Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business…
Le Media des Entreprises & des Entrepreneurs

Contactez-nous :
  • Aucun produit dans le panier.

L’apprentissage en souffrance, quelles solutions?

  /  Brèves   /  L’apprentissage en souffrance, quelles solutions?
Jeune femme ordinateur lunettes

L’apprentissage en souffrance, quelles solutions?

L’apprentissage est le parfait compromis entre formation et insertion progressive dans le monde professionnel. En 2019, 485 800 individus évoluent en ce sens, selon le Gouvernement (1). C’est l’année ayant observé la plus grosse hausse de signatures de contrats d’apprentissage. L’année 2020 s’engageait alors très bien. C’était évidemment sans compter sur la Covid-19. En effet, cette dernière a profondément impacté le système éducatif. Alors que les médias parlent énormément de la fermeture puis de la réouverture progressive et dans le respect des gestes barrières des collèges et lycées, les CFA ont également connu certaines perturbations. La formation en général doit aujourd’hui trouver des solutions pour continuer d’approvisionner la jeune génération en savoirs. Cette dernière doit pouvoir intégrer le monde du travail de la même manière que la génération précédente, peu importe le contexte sanitaire et économique du pays. 

Le plan de relance de l’apprentissage, au secours “d’une génération sacrifiée”

Selon l’enquête de la FNADIR (Fédération Nationale des Associations Régionales des Directeurs de Centres de Formation d’Apprentis) et ORCOM (Cabinet d’expertise-comptable), les CFA souffrent de la Covid-19. En effet, les formations proposées par ces établissements risquent d’en pâtir des problèmes de trésorerie. Ainsi, certaines sections pourraient fermer. Il y a également une augmentation de rupture de contrats d’apprentissage. C’est en Nouvelle-Aquitaine que le nombre de rupture de contrats est le plus élevé, entre mars et le 15 mai 2020, toujours selon l’enquête de la FNADIR et ORCOM. Le fort essor constaté en 2019 dans le domaine de l’apprentissage devrait alors considérablement chuté suite à l’impact de la Covid-19. C’est pourquoi, les établissement scolaires mettent en oeuvre des alternatives, basées généralement sur la solidarité. Le Gouvernement prête également main forte au système éducatif. 

Afin d’amortir les conséquences de la Covid-19 sur l’avenir des jeunes quant à leur apprentissage, le Gouvernement met en place un plan de relance de l’apprentissage. Ce dernier a pour objectif de créer une aide exceptionnelle dans le recrutement des apprentis dès la rentrée de septembre 2020. Ce plan consiste à verser des aides financières. En effet, c’est 5 000€ qui seront versés pour un apprenti de moins de 18 ans et 8 000€ pour un apprenti majeur (2) aux entreprises. De plus, la période de recherche d’un contrat d’apprentissage est étendue. En effet, entre le 1er août et le 31 décembre 2020, les jeunes bénéficient “d’un délai de 6 mois pour trouver une entreprise avec laquelle signer un contrat d’apprentissage” (2).

Le temps, en cette période d’instabilité économique, est le pire ennemi des étudiants et apprentis. La recherche de stages, d’alternances ou d’apprentissages se fait plus difficilement. La plupart des recrutements se fait aujourd’hui de manière virtuelle, dématérialisée. Alors, ajouter une période supplémentaire pour trouver une offre d’emploi correspondante à son profil, est presque inévitable. 

Vers une nouvelle vision de l’école et de la transmission des connaissances

La jeune génération d’aujourd’hui voit son système scolaire et éducatif évoluer sous ses yeux. C’est un changement radical dont aucune autre génération n’avait été confronté auparavant. Cette adaptation, dans la continuité de la transmission des connaissances à ces jeunes, passe par la digitalisation des outils. LiveClass, Zoom et de nombreuses autres plateformes ont fait partie du quotidien de nombreux étudiants pendant le confinement. Pour les plus jeunes, il s’agit de Lumni. C’est la plateforme éducative de l’audiovisuel public français qui met à disposition des cours sous forme de contenus vidéos ou audios. Des professeurs participent à concevoir ces cours qui sont destinés aux élèves allant de primaire jusqu’au lycée

De la primaire jusqu’aux études supérieures, en passant par l’apprentissage en CFA ; il existe des alternatives à l’accès à la culture, au savoir et à la connaissance. De nombreux contrats professionnels se voient retardés ou bousculés par la Covid-19 et la situation économique française actuelle. Malgré tout, des dispositifs se déploient aux quatre coins de la France pour réduire au maximum l’impact négatif de la crise sanitaire sur la génération étudiante d’aujourd’hui. Le Gouvernement mise sur une transmission des savoirs, pour chacun, à chaque moment. Une promesse qui se verra testée très rapidement ; dès la rentrée prochaine en septembre, à distance, à semi-distance ou en physique. 

Sources

FNADIR : www.fnadir.fr/accueil

ORCOM : www.orcom.fr/

Lumni : www.lumni.fr/

  1. 485 800 apprentis en 2019 : un record pour l’apprentissage en France, du Gouvernement, du 4 février 2020
  2. Plan de relance de l’apprentissage : ce qu’il faut retenir, du Ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion, du 12 juin 2020

Consultante Media pour BORDEAUX Business Le monde évolue si rapidement culturellement, économiquement, artistiquement... qu'il faut bien le raconter quelque part. La ville de Bordeaux en traduit bien les nuances. C'est un plaisir de vous les relater !

X