MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

BRÈVES

Le Congrès Woodrise sans langue de bois

27 septembre 2017, Auteur : Bordeaux Business

L’opération Bordeaux Euratlantique va changer le visage de Bordeaux, avec ses quelques 730 hectares de travaux de réaménagement répartis sur les communes de Bordeaux, Bègles, mais aussi de Floirac, située Rive Droite.

Avec ses immeubles d’habitation, ses bureaux et tous les espaces commerciaux attenants, le vaste quartier Euratlantique viendra renforcer le développement de la communauté urbaine. Des constructions de grande envergure, certes, mais aussi avec une volonté de respecter l’environnement et de faire de Bordeaux une ville écologique, avec notamment la construction de deux immeubles, Hypérion et Silva, qui seront construits… en bois ! Sur le modèle de l’éco-quartier Ginko, situé à Bordeaux-lac, ces deux tours seront les premières du genre en ville, et suivies par d’autres projets de quartiers entiers comme sur la Rive Droite, où 28 000m² de constructions en bois seront érigées; une promesse de vente de près de 50 000 m² au total sur la CUB.

De tels progrès techniques et écologiques permettront ainsi à Bordeaux de devenir la ville avec les tours en bois les plus hautes de France, dès la fin de leur montage en 2019. Plus rapides à construire et avec un impact positif sur le paysage bordelais, il n’en fallait pas plus à la ville pour être sous le feu des projecteurs, organisatrice du premier congrès mondial autour des immeubles en bois de moyenne et grande taille : le congrès Woodrise.

Les 13 et 14 Septembre, la ville a en effet reçu des personnes du milieu venant des quatre coins du monde, et ce fut une rencontre très productive, porteuse de solutions pour l’avenir. En effet, ce congrès a été l’occasion de créer une Alliance internationale qui compte déjà une vingtaine de signataires, rassemblant des Etats engagés, mais aussi des ONG ou encore de grands acteurs dans le secteur de la construction de bâtiments en bois visant à promouvoir le biosourcé dans le BTP.

Parmi ces états, on compte notamment la France, le Canada, le Japon ou encore le Brésil, la Suisse et la Finlande, des pays déjà très axés vers les solutions écologiques et environnementales. Quand au Canada il y a près de 90% des maisons individuelles qui sont construites en bois, il n’y en a que 15% en France.. Un chiffre que Patrick Molinié, responsable Bâtiment au FCBA de Bordeaux entend bien changer… Un beau potentiel de développement déjà en marche pour la métropole bordelaise, qui pourrait devenir un modèle pour les autres grandes villes de France.

Construire un bâtiment “classique” (en béton) de l’envergure d’Hypérion dure en règle générale au minimum 18 mois, tandis que la réalisation du projet en bois serait terminée en 1 an tout au plus. Un gain de temps à long terme qui n’est pas à négliger, aussi bien économiquement et physiquement. Le bois ne manque pas en Nouvelle-Aquitaine, avec 2,8 millions d’hectares de massifs de résineux, ou de feuillus, soit près de 15 essences différentes. La construction et la commercialisation du bois crée un marché important, avec de belles perspectives de croissance mais aussi de visibilité pour le marché bordelais, la ville s’étant engagé à construire près de 25 000m² de bâtiments en bois chaque année et durant 15 ans. Preuve que Bordeaux se trouve dans un fort dynamisme de modernisation, en accord avec les contraintes et les enjeux environnementaux actuels.

Cela augure de nombreux projets sur lesquels plancher à l’avenir…

 

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business

 

Sources :

Bordeaux Euratlantique

Batiactu

Woodrise