Immobilier d’entreprise, la ruée vers l’Ouest

Vue aérienne d'Arcachon et sa plage de sable fin

Immobilier d’entreprise, la ruée vers l’Ouest

Véritable produit d’investissement, l’immobilier devient un enjeu B2B. Les nouveaux usages des bâtiments tertiaires renforcent ainsi la tendance du property management qui concerne essentiellement la gestion des produits immobiliers. Sur Bordeaux, l’indicateur prédictif du marché des bureaux en 2020 est positif. En effet, le marché de l’immobilier tertiaire devrait augmenter de 9,3 % sur la métropole bordelaise d’ici un an. L’immobilier tertiaire désigne aussi bien les immeubles de bureaux qui représentent les trois quarts de l’immobilier tertiaire, que les commerces ou les hôtels pour le quart restant. Cette attractivités des villes du littoral Ouest Aquitain constitue ainsi une perspective d’investissement pour les entreprises bordelaises qui cherchent à conjuguer business et qualité de vie.

Entreprises, une demande immobilière tertiaire particulière

Comment gérer au mieux un projet d’immobilier d’entreprise pour des professionnels ? C’est ce que propose Bureauxlocaux, un site spécialisé dans les annonces immobilières pour les entreprises. A l’occasion de la parution de son baromètre semestriel concernant la demande de bureaux à louer en région, Bureauxlocaux a pu analyser 1,5 million de recherches immobilières de dirigeants d’entreprises effectuées sur sa plateforme au premier semestre 2019. Du fait, de cette attractivité, la demande en immobilier d’entreprise est clairement identifiée par la région Nouvelle-Aquitaine dans sa stratégie foncière qui comporte un volet immobilier d’entreprise. Cette stratégie passe avant tout par des investissements et des soutiens à des appels de projet. Cela est d’autant plus important pour la Métropole car Bordeaux constitue le 4ème marché régional en termes d’immobilier tertiaire.

L’immobilier tertiaire peut également s’avérer être un bon produit d’investissement. Or parfois on assiste à une frilosité de la part des investisseurs du fait de la différence d’investissement avec le locatif d’habitation. De plus, contrairement au marché de l’immobilier classique, le marché de l’immobilier tertiaire dépend de la conjoncture économique générale et non pas du pouvoir d’achat des ménages.

Un marché de l’immobilier bordelais tendu qui freine la demande des entreprises

Alors que la Nouvelle-Aquitaine affiche une perspective de croissance de 9,3% pour le marché du bureau, d’autres régions tirent davantage leur épingle du jeu en termes d’attractivité. En effet, alors que des Métropoles comme Lyon et Nantes arrivent en tête des recherches d’immobilier pour les entreprises avec respectivement 23,4% et 11,5% de croissance pour le secteur, la métropole Bordelaise est freinée par une mauvaise conjoncture de son marché immobilier. Au premier plan figure une mauvaise adéquation entre l’offre des logements et les capacités financières des ménages mais également des entreprises. De plus, la forte croissance démographique de la Gironde et de Bordeaux-Métropole s’opèrent au profit d’un recentrage de la population sur l’agglomération principale, ce qui a pour conséquence l’apparition de flux tendus pour l’immobilier d’entreprise. Selon l’Observatoire de l’Immobilier d’Entreprise Bordeaux Métropole (OIEB), 34 200m² ont été loués ou vendus au 1er trimestre, contre 31 200m² l’an dernier. Les entreprises privilégient dans leur demande de bureaux à louer ou à vendre. A l’inverse, la demande d’entrepôts et de locaux d’activités est moins nombreuse (-19,8% par rapport à l’an dernier). La contraction des volumes est donc Du fait de cette tension sur le marché, les entreprises qui cherchent à profiter du rayonnement de Bordeaux partent s’installer dans le quartier Euratlantique.

Afin de ne pas pénaliser ces entreprises qui souhaitent s’implanter sur notre territoire, Bordeaux Métropole a lancé le programme Aire (Aménager, Innover, Redessiner, Entreprendre). Après le succès de la première édition qui a donné lieu à un appel à projet réussi, la deuxième édition qui vient d’être lancée début juillet opère également dans la perspective du renouvellement de l’immobilier d’entreprise. Pris en charge par La Fab, le service d’urbanisme commandité par la métropole, l’appel à manifestation d’intérêt qui se termine le 27 septembre doit concerner cette fois la requalification de sites par des interventions sur des bâtiments ou des sites artificialisés. De son côté, la Métropole produit de l’immobilier de bureau neuf. Avec l’émergence de nouveaux modes de vie et de travail, les métropoles régionales qui se partagent le marché de l’immobilier d’entreprise, mettent donc en avant des politiques de grands projets qui répondent à la repolarisation et aux nouvelles centralités urbaines.

La Nouvelle-Aquitaine souhaite donc être un acteur de premier plan du foncier pour les entreprises. Caractérisé par une forte densification et une sous-utilisation dans une partie de la Métropole, le territoire néo-aquitain doit pouvoir répondre à la fois à une exigence environnementale du renouvellement urbain et aux demandes d’aménagement soutenables souhaités par les entreprises bordelaises.

Justine ANGIBAUD

Sources :

Bordeaux Business, « Immobilier d’entreprise, le nouvel eldorado bordelais »

Etude “Une dynamique démographique complexe”, A’URBA, 2019

Site officiel de la CCI

Bordeaux Immobilier

Site officiel de la French Tech

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X