Construite à Talence en 1989, l’espace Médoquine est une salle de spectacles, concerts, congrès et forums qui a accueilli de nombreux artistes internationaux tels que Youssou N’Dour, Saez, Oasis ou encore des spectacles de danse, humoristiques qui viennent parfois du bout du monde. Avec sa place centrale, à proximité des Boulevards, la Médoquine est un bâtiment connu de tous, pouvant accueillir jusqu’à 3000 personnes debout.

Mais cette salle commence à devenir obsolète : en cause, des nouvelles normes de sécurité auxquelles elle ne répond plus, un coût d’entretien trop important… Les visiteurs font aussi remonter d’autres “problèmes” qui les dérangent tels que le manque de places de stationnement, les nuisances sonores provenant de l’extérieur à cause de la proximité de la route et l’insonorisation du bâtiment jugée insuffisante.

Pour procéder aux rénovations et à la mise en normes de l’espace, la ville de Cenon devrait s’acquitter d’une somme « de 3 à 4 millions d’euros », ce que le Maire, Alain CAZABONNE, ne se voit pas injecter. En cause, le souhait de concrétiser d’autres projets jugés prioritaires, comme un auditorium, des bureaux ou des commerces.

L’un des “monuments” de Talence vit donc ses derniers concerts, face à un chantier de taille situé à Floirac, l’Aréna, déjà considéré comme le Zénith de Bordeaux comptant 11 000 places. Cenon envisage aussi la construction d’une salle de spectacle de 2 500 places qui viendrait s’ajouter à un décor déjà occupé en partie par le Rocher Palmer, venant ainsi pallier le manque de place lors de concerts quasiment tous complets.

Construire de telles salles permet de répondre à davantage de demandes des « cultivores » qui ne peuvent pas tous assister au concert de leur choix, mais aussi de rendre à certaines salles leur utilité première comme la vocation sportive de la Patinoire Mériadeck, ou encore de remplacer le gymnase Palmer qui a été jugé trop vétuste pour accueillir des manifestations (la salle de spectacle sera construite sur ce terrain).

De plus, la volonté est mise sur la construction de salles avec de meilleures acoustiques     et une meilleure isolation sonore, afin de garantir la meilleure expérience possible aux spectateurs, et s’inscrire parmi les salles de concert les plus modernes de France.

Depuis quelques années, Bordeaux et son agglomération se situent dans une dynamique de modernisation au niveau des constructions et des infrastructures.

La salle Médoquine s’inscrit dans le Bordeaux “passé” et se retire du décor culturel Aquitain, après presque 30 années de service, pour laisser place au Bordeaux nouveau, restant un lieu emblématique dans le cœur de tous les Bordelais…

 

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business

Pour en savoir plus :

rue89bordeaux.com