Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business… Actualités économiques de la région Bordelaise.

Contactez-nous :
  • No products in the cart.

BORDEAUX Business

  /  BRÈVES   /  La mobilisation des employés de proximité durant le COVID-19
Etal de fruits et légumes de proximité BORDEAUX Business

La mobilisation des employés de proximité durant le COVID-19

Depuis mi-mars (le 14 mars 2020 précisément), le COVID-19 a précipité la fermeture de tous les établissements recevant du public. En réalité, il s’agit de tous les établissements considérés comme “non essentiels” à la vie quotidienne. Les cafés, bars, restaurants, cinémas ou encore magasins de vêtements ou de décoration pour ne citer qu’eux sont concernés. Cela a vocation à limiter fortement les contacts et la proximité des personnes en ville. En complément, le confinement instauré vise à limiter les déplacements non nécessaires de la population.

Poursuite de l’activité des commerces de proximité

Malgré le confinement et de fermeture des établissements publics, certains lieux demeurent ouverts. En effet, les commerces de proximité, sont indispensables à la vie des populations. Cela concerne également les banques, les pharmacies, ou encore certains bureaux de poste. Ce sont des établissements où les salariés poursuivent leur activité, et interagissent avec des personnes potentiellement malades. Comme le personnel soignant en première ligne, les salariés toujours en poste risquent leur santé chaque jour. Pour cela, les directions des établissements ont pris des mesures, en accord avec les Agences Régionales de Santé. L’objectif est de pouvoir accueillir les salariés dans un environnement plus protégé, avec des mesures d’hygiène strictes.

Cela peut s’observer dans de nombreux établissements : les salariés se protègent avec le port de masque et de gants. Le virus se propage avec les gouttelettes émises par la bouche d’une personne malade. En portant un masque bien positionné, le risque s’amoindrit, les gants évitant également de toucher une surface contaminée. Dans la chaîne de boulangeries Ange, les équipiers ont reçu un équipement spécifique. Le port d’une visière anti projections en polycarbonate transparent permet de se protéger des clients potentiellement atteints. Le tout sans que le sourire des vendeurs ne soit masqué, pour conserver une atmosphère bienveillante en cette période particulière. 

Aux caisses, la sécurité des clients est aussi de mise. En effet, les magasins matérialisent des lignes de séparation de 1 mètre en chaque client pour respecter la distanciation sociale. Dans les supermarchés de proximité, les caissiers sont protégés par de grandes vitres en plexiglass pour éviter le contact direct. Lors du paiement, les directives recommandent de privilégier la Carte Bancaire, en sans-contact de préférence. Grâce à cela, il y a bien moins de contact sur le terminal de paiement qu’en saisissant son code personnel.

Un accès facilité aux commerces de proximité

Les salariés et leurs employeurs veulent non seulement assurer leur sécurité, mais aussi celle de leurs clients. Dans les magasins de proximité, la désinfection des surfaces touchées est systématique, comme les terminaux de paiement. Toutefois, il ne s’agit pas des seules mesures mises en place par les commerces. Certains établissements ont par exemple décidé d’aménager des créneaux d’ouverture spéciaux pour la sécurité de tous. Les séniors, femmes enceintes, ou personnes handicapées peuvent donc faire leurs courses dans un environnement plus calme. A Talence, le supermarché Intermarché a donc ouvert ce créneau 30 minutes avant l’heure d’ouverture classique. Un geste solidaire et bienveillant envers les plus fragiles.

Dans le même temps, le personnel soignant est à son tour “soigné” par les commerces de proximité. Ils aménagent leurs horaires afin que les médecins et infirmières puissent effectuer leurs achats après la fin de leur garde. Un geste fort, qui tend une main vers les professions soumises à une tension intense, une manière de les remercier pour leur dévouement. De plus, les commerces de proximité veulent soutenir un autre corps de métier lui aussi directement touché par le virus : l’agriculture. Les producteurs locaux n’arrivent plus à écouler leurs stocks, avec notamment la fermeture des marchés pour éviter les rassemblements. 

Dans cet objectif, les supermarchés de proximité proposent aux agriculteurs de déposer leurs stocks invendus. Cela permet de renforcer l’approvisionnement des magasins en produits frais tout en aidant les agriculteurs locaux. De vrais gestes de solidarité qui mettent du baume au coeur des personnes qui souffrent du COVID-19. La solidarité ne s’arrête toutefois pas là.

Recruter des volontaires pour aider les équipes de proximité

Soutenir et soulager sont les maîtres-mots dans un contexte de pandémie à l’échelle mondiale. A Bordeaux, comme dans le reste du pays, certains secteurs d’activité connaissent une tension de main d’oeuvre. En effet, la peur de contracter le virus est importante. Les équipes qui travaillent dans les commerces de proximité sont restreintes. Cela signifie que le nombre d’heures travaillées chaque semaine augmente également. Dans ce contexte, certains organismes de formation ont décidé de réagir. Pour accompagner ces travailleurs déjà surmenés, ils envoient des candidats prêts à aider au quotidien. Bien que la vie ait ralenti, elle ne s’est pas arrêtée pour autant, et le besoin de main d’oeuvre en devient vital.

Certains secteurs d’activité publient régulièrement des offres d’emploi à temps partiel à pourvoir. Cela permet d’aider à maintenir au mieux l’activité économique déjà bien mise à mal par le virus. Parmi eux, la propreté, l’aide à domicile / EHPAD, les transports, l’agroalimentaire, la logistique ou encore la grande distribution. Sans ces secteurs, l’économie française s’effondrerait, dans la mesure où ces métiers sont indispensables pour tous les citoyens. C’est aussi pour cette raison que les organismes de formation restent en relation avec leurs partenaires en région. Cela permet un bon suivi des dossiers avec les alternants, dans un période complexe où la question de l’emploi est centrale. 

Dans le même temps, il existe des Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GEIQ). Il s’agit de collectifs d’entreprises pilotés par leurs adhérents. Ils mettent en relation des personnes en difficulté d’accès à l’emploi et des entreprises membres qui recrutent. Les salariés sont formés au métier et disponibles directement. Un avantage permettant de venir en aide aux salariés sans emploi et aux entreprises impactées par le manque de salariés. Une solidarité entraînant la reconnaissance de tous les français.

Audrey KOZACZKA – BORDEAUX Business

Sources : 

GEIQ – Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification

Communiqué de Presse Ange – 25 mars 2020 – Le réseau de boulangeries Ange poursuit son activité tout en protégeant ses clients et ses salariés

Communiqué de Presse GEIC – 27 mars 2020 – Ces salariés des Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification engagés durant la crise sanitaire du COVID-19

Consultante Media pour BORDEAUX Business Apporter une analyse sur les grands événements business à Bordeaux me tient à cœur. Un travail de recherche intense, sur toutes les tendances du marché local. Avec BORDEAUX Business, je souhaite apporter aux entrepreneurs toutes les réponses pour évoluer sereinement, au gré de l'économie bordelaise.