MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

BRÈVES

La transformation digitale : une priorité pour les PME/ETI ?

18 octobre 2017, Auteur : Bordeaux Business

Le brouhaha digital a dépassé le seuil de l’effet marketing. L’heure n’est plus à l’aubaine, mais à une transformation digitale au cœur des business models. « Passera, passera pas », les clients, et leurs smartphones, décideront pour vous. 

L’identité numérique n’est plus une « extension » de l’entreprise, mais bien le premier canal d’acquisition et de conversion clients : rassurer, légitimer, crédibiliser, séduire… Votre écosystème professionnel inclut désormais à part entière l’aspect digital. Site internet, e-réputation, social selling, inbound marketing… Vos clients vous connaissent avant de vous connaître…

De la visibilité à la transformation des business models

Au-delà d’une seule stratégie de visibilité, les dirigeants les plus avertis ont déjà entamé leur transformation. Cependant… Une récente enquête de la BPI démonter que, sur les 1814 dirigeants de PME et ETI sondées, 87% ne voient pas la transformation digitale comme une priorité pour la stratégie de leur entreprise. Manque d’information et de vision quant à tout ce que peut leur apporter le digital pour 45% d’entre eux; tandis que 47% parmi eux pensent que la mise en place du digital n’aura qu’un impact minime dans les 5 prochaines années sur l’activité de leur entreprise.  

Pourtant, le digital, bien réalisé, peut avoir des répercussions non négligeables sur la visibilité d’une entreprise, peu importe son secteur, en attirant plus de personnes susceptibles de devenir clientes, et donc d’augmenter le chiffre d’affaires. Mais cela ne se limite pas uniquement à la seule utilisation d’outils numériques, d’autres paramètres sont à prendre en compte dans la grande équation d’une transformation digitale réussie, comme revoir l’organisation de son entreprise, ou encore ses partenaires… sans oublier le client, qui devient de plus en plus exigeant et pointilleux.

Une frilosité certaine face à une restructuration en profondeur

Si certains affirment que le digital ne leur est d’aucune utilité,  il ne s’agit pas forcément de la véritable raison à cette inertie. En effet, la raison principale (34% des dirigeants interrogés) est le manque de connaissance voire de maîtrise du sujet, ou encore du manque de compétences internes mobilisables, suivi de près par un manque de moyens financiers (28%) pour de petites structures parfois jeunes et en pleine construction de leur business model. Enfin, au cœur même de l’entreprise, les collaborateurs sont parfois assez frileux à l’idée de changer de méthode de fonctionnement et ne souhaitent pas bouleverser leurs méthodes de travail. 

La clé pour réussir ? Se lancer dans cette transformation avec l’ensemble des salariés, et plus particulièrement les équipes dites “opérationnelles” afin que tout le monde bénéficie des mêmes méthodologies et formations. La clé réside dans une organisation hiérarchique (afin que chaque membre de l’équipage soit guidé par le « capitaine du navire) et une mise en oeuvre collaborative (afin que chacun, de la proue à la poupe, prenne conscience de l’importance de son rôle). 

Objectif : de la contrainte à la performance

Il y a donc encore fort à faire pour changer les habitudes de certains sceptiques, afin de leur faire prendre conscience que le digital est une manière plus qu’efficace de conquérir  de nouveaux clients. En ce sens, la fixation d’objectifs cohérentes et progressifs, en corrélation avec la stratégie globale de l’entreprise et son environnement concurrentiel, doit permettre aux dirigeants  d’avancer avec l’ensemble de leurs collaborateurs  vers le succès.

La place du digital dans l’entreprise devient donc de plus en plus centrale, et la démocratisation des nouvelles méthodes et technologies devrait inspirer de nombreux dirigeants d’entreprises de PME, ETI ou même TPE. Un virage digital non plus à venir, mais bel et bien à prendre…

Audrey Kozaczka
Alexandra Zwang
Bordeaux Business

Sources :

BPI France