MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.
BRÈVES

La pause café, perte de productivité ou booster de team ? – Avec Nespresso

4 avril 2018, Auteur : Bordeaux Business

La pause café, un rendez-vous auquel tout salarié est confronté dans sa vie professionnelle. Cette pause est une étape importante dans le processus de sociabilisation des employés, cependant elle reste encore mal perçue par certaines directions qui y voient un moyen d’échapper à leurs responsabilités, et est peu comprise des étrangers.

Une coutume bien ancrée dans le monde du travail

Bien connue dans les entreprises françaises, la pause-café s’insère dans un rituel social, source d’échange et de renforcement des liens. Le sociologue Pascal Lardellier explique que les rites n’ont pas d’utilité en soi, mais leur action « se situe à un niveau symbolique ». Le rituel de la pause café s’inscrit dans une dynamique de sociabilisation inconsciente qui est saine pour la vie en entreprise, et pour le salarié lui-même.

Selon une étude Ifop/Nespresso de 2014, 84% des français jugent important la pause café, et pour 91% des salariés, la pause-café est le moment idéal pour construire des échanges plus humains et plus personnels. Bien que sous-estimée par les managers, cette réunion informelle participe à la cohésion salariale et à la stimulation professionnelle. La pause est l’occasion de suspendre un temps la routine du travail et de mouvoir un corps qui reste souvent dans la même position.

L’étude illustre le point de vue des salariés sur la pause-café. Pour eux, ce temps de détente rempli plusieurs fonctions essentielles dans leur environnement professionnel. Ils sont 92% à lui attribuer la mission de sortir les employés de leur cloisonnement, ainsi que de leurs contraintes professionnelles durant cet intervalle. Pour 79% des salariés, elle permet également d’entretenir l’esprit d’équipe. Bon nombre d’entre eux reconnaissent y aborder des sujets autours de leur lieu de travail et de leur vie professionnelle (56%), tout comme de sujets d’ordre plus privés (42%). Plus de 50% des employés jugent la pause café comme moment de rencontre avec les autres employés, même si 74% d’entre eux effectuent leur pause avec des employés du même service.

Une trêve à exploiter pour le bien-être de l’entreprise

Cette pause informelle apparaît en quelque sorte comme une preuve de confiance de la part de la hiérarchie, qui n’intervient pas dans cette interruption volontaire du travail.

L’agencement, le type de meuble, la connexion internet ou la qualité des produits consommables sont autant de paramètres importants qui amplifient le bien-être des salariés. La salle de repos permet à l’individus de se sociabiliser de façon moins professionnelle et plus privée. Véritable marque de reconnaissance de la part de la direction, la salle de pause est une source de re-motivation pour l’employé. 70% d’entres eux jugent d’ailleurs la pause comme une source de bien être, et donc d’engagement.

La pause permet donc aux salariés de former un groupe, une unité qui, en agissant de manière coordonnée, sera plus à même de répondre aux attentes de la direction. Pour le psychologue Dominique Picard, les rituels d’interactions servent au groupe « à consolider son unité, supprimer les luttes internes et opposer le groupe en tant qu’entité indépendante à d’autres groupes semblables ». Il faut penser la pause comme un événement business interne, et valoriser les échanges entre les salariés. Ces initiatives nourrissent la confiance et la satisfaction d’évoluer au sein de l’entreprise.

Des salariés engagés

L’engagement des salariés correspond à leur propension à s’approprier les valeurs de l’entreprise et à les considérer comme faisant parties de leurs propres valeurs professionnelles. Les collaborateurs engagés au sein de l’entreprise lui accordent sa confiance et s’impliquent autour d’une vision et d’un projet communs; ils sont attachés à le faire avancer de manière constructive.

L’autre bénéfice de la pause-café reste la lutte contre le phénomène très bien connu de somnolence post-prandiale, c’est à dire de léger endormissement après le déjeuner. Cette somnolence est causéé par la digestion des différents nutriments par notre corps, qui produit un taux plus élevé d’enzymes pour mieux les absorber. Cette production massive d’enzymes fait chuter le taux de sucre très rapidement et est source de fatigue, que la pause-café peut contrecarrer.

 

Cette coutume bien ancrée bâtit et solidifie les liens entre les employés. La pause est une trêve dans le cloisonnement des individus imposé par le monde du travail; une trêve qui permet à l’employé de se relancer et de repartir de plus belle.

 

Yoann Saget
Bordeaux Business

 

Sources :

Etude de Cécilia BRASSIER-RODRIGUES

Etude Ifop/Nespresso

Docteurbonnebouffe.com

 

X