Ingénierie Grands Projets et Système Complexes : une success-story néo-aquitaine

Un ingénieur en plein de travail de réflexion un crayon à la main

Ingénierie Grands Projets et Système Complexes : une success-story néo-aquitaine

Acteur fondamental du développement régional de Nouvelle-Aquitaine depuis 14 ans, le Congrès IGPSC rassemble à la fois des industriels, des chercheurs et des universitaires : une approche transversale qui permet une valeur ajoutée aux partages d’expérience. A l’occasion de sa 14ème édition qui s’est déroulée le 24 et 25 juin derniers à Arcachon, Jean-Pierre RAPIN, Président du Comité de Programme de Avantage Aquitaine qui n’est autre que l’entreprise organisatrice, a mis en avant le souhait de faire de la région Nouvelle Aquitaine une référence dans le monde de l’ingénierie. Dans un contexte de remise en cause de la course au progrès qui a pu amener des dérives tels que l’extinction de ressources naturelles ou des catastrophes nucléaires, la Nouvelle-Aquitaine redonne confiance dans la technique grâce à des grands projets de qualité qui associent intelligence collective et progrès technique.


IGPSC entre technologie et humanisme

Rencontre annuelle d’un réseau de chefs de projets, responsables commerciaux, ingénieurs…le Congrès Ingénierie Grands Projets et Systèmes Complexes (IGPSC) accueille chaque année une vingtaine de conférenciers pour aborder des sujets aussi divers que complexes comme la nouvelle gouvernance de projets, l’élevage d’insectes pour devenir leader mondial des protéines alternatives, l’espace ou encore les énergies renouvelables. Chaque année, un grand témoin rythme cette rencontre. Pour cette 14ème édition, Jacques Arnould était ainsi l’invité à l’honneur. Chargé de mission pour les questions d’éthique au Centre national d’études spatiales, Jacques Arnould est passionné par l’aéronautique et l’espace. Ce spécialiste de théologie de création et notamment des sciences de l’évolution, pense que la capacité humaine à imaginer l’avenir est infinie.

Pour que les développements techniques en cours n’aient pas de conséquences qui échappent à l’humain, l’édition 2019 d’IGPSC proposait de nombreux sujets liés aux problématiques industrielles et business actuelles. Elle consacrait notamment un sujet à la simulation numérique animée par Anouk Barberousse, professeure à la Sorbonne. En effet, la simulation numérique est un enjeu de taille dans un contexte industriel puisqu’il peut permettre aux entreprises de faire face à la mondialisation, à la concurrence, ou encore aux pressions exercées vers le bas sur les prix. Responsable Hygiène, Sécurité et Environnement au sein du Groupe Ariane, Virginie Noel a également animé une conférence sur le sujet de la loi de la biodiversité dans les grands projets, symbole de la prise en compte de la transition énergétique et du développement durable dans la gestion de grands projets d’aménagements.

Bordeaux, un lieu incontournable de grands projets régionaux

Les grands projets sont des projets de grande envergure qui concernent des domaines très variés comme le transport, l’environnement, le génie civil, les sciences, l’industrie ou la cybersécurité. Parmi les grands projets identifiés à Bordeaux, le FEDER a soutenu un grand équipement de loisir culturel autour du vin qui n’est autre que la Cité du Vin. Ce grand projet a ainsi incarné un lieu innovant, inédit loin de l’image traditionnelle du musée, grâce à une scénarisation pointue et à une expérience visiteur approfondie. Par son architecture et l’esprit général du lieu, ce grand projet aquitain soutenu par l’Union Européenne, ce tiers-lieu, exprime la civilisation du vin. Ainsi, les fonds européens constituent des leviers de développements importants pour les territoires. A titre d’exemple, près de 2,5 milliards d’euros de fonds européens sont attribués à la Région Nouvelle-Aquitaine sur la période 2014-2020 pour réaliser des projets sur le territoire. Ces grands projets doivent néanmoins contribuer au développement durable par une approche inclusive et citoyenne.

Bordeaux a ainsi été le théâtre de beaux projets à dimension régionale mais aussi nationale. C’est notamment le cas du robot éducatif poppy qui a été créé avec et pour des acteurs de l’éducation tels que le Lycée Camille Jullian et le Lycée François Mauriac à Bordeaux. Les grands projets ne sont pas seulement circonscrits à Bordeaux. C’est le cas notamment du projet Lascaux 4 à Montignac qui place la technologie au service de la médiation ou encore le grand port Maritime de La Rochelle qui sont également des projets régionaux d’importance.

Si des penseurs contemporains comme Hannah Arendt mettent en avant une “critique de la raison technique” où la machine prendrait le dessus sur l’humain, la réflexion contemporaine sur la technique ne doit pas uniquement se focaliser sur des enjeux matériels ou financiers mais également sur un coût écologique ou humain. Avec des débats toujours plus poussés et créatifs, le congrès IGPSC place résolument l’humain au sein du débat scientifique et technologique. Que ce soit par le biais d’événements professionnels ou bien par la politique de grands projets menée par la région Nouvelle-Aquitaine, de nombreuses inquiétudes et fantasmes entourent le pouvoir technologique, il convient donc d’adopter une distance critique vis-à-vis du pouvoir démiurgique prêté à la science pour déceler toutes les opportunités qu’elles constituent pour les entreprises bordelaises.

Justine ANGIBAUD

Sources :

Bordeaux Business, Congrès IGPSC, L’Ingénierie du Progrés, Audrey KOZACZKA

Site officiel de la Commission Européenne

Site Aquitaine Online

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X