Gwendoline CAZENAVE, SNCF, entre communication et encadrement

Gwendoline CAZENAVE, SNCF, entre communication et encadrement

Gwendoline CAZENAVE occupe depuis deux ans, au sein de la SNCF, la fonction de Directrice TGV Atlantique, soit une prise de poste quelques mois avant la mise en services des lignes. Elle a pour responsabilité les deux lignes Bordeaux et Bretagne. D’une formation financière, ayant occupé de nombreux postes à des fonctions business et managériales, son objectif est ambitieux : réaliser la mise en oeuvre de deux cents TGV par jour, de Paris à l’ensemble des destinations de la façade atlantique, de Saint-Malo à Toulouse, en passant par Brest, La Baule, Pau…

Ce sont 5000 collaborateurs qui sont aujourd’hui en charge de ce bon fonctionnement, dans tous les métiers de la gare, du train, de la maintenance, avec en outre un conséquent travail en amont sur  la construction du service : horaires, tarifs, fréquences…

Des missions, un objectif

 

Pour Gwendoline CAZENAVE, sa mission est plurale : encadrer et veiller au bon fonctionnement s’accompagne d’une bonne communication avec le réseau commercial et les relations institutionnelles, afin que chacun mesure les enjeux et soit conscient du rôle à jouer. Elle travaille ainsi en étroite collaboration avec les Directeurs opérationnels du Sud-Ouest, de la Bretagne, du Pays de la Loire, ou encore de Paris, notamment avec la Direction commercial marketing.

Pour Gwendoline CAZENAVE, l’objectif est d’augmenter la mobilité entre les grandes métropoles, et notamment d’aller chercher un marché soit qui ne voyage pas, soit qui voyage en voiture, actuellement le moyen de transport le plus concurrentiel du point de vue de la SNCF. Aujourd’hui, le train n’est pas encore un réflexe immédiat.

Quels sont aujourd’hui les objectifs annoncés liés à la LGV ? Pour les clients, il s’agit de de voyager plus vite (2h entre Paris et Bordeaux), de voyager plus (avec 33 allers-retours par jour), de voyager plus nombreux (avec une rame spéciale à deux niveaux, pour plus de 35 000 places par jour).

Au regard de la politique de prix, un Bordeaux – Paris en Ouigo permet d’obtenir une offre très accessible. Si plus de 40 millions de voyageurs circulent sur la façade atlantique, le plus important trafic concerne l’axe Paris-Bordeaux, et ce, dans les deux sens, soit 5 millions de clients, 50% de plus qu’auparavant.

Avec la LGV, parmi les principaux axes de développement encore en oeuvre, Gwendoline CAZENAVE se donne pour ambition de poursuivre la croissance, toujours sur une tendance de croissance extrêmement forte du trafic.

L’attention est également portée à l’augmentations de la satisfaction client (rapport qualité prix, confort train, services à bord…). Désormais, avec la politique produit développée sur le train, la SNCF a réussi à capter des parts de marché à l’ensemble des modes de transports, et ce, malgré la multiplication des concurrents (bus, covoiturage…), en forte expansion.

Depuis son lancement en juillet 2017, la Ligne Grande Vitesse entre Bordeaux et Paris a permis de rapprocher la métropole néo-aquitaine de la capitale du pays. En 2h04, il est possible de réaliser ce trajet à des prix plus que compétitifs, ce qui n’a pas manqué d’attirer beaucoup plus de voyageurs. C’est dans cet objectif que la gare de Bordeaux a débuté sa transformation, pour accueillir un plus grand nombre de voyageurs tout en garantissant leur confort.

CONSULTER LE GRAND DOSSIER LGV

 

 

Aucun commentaire

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X