Du vin à la gastronomie, un marché de l’Art de vivre en pleine expansion

Du vin à la gastronomie, un marché de l’Art de vivre en pleine expansion

Quand on évoque l’Art de vivre à la française, le patrimoine gastronomique n’est pas loin des papilles… Du vin au caviar, en passant par des délices renouvelés mettant à l’honneur les richesses régionales, le marché s’appuie sur la qualité et la diversité des produits, au-delà du marketing. Parmi les domaines à l’honneur, les épiceries fines, l’agroalimentaire haut de gamme (caviar ou saumon…) ou encore les très bons vins français, dont le champagne.

Avec plus de 8,7 milliards d’euros à l’export pour le vin en France en 2017, ou encore pour l’épicerie fine, un marché évalué à 5 milliards d’euros en France, qui doit son impulsion à la tendance du bien-manger, du terroir et de la valorisation du goût, le plaisir des papilles est à ce jour générateur de croissance, sur le territoire national comme en région bordelaise.

La sensibilité française pour la gastronomie

Les Français sont extrêmement sensibles aux produits d’épicerie fines, de gastronomie très haut de gamme ainsi qu’aux vins prestigieux.

Comme l’avait bien compris feu Paul BOCUSE, la qualité gustative, la créativité sont certes essentielles en gastronomie, mais l’est tout autant la communication autour des produits.

« La véritable cuisine sera toujours celle du terroir. En France le beurre, la crème et le vin en constitueront toujours les bases ».

Un attrait que les investisseurs étrangers ont bien perçu, notamment dans le secteur des vins et spiritueux.

La notoriété des vins de Bordeaux dépasse les frontières françaises et européennes, elle est mondiale. 2 millions d’hectolitres de vins bordelais sont exportés en 2016 à l’international, pour une recette estimée à 1.7 milliards d’euros.

Sans surprise, les Chinois sont très friands des vins de Bordeaux. Ils possèdent plus de 100 châteaux dans la région et dans le bordelais, rachetés à leurs anciens propriétaires. Ils exportent ensuite les bouteilles de leurs domaines vers leur pays, en grande majorité. Aujourd’hui ils possèdent 2% des vignobles du bordelais, et ces statistiques continuent leur croissance. De riches milliardaires venus du Pays du Milieu qui sont de plus en plus nombreux à venir visiter les domaines pour les racheter, principaux investisseurs étrangers dans les vignobles bordelais.

Les Belges sont aussi de gros investisseurs dans ce domaine, et possèdent plus de 50 propriétés. Mais le vin n’est pas leur seul investissement dans le Sud Ouest de la France, ils investissent aussi dans l’agroalimentaire, le bois ou l’aéronautique. Depuis que Bordeaux est entrée dans le cercle des villes labellisées French Tech, la Belgique s’intéresse aussi au développement de son économie numérique, car son développement est très rapide et très prometteur pour toutes les entreprises qui s’y implantent. Aujourd’hui, une trentaine d’entreprises belges se sont installées dans la région Aquitaine.

La région bordelaise, une terre de choix pour les professionnels de la gastronomie

Au-delà du marché du vin et des spiritueux lui-même, ces dernières années ont vu l’éclosion à Bordeaux d’un certain nombre d’épiceries fines, dédiées au plaisir culinaire. Parmi ces enseignes, on peut citer le Dock des épices, ou encore le Comptoir bordelais, lequel met notamment à l’honneur l’ensemble des spécialités régionales, comme les cannelés de Bordeaux, les raisins au Sauterne et chocolat noir, les macarons de Saint-Emilion, les bouchons de Bordeaux, les guinettes cerise et chocolat, de Mademoiselle de Margaux, ou encore la lamproie à la bordelaise.

Il en est de même pour les restaurants gastronomiques, et notamment le Quatrième Mur, au sein de l’Opéra National de Bordeaux, dirigé par le célèbre Chef Philippe ETCHEBEST.

«J’ai choisi de m’installer à Bordeaux car c’est ma ville et je voulais participer à son dynamisme»

Gordon Ramsay, autre grand nom culinaire, britannique, cette fois-ci, a posé ses valises au pied de l’Intercontinental Bordeaux – Le Grand Hôtel, au sein du Pressoir d’Argent, restaurant Deux étoiles au Guide Michelin, mettant à l’honneur la gastronomie française “Foie gras des Landes, légumes issus de l’agriculture biologique du Pays Basque, homard breton…”

Plus récemment, c’est du côté des vins bio que la gastronomie française tire ses belles lettres, s’ouvrant à une audience diversifiée et attachée à la terre… A tel point que le prochain Salon VINEXPO, qui aura lieu en 2019, mise notamment sur la mise en avant des vins biologiques.

1 Commentaire
  • Elodie
    Posté à 05:30h, 11 septembre Répondre

    Très intéressant, je ne savais qu’il y’avait autant d’entreprises belges implantées. Quelles sont les principales ?

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X