Handicap, emploi : au coeur de l’apprentissage

handicap et emploi au coeur de l’apprentissage Bordeaux Business

Handicap, emploi : au coeur de l’apprentissage

Le 2 juillet dernier, à Saint Geours de Maremne, dans les Landes, une initiative unique en France a vu le jour sur le sol néo-aquitain. En effet, une convention tripartite, rassemblant Union Nationale des Entreprises Adaptées (UNEA), ENEDIS ainsi que la Région Nouvelle-Aquitaine a été signée en faveur de la création d’une section d’apprentissage inclusive, dont les bénéficiaires seront les jeunes et adultes en situation de handicap. L’objectif de cette section est de permettre l’accès à l’emploi à ces personnes, grâce à des formations spécifiques.

 

Le handicap sur le marché du travail

 

En France, 12 millions de personnes sont touchées par le handicap, et 500 000 d’entres elles sont au chômage, soit 19% de la population selon le communiqué de presse de l’UNEA du 3 juillet 2018. De plus, les personnes touchées par le handicap sont à la recherche d’un emploi pendant une période plus importante que les personnes valides, avec 801 jours de chômage, contre 597 pour l’ensemble de la population. Une différence de 25% qui a du mal à passer pour la grande majorité des français.

Ainsi, la conduite d’un tel projet en Nouvelle-Aquitaine vient apporter une solution possible pour inciter les entreprises à recruter, et les apprentis à s’intégrer plus facilement sur le marché du travail à la fin de leur période d’apprentissage. Baptisée SAIJAH (Section Apprentissage Inclusive Jeunes et Adultes Handicapés), cette section ouvrira sa première promotion à la rentrée de septembre 2018, offrant ainsi aux futurs apprentis de se former autour de plusieurs secteurs d’activité : électronique, électrique ou électrotechnique. Les formations théoriques permettent aux apprentis d’être formés au sein de CFA partenaires, dans toute la région, et ce, de manière inclusive. Par la suite, la partie pratique de l’apprentissage se fait au sein d’entreprises classiques, ou adaptées. Ainsi, les personnes inscrites pourront être reçues sur les différents sites régionaux d’ENEDIS ou dans des entreprises adaptées pour apprendre l’aspect pratique du métier.

 

La Grande Région au cœur de l’insertion

 

Si la région Nouvelle-Aquitaine a été choisie pour l’ouverture de la première SAIJAH, ce n’était pas sans raison. En effet, la région a été retenue par l’UNEA car le Conseil Régional de la région soutient grandement l’insertion des personnes en situation de handicap dans la vie active, et possède à ce jour l’un des réseaux de CFA les plus fournis du pays. Le partenariat avec ENEDIS s’inscrit également dans cette même logique, avec la volonté du groupe de recruter des personnes issues de Bac Pro des Métiers de l’Électricité et de ses Environnements Connectés (MELEC), une formation qui sera dispensée au sein de la section d’apprentissage. De plus, le groupe mène depuis quelques années une politique en faveur du handicap assez dynamique, ce qui correspond tout à faire à ce qu’UNEA veut encourager.

Il existe de multiples pathologies de handicap. Des moins invalidantes aux plus lourdes, il n’est pas possible de former et d’intégrer une personne de la même manière. Ainsi, l’un des points essentiels que souhaite appliquer la SAIJAH est d’accompagner les apprentis dans leur formation, mais aussi lors de leur arrivée dans l’entreprise en tenant compte de leurs besoins afin que cette intégration soit la plus réussie possible. Il est aussi indispensable pour les personnes à mobilité réduite que les établissements recevant du public soient accessibles depuis la loi du 11 février 2005, sans quoi l’intégration dans l’entreprise est tout bonnement compromise. Enfin, pour les personnes en reconversion professionnelle qui décident de débuter une nouvelle formation d’apprentissage, la SAIJAH a pour objectif de les accompagner dans ce changement.

L’UNEA a pour ambition de favoriser l’intégration durable de personnes en situation de handicap sur le marché du travail dans plusieurs secteurs. Si la Nouvelle-Aquitaine, présentée comme un tremplin pour le projet SAIJAH permet de réduire le nombre de personnes en situation de handicap à la recherche d’un emploi, alors ce modèle pourrait bien avoir toute la légitimité de se dupliquer dans d’autres régions de France.

 

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business

Source :

Communiqué de presse de l’UNEA – 3 juillet 2018

Aucun commentaire

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X