La DLR organise son 53ème Congrès sur le thème des nouvelles technologies

La dlr organise son 53ème congrès

La DLR organise son 53ème Congrès sur le thème des nouvelles technologies

Les acteurs du marché des matériels de manutention pâtissent depuis un certain temps, de l’image d’un secteur peu valorisant avec peu d’avenir. Cette idée persiste alors que les initiatives engagées pour lutter contre les préjugés se font connaître. La DLR présente à ce titre la 53ème édition de son Congrès sous le signe d’un secteur tourné vers son futur, avec au rendez-vous le Big data et la robotisation.

La Fédération des Matériels de Construction et de Manutention, plus de 70% des acteurs du marché

La Fédération des Matériels de Construction et de Manutention regroupe depuis 1965 près de 70% des acteurs du marché national. Les entreprises de distribution, location, maintenance et service de matériels BTP et manutention, sont amenées à participer au 53ème Congrès de la DLR, pour pouvoir échanger sur les problématiques qu’ils rencontrent. Le thème de cette année « Nouvelles données, nouvelle donne », abordera des sujets autours des nouvelles technologies et des enjeux qu’ils accompagnent. Des débats tels que le droit des robots ou l’utilisation de joysticks rythmeront la journée.

Cependant les nouvelles technologies ne sont pas le véritable sujet qui inquiète le secteur. En effet, la pénurie de candidatures est le principal problème pesant sur les sociétés de matériels de BTP et de manutention, cela depuis plusieurs années déjà. La source du problème se trouve dans les systèmes d’éducations, qui entretiennent l’image des filières de formations à la manutention comme le choix de la dernière chance, ou d’une formation peu valorisante, plus ou moins liée à l’échec scolaire. Bien souvent, les enseignants ne connaissent pas les spécificités de ce marché, ni les débouchés possibles. L’orientation vers la voie professionnelle à la fin du collège ou au lycée ne doit plus être subie mais désirée, choisie par l’étudiant.

Un secteur en pleine croissance

Il se trouve que la réalité du marché est bien différente de l’image qu’on aime lui donner, avec des formations exigeantes, des postes évolutifs et stables, un secteur développé et une demande de candidatures forte. Par an, c’est environ 1500 postes qui sont à pourvoir, dont 360 en Nouvelle-Aquitaine. La DLR demande aux services publics de l’emploi et de la formation de mieux informer les jeunes à la réalité secteurs, qui pèse près de 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploi plus de 43 000 salariés. Un secteur qui ne connaît pas vraiment la crise, car la France est l’un des principaux marchés en Europe sur l’utilisation des matériels de travaux publics (17% à 20%), et est l’un des premiers producteurs. Cependant, chaque année, ce n’est environ que 1000 étudiants qui sont diplômés dans ce secteur, alors que 90% des postes sont des CDI.

La DLR, ainsi que ses partenaires, ont donc décidé de s’attaquer le problème à la source. Depuis dix ans, le « bus découverte » sillonne les routes pour faire découvrir aux collégiens leur vision et l’avenir du secteur. Un nouveau site a aussi été lancé, www.3mtpm.com, aidé d’une présence sur les réseaux sociaux, lequel présente les filières, les postes et débouchés liés au secteur, autant aux étudiants, qu’aux enseignants.

Encourager l’innovation au quotidien

C’est dans ces enjeux que s’est déroulé le 53ème Congrès de la DLR. Organisé le 22 et 23 mars 2018 au Palais des Congrès de Bordeaux, 700 professionnels étaient présents. Plusieurs intervenants sont aussi attendus pour échanger au sujet des nouvelles technologies et de leur impact dans le secteur. Les participants sont amenés à discuter de l’utilisation du big data ou de la robotisation de certains processus de production.

La nouveauté du salon est la création des  « Grand Prix Matériel » qui sont au nombre de 5 en tout. Destinés aux adhérents DLR, les participants recevaient les prix de l' »Innovation matériels compact », l »innovation petit équipements de chantiers et outillage », l »Innovation service »,  « Commercial – Relation client » et le prix « SAV–Maintenance ». Ces prix ont pour initiative de mettre en lumière et d’encourager les acteurs innovants du marché.

Les récompenses de la Fédération permettront peut-être de redonner des couleur à un secteur souvent touché par des idées infondées. Tournées vers l’avenir, les entreprises de matériels de manutention montrent bien qu’elles tiennent à répondre aux évolutions du marché qui leur est favorable.

Yoann Saget
Bordeaux Business

Sources :

Communiqué de presse

www.dlr.fr

 

Aucun commentaire

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X