Himme avion décolle affaires business

Entretien avec Yoann Melloul, In Extenso Finance et Transmission

Dernière mise à jour:

Avant la crise, chez In Extenso, l’activité se portait très bien. On enchaînait les opérations et les fusions/acquisitions favorables. Leur nombre était en augmentation et leur valorisation aussi. En revanche, la crise a posé de sérieuses difficultés pour la poursuite des activités.

Les opérations déjà bien avancées, les négociations poussées, ont pu se poursuivre dans l’ensemble mais ont été contraintes de ne pouvoir conclure pendant le confinement pour cause d’indisponibilité physique des interlocuteurs. Toutefois, ces opérations ont été réalisées à la sortie du confinement et jusque fin juillet. Il y a eu toute une période de rattrapage. Par contre, d’autres dossiers à un stade moins avancé ont été mis en stand-by pour éviter les risques aux dossiers. On a vu un 3ème cas de figure pour les secteurs les plus impactés. In Extenso Finance & Transmission est alors davantage intervenu pour accompagner les dirigeants. Identifier les risques et les menaces, prendre les bonnes décisions opérationnelles (production, marketing, commercialisation…), prévenir les risques… Cette période a été et est encore aussi l’occasion de réévaluer les business plan et les business model.

Yoann MELLOUL, Directeur Pôle Région In Extenso
Yoann MELLOUL, Directeur Pôle Région In Extenso

Accompagner les dirigeants vers la reprise

In Extenso a également multiplié son accompagnement auprès des repreneurs. Effet appréciable du confinement, ils avaient plus de temps qu’avant. De plus, de nouvelles opportunités sont apparues au vu de la période.

In Extenso continue d’accompagner les dirigeants et les prospects pour la reprise. Retournement de business model et prévention des risques sont au cœur des discussions pour permettre aux entreprises de passer le cap. Pour fournir le conseil adéquat à chacune, le cabinet a noué des partenariats avec des sociétés de consulting. C’est d’autant plus important que les temps de réflexion sont légèrement rallongés mais qu’il faut pendant ce temps continuer à travailler en amont pour préparer les opérations.

Il n’est pas facile de dire à l’heure actuelle ce qui restera des dispositifs mis en place par les entreprises pendant cette période ni s’il y aura eu des effets bénéfiques. L’heure de vérité va être dans les semaines et les mois à venir. Il convient dans tous les cas de rester vigilant pour la fin 2020 et début 2021 car c’est là que les entreprises vont sentir le contrecoup de la crise.

Homme affaires business monde chiffres
Entre les incertitudes et la soif d’avancer, l’heure est au changement pour les entreprises.

Process et méthodes de travail, l’heure du changement durable

Concernant les méthodes de travail et les changements dans les process au sein des entreprises, on peut par contre facilement distinguer deux phases. La première a consisté à pallier l’urgence générée par le confinement. Pendant cette période, les entreprises avaient surtout besoin d’accompagnement pour la mise en place de PGE. Il fallait trouver des solutions immédiates pour passer le cap et conforter la trésorerie des sociétés.

Ensuite, à la sortie du confinement, il y a eu un intérêt croissant pour une réflexion sur une reconstruction de l’entreprise sur un horizon à court, moyen et long terme. Il fallait alors établir des stratégies de croissances externes par exemple. 

Pourtant, traditionnellement, la remise en question n’est pas facile, surtout quand l’entreprise est le bébé de son dirigeant. Historiquement, la remise en question du modèle économique est compliquée. Plus récemment, et même avant le Covid, cette façon de penser a commencé à évoluer dans le sens où le marché de la transmission a montré ses vertus. Les opérations de croissance externe ont montré qu’elles permettaient une création de valeur. Naturellement, une opération de croissance externe oblige à se poser les bonnes questions sur le business model. Les chefs d’entreprise arrivent donc davantage à l’interroger et à le réviser.

Une digitalisation accélérée face au confinement

Au-delà de tous ces changements forcés, plus ou moins bien vécus, le confinement a aussi été l’occasion d’une bonne surprise. En effet, le digital s’est rapidement mis en place. Il n’y a finalement pas eu de difficulté particulière tant sur la communication que sur le commercial. Les entreprises se sont rapidement tournées vers leurs clients pour leur trouver des solutions. Pour les sociétés de services aux entreprises, IT, transport, logistique, télécom, il n’y a globalement eu aucun souci. Par contre, il est vrai que selon les secteurs (BTP, métallurgie), il y en a certains pour lesquels la transposition en digital était plus compliquée.

En ce qui concerne In Extenso, les agents ont été bien aidés par les outils informatiques du groupe qui existaient préalablement. Le digital est un enjeu majeur pour la profession donc le groupe a choisi de prendre le virage il y a déjà plusieurs années. 

Bien entendu, on a observé dans la plupart des entreprises les mêmes réflexes de protection. L’un des premiers a été le gel des embauches le temps d’y voir plus clair. Cela a également été une période propice à revoir l’organisation au travail. Au-delà du télétravail, il a souvent fallu remettre en place des organisations plus matricielles et réallouer les ressources sur les postes qui en avaient besoin. Y parvenir était une belle preuve de flexibilité.

Une crise aux répercussions économiques lourdes

La crise du Covid-19 a des répercussions lourdes dans toutes les régions de manière identique, même si elles varient d’un secteur à un autre. Par exemple, le secteur du nettoyage industriel marche très bien en ce moment. Avec les nouvelles normes d’hygiène et les nouvelles réglementations sanitaires, ces entreprises sont très sollicitées. Ensuite, il existe aussi des différences entre les régions selon les secteurs phares qui leur sont propres, les pôles d’excellence. Sur la région bordelaise, le secteur du vin souffre un peu mais les ventes reprennent davantage à l’international. L’export continue de se maintenir à un bon niveau et a bien redémarré. Pour l’aéronautique par contre, c’est plus compliqué.

A l’heure actuelle, le constat est mitigé. Chez In Extenso, on s’attendait à une reprise plus rapide. Elle est finalement plus progressive qu’escomptée, en phase avec la volonté de l’Etat de procéder par étape. 

Yoann Melloul, Directeur Pôle Région, In Extenso Finance et Transmission

A propos :

Historiquement, le Groupe In Extenso exerce en expertise comptable. Il emploie plus de 5000 personnes réparties sur 280 implantations. In Extenso Finance & Transmission est la filiale dédiée aux fusions acquisitions. Présente aussi partout en France, elle bénéficie de 12 implantations, dont Bordeaux et Toulouse, et gère entre 60 et 80 opérations par an. Plus de 50% de l’activité concerne les cessions. Le reste se répartit en missions d’acquisition et de levées de fonds.

Plus d'articles
Octobre Rose femme ruban
Octobre Rose, la Caisse d’Epargne au service de la sensibilisation du cancer du sein
X