La VAE, un atout pour les entreprises, par Gérald MAURY, CIBC 33

La VAE, un atout pour les entreprises, par Gérald MAURY, CIBC 33

La Validation des Acquis de l‘Expérience (VAE) est un moyen d’obtenir une certification (diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle) … :

  • En reconnaissant que l’activité professionnelle produit de la compétence. Toute personne acquiert des compétences par la confrontation aux situations de travail, qu’elles soient exercées à titre professionnel ou bénévole
  • Par une voie d’accès différente de la formation : reconnaître ses compétences par la description détaillée des activités de travail permet de faire l’état des lieux des acquisitions et raccourcit les éventuels parcours de formation
  • Qui peut répondre de manière adaptée à des besoins de l’entreprise … mais aussi une opportunité qui peut être vue comme un ingrédient de parcours de professionnalisation

Au fil des années un nombre croissant d’entreprises s’est emparé de la Validation des Acquis de l‘Expérience pour professionnaliser les salariés, développer leur employabilité et leur permettre d’évoluer dans l’entreprise.

On parle généralement de démarche collective de VAE car d’une part initiée et portée par l’entreprise, et s’intégrant dans une stratégie globale, et d’autre part des salariés préalablement identifiés et pouvant être accompagnés collectivement.

Une démarche stratégique pour les entreprises, la préparation de l’avenir

Pour nombre d’entreprises, la VAE s’est imposée comme un outil de gestion des ressources humaines permettant de contribuer à l’amélioration des conditions de travail et notamment à répondre à trois types d’enjeux.

Le premier réside dans l’importance pour l’entreprise de cultiver sa performance par un engagement renouvelé et une qualification actualisée des salariés concernés. Cette démarche permettant de  maintenir en emploi, faire émerger et reconnaître de nouvelles fonctions, ainsi qu’assurer une communication positive et fidéliser les salariés.

Le second enjeu pour l’organisation est de développer sa réactivité et sa flexibilité afin de mieux anticiper et intégrer les évolutions de son secteur et/ou de ses métiers. Ainsi, l’entreprise accompagne les mutations économiques et maintient l’employabilité, favorise les reconversions, dynamise et réduit les coûts de formation.

Enfin, la VAE constitue également pour la société un moyen de m;ettre en œuvre sa responsabilité sociétale en passant la prévention des risques d’usure professionnelle et en agissant sur la professionnalisation

Une démarche valorisante pour les employés, une confiance renouvelée

Pour le salarié, la VAE est un outil de reconnaissance d’une qualification liée à un métier, une fonction, une mission. Une démarche collective de VAE permet à un collectif de travail de se souder autour d’un projet de certification, de s’épauler pour une réflexion et une formalisation de ses pratiques professionnelles et compétences mises en œuvre.

Moyen d’obtention d’une certification et de développement de son employabilité, une démarche collective initiée et soutenue par l’entreprise permet également une reconnaissance au-delà de l’aspect financier. D’une part, elle est porteuse de l’instauration de nouvelles relations entre le salarié et l’encadrement à travers le développement du dialogue social. D’autre part, elle favorise une logique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, démarche structurante pour l’ensemble des parties.

Et pourtant, même si elle reste stable dans sa structure, la VAE – individuelle ou collective – s’essouffle depuis 2011.

Un cadre légal favorable à une généralisation de la VAE

Aussi, fort de ces constats, les acteurs institutionnels et politiques se sont emparés de nouveau de ce sujet à travers deux autres lois qui vont dans le sens de la nécessaire évolution du dispositif VAE dans le cadre d’un intérêt conjoint entre employeur et salarié.

En 2014, la Loi n° 2014-288 du 5 mars relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale modifie plusieurs points relatifs à la VAE en énonçant notamment l’éligibilité de l’accompagnement à la VAE au Compte personnel de formation (CPF), l’élargissement de son accès pour les personnes ayant exercé des responsabilités syndicales ou politiques, et un assouplissement des conditions de durée d’expérience requises pour les personnes n’ayant pas atteint le niveau V.

Plus récemment encore, la Loi n° 2016-1088 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels du 8 août 2016 intègre de nombreuses évolutions du dispositif en prévoyant notamment :

  • La modification de la durée minimale d’activité requise pour présenter une VAE, la durée passant de trois à un an ;
  • L’instauration de l’obligation d’information sur la VAE lors de l’entretien professionnel ;
  • La possibilité pour les entreprises de plus de 50 salariés de mettre en place un accord pouvant déterminer des modalités de promotion de la VAE au profit des salariés ;
  • La modification des conditions d’ouverture du droit au congé VAE et de rémunération des titulaires d’un CDD, celles-ci étant alignées sur celle des salariés en CDI ;
  • L’augmentation possible de la durée du Congé VAE par convention ou accord collectif de travail pour les salariés n’ayant pas atteint un niveau IV ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques ;
  • La possibilité d’un accompagnement renforcé pour certains publics financés par accord de branche.

 

Une démarche soutenue par la Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, la Validation des Acquis de l’Expérience est considérée par le Conseil régional comme un des moyens pouvant être utilisé dans le cadre d’une politique de gestion de ressources humaines et de développement des compétences..

Ainsi, afin de développer ce dispositif sur le territoire girondin, le CIBC 33 a été missionné par le Conseil régional pour informer, sensibiliser et conseiller les employeurs et acteurs RH sur l’intérêt de mettre en place une démarche de VAE interne au regard des enjeux RH existants. Cette démarche est gratuite pour les entreprises car financée par la Région.

De manière opérationnelle, le CIBC 33 – PRC VAE 33 visera les objectifs suivants :

  • Sensibiliser le dirigeant d’entreprise et/ou son responsable RH sur l’existence du dispositif VAE et son processus
  • Le mettre en perspective au regard de Loi du 5 mars 2014 et particulièrement de l’entretien professionnel mais aussi de la Loi du 8 août 2016 et ses évolutions sur ce dispositif
  • Permettre leur compréhension sur l’utilisation de la VAE comme outil mobilisable aussi bien dans une posture « offensive » (GPEC), que dans une posture dite « défensive » (plan de reclassement), ou de tout autre démarche partagée de ressources humaines
  • Identifier l’opportunité d’intégrer la VAE en entreprise en regard des enjeux et contextes singuliers de l’entreprise
  • Informer sur les possibilités et conditions de mise en œuvre de parcours VAE de salariés ou de démarche collective VAE en entreprise
  • Conseiller sur la méthodologie à mettre en œuvre au sein de l’entreprise en regard des besoins internes et des ressources internes et externes existantes

 

 

 

 

L’auteur :

Gérald MAURY

Psychologue du Travail de formation et après un parcours de Conseiller en gestion de carrière et de coordination technique, sa fonction de Direction le conduit depuis 2007 à opérationnaliser la stratégie d’action du CIBC 33 sur le champ de la Sécurisation des parcours professionnels, de l’orientation tout au long de la vie et de la Validation des Acquis, et ce en lien avec l’ensemble des acteurs opérationnels et institutionnels régionaux du Service public de l’emploi, Service public régional de l’orientation, et acteurs RH, RF du territoire régional. Il assure par ailleurs depuis plus de 15 ans la coordination, la supervision et l’animation d’actions formatives sur le champ de la sécurisation des parcours, la mobilité professionnelle et ses pratiques, et notamment à l’Université de Bordeaux.

Membre du Bureau national de la Fédération nationale des CIBC en charge de la Qualité et des questions européennes au sein de la Fédération européenne des Centres de Bilan et d’orientation professionnelle (FECBOP), il participe actuellement aux travaux du COPANEF sur l’évolution du Bilan de Compétences.

Le CIBC 33 a pour rôle d’accompagner, sur son territoire, les publics adultes, quelle que soit leur situation professionnelle, dans le pilotage et la gestion de leur trajectoire professionnelle, et les entreprises autour des enjeux de gestion de carrière. Son expertise est reconnue également sur le champ de la Validation des Acquis de l’Expérience puisqu’il agit – sur financement de la Région – en qualité de Point Régional Conseil en VAE pour informer et conseiller tout public et tout employeur sur la démarche de VAE.

 

05 57 54 25 00

gmaury@cibc33.fr

accueil@cibc33.fr

 

CIBC 33 – Point Régional Conseil en VAE

15-17 avenue Thiers

33100 BORDEAUX

www.cibc33.fr

2 Commentaires
  • magat
    Posté à 12:06h, 12 juillet Répondre

    bjr Mr Maury, j’ai exerce la profession d’huissier de justice durant 24 ans et l’ai interrompu suite a une agression dans l’exercice de mes fonctions,je suis pour l’instant handicape moteur, puis je au nom de la VAE etre nomme procureur de la republique adjoint sans passer par l’ENM, 24 ans huissier 5 ans surveillant d’externat 6 mois gardien de la paix 1 an de service militaire, chevalier de la legion d’honneur medaille de la defense nationale, merci pour votre reponse TF:. tres cdt Herve Magat magat.herve@wanadoo.fr

  • Cathy SÉPÉ
    Posté à 22:18h, 24 août Répondre

    Je rejoins tout à fait votre approche, d’une part en tant que personne ayant obtenu un diplôme via la VAE et, d’autre part, en tant que professionnelle de la formation continue et de l’insertion. : l’effet valorisant de cette démarche est indéniable, tant pour les salariés que pour les demandeurs d’emploi. C’est également un énorme atout pour les entreprises, d’où la nécessité de sensibiliser les employeurs et de mentionner cette démarche lors de l’entretien professionnel.
    Toutefois, compte tenu de la réduction de la durée minimale d’activité, l’accompagnement du candidats doit être renforcé afin qu’il puisse se positionnér sur une certification cohérente avec son parcours professionnel.. Sinon le risque est grand que la personne fasse un constat en creux de ses compétences et renonce à cette démarche.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X