Vendredi 2 juin se poursuivait à Bordeaux le marathon médiatique autour d’Armel Le Cléac’h, vainqueur du Vendée Globe 2017. La Banque Populaire, sponsor du skipper depuis 3 saisons, organisait un événement en son honneur autour du thème de l’innovation et de l’entrepreneuriat. Bordeaux Business a eu la grande chance de participer à cet événement riche en émotions humaines et en plaisir des papilles !

Entre innovation, entrepreneuriat et sport, les liens ne sont pas évidents à première vue. Pourtant, à l’écoute d’Armel Le Cléac’h et de la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, les synergies sont aisées à mettre en oeuvre.  Au cœur de l’exploit, du dépassement de soi,  la Banque Populaire est une habituée du sponsoring des sportifs de la mer. Ses investissements conséquents, en grande partie dédié à la recherche et à l’innovation, ont ainsi déjà mené à la victoire Charline PICON, championne Olympique 2016 en planche à voile RS:X, ou encore Loïck PEYRON, vainqueur entre autres de la route du Rhum 2014. Jonathan LOBERT, médaillé de bronze 2012 en Finn, était d’ailleurs présent lors de l’événement.

Face aux éléments, la technique, l’équipe, la motivation, l’innovation portent ces réussites. En mer, l‘engagement personnel, temporel et financier induit par un tel métier rejoint en effet en bien des aspects une réalité entrepreneuriale, aussi bien sur le fond que sur la forme. Comme tout projet technologique d’envergure, le Vendée Globe implique une prise de risque conséquente et une stratégie bien rodée qui s’inscrivent dans le temps.

La participation d’Armel Le Cléac’h à cette saison du Vendée Globe a demandé une vision sur 4 ans et 3 ans de recherche dans la quête de la performance pour produire un bateau unique et novateur. C’est donc tout un travail de R&D monopolisant une équipe d’une dizaine de personnes y compris des ingénieurs qui a été effectué. Ce bureau d’étude pour l’innovation a choisi de s’écarter des sentiers battus en abandonnant le traditionnel trimaran (modèle avec lequel Armel le Cléac’h avait concouru les deux saisons précédentes) pour un monocoque, en y intégrant un outil qui n’avait alors jamais été utilisé ailleurs que sur des multicoques. Dans le but de réduire le temps de trajets, et après un long travail d’optimisation, fiabilisation et développement, ils ont développé des foils – ailettes transmettant une force porteuse, et limitant donc les frottements sur la coque du bateau.

Au-delà de l’innovation, c’est un véritable pari de passer de la R&D à la mer… Force et conviction, lorsque l’on sait que malgré le dimensionnement d’un bateau-test à l’échelle un tiers, tous les facteurs n’étaient pas réunis pour des conditions réelles. Le pari s’est pourtant révélé réussi puisque Armel Le Cléac’h a réalisé le Vendée Globe en 74 jours, soit quatre jours de moins que le record précédent.

Si une bonne base est obligatoire pour assurer la réussite d’un tel projet, c’est par la suite la façon de « mener sa barque » qui fera la différence. Le skippeur compare l’attitude à avoir sur le bateau à “un jeu d’échecs permanent” où il faut mettre en place une stratégie pour ne laisser aucune brèche à la concurrence. Par ailleurs, les entreprises sont très nettement inspirées du sport et des relations d’équipe. Dans les deux cas, la cohésion se met au service de la performance. De la même manière, la communication est la clé au quotidien et en particulier dans les moments difficiles. Il appartient au navigateur et au chef d’entreprise de s’assurer qu’elle ne s’efface pas devant les obstacles.

Enfin, si l’innovation est au cœur du sport, elle l’est aussi dans les projets d’entreprises ambitieux. Comme le dit si bien la Banque Populaire, en qualité de  “symbole ultime de la personne entreprenante”, Armel le Cléac’h annonce déjà un tout nouveau projet : créer un trimaran novateur, volant grâce à des foils et des plans porteurs.

L’envergure attendue  du projet ?  Ce qu’on sait à l‘heure actuelle, c’est qu’il devrait mesurer 32 mètres de long, 23 de large et 38 de haut. Au delà des « exploits » sportifs attendus d’une telle entreprise, ses résultats devraient pouvoir être transposés à l’écologie, notamment en matière de transport maritime « propre ».

 

Bordeaux Business se joint bien évidemment à la Banque Populaire pour souhaiter bon vent aux initiatives, aux sportifs et aux entrepreneurs de demain.

 

Candice Cibois – Bordeaux Business

Sources :

societariat.bpaca.banquepopulaire.fr

voile.banquepopulaire.fr