MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

Blog

BRÈVES

Gaz de Bordeaux : le marché qui valait 140 millions

29 janvier 2018, Auteur : Bordeaux Business

La direction des achats de l’Etat a récemment accordé à l’entreprise Gaz de Bordeaux un marché estimé à 140 millions d’euros. Durant deux ans, à compter de janvier 2018 elle alimente plus de 2000 bâtiments publics répartis sur l’ensemble du territoire national, notamment la Bibliothèque nationale de France, les locaux de Météo France ou encore l’Ecole des Mines, mais aussi d’autres bâtiments tels que des centres pénitentiaires et des tribunaux..

Un marché florissant pour Gaz de Bordeaux.

Gaz de Bordeaux, entreprise girondine dont le siège est situé place Ravezies à Bordeaux, réalise 70% de son chiffre d’affaires en dehors de son département, démonstration d’un potentiel fort et remarqué. Détenue à 100% par Régaz, une société d’économie mixte locale elle aussi située à Bordeaux, l’entreprise  Gaz de Bordeaux a vu ses ventes de gaz multipliées par 3 au cours de ces 5 dernières années, pour obtenir un portefeuille de 13 millions KWh.

Régaz agit sous le contrôle d’une autorité administrative représenté par la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) et la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement. Son actionnaire principal est la ville de Bordeaux Métropole.

Ce nouveau marché obtenu va représenter pour Gaz de Bordeaux la fourniture de 2 TWh (soit 2 millions de KWh).

L’entreprise compte déjà de gros clients tels que la chaîne de restauration rapide Macdonald’s, mais aussi Mr Bricolage ou encore l’Aéroport de Lyon. L’obtention de ce contrat important continue de dorer le blason de Gaz de Bordeaux, la plaçant ainsi sous le feu des projecteurs, parmi les acteurs principaux du marché du gaz naturel de l’hexagone.

En 2016, elle réalisait déjà un chiffre d’affaires de 355 millions d’euros, avec plus de 245 000 clients, dont 30 000 issus du milieu professionnel.

Un marché en mutation.

Depuis l’ouverture du marché en juillet 2007, rendant éligibles tous les consommateurs aux offres proposées, le nombre d’acteurs en concurrence a considérablement augmenté, entre fournisseurs historiques (Gaz de Bordeaux, Antargaz) et le développement des fournisseurs alternatifs (Total, ENI, Engie…), ces derniers proposant à la fois la fourniture en électricité et en gaz naturel grignotant les parts de marché jusqu’alors détenues par les acteurs historiques.

La France est un pays qui importe la quasi totalité du gaz naturel consommé : 98% provenant de la Norvège, de la Russie, des Pays-Bas ou encore de l’Algérie. Dans le contexte géopolitique actuel – conflit russo-ukrainien – , le prix du gaz naturel connaît des variations revues à la hausse car l’offre se raréfie. Les acteurs alternatifs arrivent donc à point nommé pour compenser ces prix et proposer des offres plus alléchantes pour le consommateur.

Au 1er janvier 2018, le prix du gaz naturel va encore augmenter en France, de 6,9% pour les consommateurs utilisant le gaz pour se chauffer. La hausse est moins importante pour son utilisation en cuisine, ou pour chauffer l’eau (respectivement 2,3% et 4,3%) mais reste toutefois plus élevé que l’électricité, dont le prix poursuit sa stabilité.

Quel avenir pour le gaz naturel face à l’impressionnante croissance des fournisseurs alternatifs ?

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business

Sources :

Energie-info.fr

Entreprises-collectivites.engie.fr

connaissancedesenergies.org

X