FranceAgriMer bateau port amarrage

FranceAgriMer : promouvoir une navigation plus verte

Dernière mise à jour:

FranceAgriMer s’inscrit dans le Plan de Relance proposé par le Gouvernement pour soutenir la reprise de la France après la pandémie de COVID-19. Outre les besoins financiers pour les secteurs d’activité impactés par le virus, restent les problématiques de long terme… Des problématiques qui se posaient déjà avant cette période, comme la question environnementale. FranceAgriMer met en place par le biais d’un appel à projet, un programme d’aide aux projets de développement de navires. Navires qui s’inscrivent dans une transition énergétique et environnementale. Par cette action, FranceAgriMer lance un message d’espoir fort au milieu maritime.

FranceAgriMer soutient financièrement les projets maritimes innovants 

FranceAgriMer souhaite encourager les compagnies maritimes à se tourner vers de nouveaux projets de construction. Cela afin de n’utiliser à terme que des navires ayant un impact plus faible sur l’environnement. En effet, le transport maritime représente une grande part de la pollution générée sur Terre. Car les navires contribuent aussi bien à la pollution atmosphérique qu’à la pollution de l’eau des mers et des océans. Un problème colossal pour l’écosystème. 

Ainsi, FranceAgriMer s’implique dans les projets des entreprises qui veulent faire bouger les lignes. Elle soutient alors financièrement à hauteur de 50% des dépenses éligibles les projets entre 100 000 euros et 2 millions d’euros. Cela concerne notamment les navires innovants qui améliorent leurs performances énergétiques et environnementales; entre autres pour l’aquaculture ou les flottes de pêche, par le biais d’une meilleure motorisation ou de meilleurs matériaux utilisés pour la construction des coques de bateau. 

Cargo marchandise commerce international
Les cargos permettent l’acheminement des marchandises à travers le monde… Mais sont aussi de grands pollueurs.

Mais cela concerne aussi les navires qui s’impliquent dans la recherche et la meilleure connaissance des ressources halieutiques. Ce sont en particulier des projets portés par des PME innovantes sur le territoire. Mais ce sont aussi l’ensemble des navires innovants, potentiellement la réalité de demain. 

D’autant plus que les métropoles s’impliquent elles aussi dans la protection de leur écosystème. A Bordeaux, par exemple, les navires trop polluants ne sont pas acceptés dans le port, les autres réduisent leur vitesse pour passer le pont Chaban Delmas. Cela montre bien la prise de conscience du pays face à l’impact environnemental de ce secteur. Une lutte à laquelle FranceAgriMer prend part, en soutenant l’innovation dans des navires plus verts, pour avancer vers le monde de demain.

Le Gouvernement soutient aussi la navigation plus verte

FranceAgriMer rejoint un chantier initié par le Gouvernement déjà en août 2019, grâce à la Charte SAILS (Sustainable Actions for Innovative and Low-impact Shipping). Cette charte a pour objectif d’encourager les entreprises du milieu à adopter les bonnes pratiques au transport maritime… Cela afin de protéger le milieu marin et les littoraux. 

A l’occasion de la signature de cette charte, dix entreprises maritimes françaises se sont aussi engagées à la rejoindre. Des entreprises parmi lesquelles Brittany Ferries, CMA CGM, Corsica Ferries… Mais aussi des armateurs comme Louis Dreyfus Armateurs, ou encore Orange Marine et Ponant.  Ces entreprises s’engagent ainsi à réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement, le climat et la biodiversité marine. 

Le transport maritime est essentiel : il représente plus de 90% du commerce international. En effet, il permet d’acheminer des marchandises à travers le monde, à bord de cargos gigantesques. Ces cargos contribuent très fortement à la pollution océanique, mais pas seulement. Ils sont à l’origine de 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Ainsi, la charte SAILS mais aussi le recul des entreprises de transport maritime permettent de dessiner les contours d’objectifs pour lutter contre cette pollution. 

A commencer par la réduction des quantités de soufre présentes dans le carburant. En 2020, elle était alors de 0,5% contre 3,5% en 2019. Une baisse très importante, qui démontre qu’il est possible d’agir à court terme. Un objectif plus que nécessaire lorsque les associations et les gouvernements tirent la sonnette d’alarme. 

Bateau croisière navigation océan
Les bateaux de croisières sont d’imposants navires qui contribuent à la pollution.

Adopter des carburants alternatifs, ou plus respectueux de l’environnement permet ainsi de réduire progressivement l’émission de polluants, nocifs pour la vie marine. Un objectif dans lequel s’engagent FranceAgriMer et le Gouvernement, plus particulièrement le Ministère de la Transition Écologique.

FranceAgriMer, le soutien aux acteurs de la pêche et de l’aquaculture

FranceAgriMer ne fait pas que soutenir les constructions de navires innovants. En effet, il se soucie aussi des acteurs de la pêche. Le secteur halieutique est aussi très porteur, mais a besoin également de s’inscrire dans cette démarche de durabilité. Pour cela, FranceAgriMer aide les projets d’investissements de ce secteur avec une enveloppe de 25 millions d’euros

Cela concerne notamment les investissements en matériel, pour une exploitation plus durable des ressources halieutiques et aquacoles… Mais aussi de soutenir tous les projets visant à dynamiser la filière halieutique, pour de nouveaux enjeux, plus verts.  

Sources : 

  1. Lettre d’information en Nouvelle-Aquitaine avec France Relance, Communiqué de la Préfète de Nouvelle-Aquitaine, 8 février 2021
  2. Transport maritime : les armateurs français s’engagent pour l’environnement, Ministère de la Transition Écologique, publié le 28 août 2019
Plus d'articles
cdiscount et geev enfant don nourriture fruit
Cdiscount et GEEV démocratisent le don entre particuliers
X