jour, avec le web sémantique mais également le brouhaha lié au “Big Data”.

Au-delà de l’exploitation intelligente de ces données, l’internaute peut désormais trouver une information  utile à partir de seulement quelques « fragments significatifs » (Scherer, 2009).

Désirs inconscients virtualisés

Nous en voulons plus. Car nous nous sommes approprié très facilement cette pertinence, jugée “normal” en matière de qualité de service. L’individu devenant media n’est pas/plus une fin en soi,  à proprement parler.

Une étape manquait dans le raisonnement de l’époque, entre le “My média” – le média fait par moi, pour moi; et le “MediatizeMe”, si l’on me permet cet anglicisme un peu incongru…

Centré sur l’utilisateur, Internet, Digital, Objects connectés sont (dé)voués à votre service. Le but final n’est pas de vous transformer (même s’il est de vous influencer…) mais bien de vous connaître… et de vous satisfaire. La médiatisation de l’individu a donc battu quelque peu en retraite face à l’individu lui-même… L’IA a dépassé le maître, et la segmentation des résultats quant aux typologies d’utilisateurs ainsi qu’à leur personnalisation en fonction du habitudes de navigation – et de comportement de chacun, est venu auréoler ces résultats d’une pensée mystique…

En d’autres termes, aujourd’hui, le My Media n’est plus le media “fait par vous”, mais le media auto-généré en fonction de qui vous êtes… Bienvenue dans l’ère de l’assistance, où vos comportements, vos attentes, vos réactions sont prédites afin de vous permettre d’obtenir la réponse parfaite presque avant de l’avoir formulée. Cela cristallisé dans l’extension de vous-même, le mini-moi digital qu’est votre smartphone…

Pourquoi est-il si difficile de s’en détacher ? Pourquoi au-delà des grands débats d’idées (à bon escient…) sur les problématiques liées à la vie privée ou aux données personnelles, succombons-nous bien volontiers à ces quelques clics qui permettent d’obtenir immédiatement ce que l’on souhaite ? Car le “MyMédia nouvelle génération” devance vos désirs… Le sacrifice d’une part de son libre-arbitre n’est-il pas un délice peu cher payé pour assouvir nos pulsions inconscientes d’enfant ? Avoir tout tout de suite et sans même avoir à l’exprimer autrement que par des onomatopées ou par quelques bafouillements tactiles sur ces chers smartphones… Assurément, quoi qu’on en dise, vivre au quotidien ce désir d’enfant n’est-il pas une forme détournée de persistance temporelle…

 

Alexandra Zwang

 

Libres propos dérivés largement et digitalement de l’étude initiale “Droits d’auteur 3.0 : Anticipations juridiques à l’aube du Web 3.0”, par Alexandra Zwang, Colloque Médias09, entre Communautés et Mobilités, Université Paul Cézanne, Aix-en-Provence.