Usine énergie Camion Gaz

Electricité et TPE/PME : Optimiser sa gestion de l’énergie

Dernière mise à jour:

Optimiser ses coûts d’énergie, ses charges, consolider sa stratégie… Dans une reprise mitigée, les TP/PME doivent songer, outre à se développer stratégiquement, à assainir du mieux possible leur gestion courante, pour limiter les aléas. Dans ce contexte, les coûts énergétiques sont souvent négligés. Avec la fin des tarifs réglementés (1), il est temps de se pencher sur la question…

La fin des reports des factures d’énergie 

La fin des tarifs réglementés coïncident également avec la fin des reports de factures. En mars dernier (2), les TPE bénéficiant du fonds de solidarité ont en effet bénéficié d’un report de paiement. Le report concernait de leurs factures d’énergie et de gaz, outre celui des loyers (3). Il fallait adresser une demande de report amiable auprès de ses fournisseurs en ce sens (4).

Les factures concernées étaient celles exigibles au 12 mars 2020, jusqu’à la fin de l’urgence sanitaire. Si l’état d’urgence sanitaire vient d’être prolongé jusqu’au 16 février 2021, on ne sait pas encore si les mesures de report feront de même.

Pour ceux qui ne sont plus bénéficiaires du fonds de solidarité, ou ceux dont l’activité a tout de même, partiellement, repris, il faut  donc recommencer à payer ses factures… Le contexte se prête ainsi à prendre quelques instants pour analyser ses fournisseurs. Les Tarifs réglementés de vente (TRV) concernant le gaz et l’électricité, fixés par les pouvoirs publics, n’ont plus cours depuis le 1er janvier 2020, dans le cadre de la Loi Énergie-Climat. D’après une étude ENI-IFOP (1), les PME de Nouvelle-Aquitaine en sont bien conscientes (94%). Elles considèrent cela comme une “bonne chose”, tout du moins, une manière de libéraliser le marché.

Reste à choisir désormais son ou ses fournisseurs d’énergie, en optimisant la gestion des coûts, mais pas que…

L’argument du prix de l’énergie, insuffisant à contracter pour les PME

Si le poids des charges énergétiques est toujours un argument mis en avant pour changer de contractants, en Nouvelle-Aquitaine, les PME ne semblent pas y attacher une importance outre-mesure. Tout en reconnaissant leur forte dépendance énergétique, elles ne sont que 3 sur 10 à estimer que le facteur “prix” sera déterminant dans le choix du fournisseur. Les dirigeants, à près de 40%, considèrent en effet que leur coût énergétique est plutôt faible. 

De fait, au moment de choisir leurs nouveaux fournisseurs, les TPE/PME vont ainsi plutôt s’attacher à la qualité de service. Elles privilégient également le contact commercial dédié, au plus près de leurs exigences.

Ainsi, des entreprises comme ENI, société énergétique, sont plébiscitées, affichant une satisfaction globale plutôt élevée chez ses clients. A noter que ENI a ainsi réalisé en France, en 2019, plus de 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires…

Comment mettre en place une bonne gestion de sa facture d’énergie professionnelle ?

Au-delà de l’attractivité de tel ou tel fournisseur, avant toute décision de changement ou de réajustement de contrat, les PME doivent avant tout faire un point précis sur leur consommation énergétique. Après cet état des lieux (consommation, coûts…), les dirigeants peuvent se rapprocher de plusieurs fournisseurs. L’objectif est de mieux appréhender leurs besoins et déterminer le type d’offre le plus adapté à leur entreprise. 

En ce sens, il peut être nécessaire d’anticiper également les futurs besoins, dans le cadre d’un développement particulier, d’une ouverture ou une fermeture de site, ou encore une modernisation de ses machines, entraînant tel impact sur la consommation. La flexibilité de l’offre, en ces temps incertains, peut également être un critère de choix… Les services associés, tel l’intervention rapide en cas de dysfonctionnement, le soutien aux travaux énergétiques peuvent être des critères additionnels à prendre en compte. Eni en ce sens a développé un site internet à l’attention des professionnels pour mieux appréhender cette transition.

La réduction de la consommation peut également se tourner vers la gestion d’une énergie durable, et d’une entreprise éco-responsable.

Aller plus loin dans la prise en compte de l’impact énergétique

Pour aller plus loin, notamment dans le cadre Plan de relance, pourquoi ne pas envisager , lors de futurs investissements industriels, la prise en considération de l’impact énergétique ? Au-delà d’un effet de mode, ou d’une stratégie marketing, les entreprises “éco-responsables” valorisent également leurs valeurs auprès de leurs clients. 

C’est donc désormais une réalité stratégique, un des critères de décisions, que la prise en compte des enjeux environnementaux. Cette stratégie se concentre dans le RSE – la Responsabilité Sociale et Environnementale. Elle peut ainsi impacter non seulement la réduction de la consommation et des coûts énergétiques, mais également l’ensemble des processus de l’entreprise (déplacements, product design, achats…). De quoi favoriser, directement ou indirectement, une meilleure compétitivité.

Une prise de conscience environnementale et une réorientation de l’appareil productif sont la clé du développement pérenne d’activités de production.

ADEME

Alors que le Plan de relance semble favoriser les investissements industriels tout autant que les implications d’une usine durable, éco-responsable, l’ADEME (6)  estime que la réduction de la consommation énergétique pourrait atteindre 9 % d’ici à 2030, au regard de 2010.

A cette fin, les actions à mener s’articulent autour de l’efficacité énergétique (choix de matériels plus adéquats, amélioration de la conduite des procédés industriels). Elles prennent en outre en considération l’aspect recyclage des matières premières, ou encore l’intégration des énergies renouvelables au cœur des processus industriels. Plus en profondeur, les bâtiments eux-mêmes, dédiés à l’activité entrepreneuriale, peuvent être rénovés, et cette rénovation énergétique est désormais, de manière durable, encouragée par les pouvoirs publics.

Sources : 

  1. Communiqué ENI/IFOP – Les entreprises de la région Nouvelle-Aquitaine face à leur facture énergétique à l’heure de la fin des tarifs réglementés, Octobre 2020
  2. LOI n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19
  3. Report du paiement des loyers et factures, Ministère de l’Economie
  4. Le report de paiement de loyer, gaz, électricité, BPIFrance.
  5.  Enquête nationale Eni – Ifop « Les dirigeants de TPE – PME et la fin des TRV”. Échantillon de 802 dirigeants d’entreprises de 10 à 249 salariés, du 6 au 20 février 2020.
  6. L’usine du futur et les entreprises éco-responsables, ADEME, avril 2019.
  7. Plan de relance – Rénovation énergétique.
Plus d'articles
Les commerçants de Bordeaux
Marché de Noël annulé : Noël au goût amer pour les commerçants
X