Le secteur bancaire, entre innovation concurrentielle et opportunités de carrière

Secteur bancaire - carrières Bordeaux business

Le secteur bancaire, entre innovation concurrentielle et opportunités de carrière

Le secteur de la banque connaît de multiples évolutions. La digitalisation de l’acquisition client, ainsi que les changements d’usages impliqués par le mobile redessine un marché où tout à la fois proche, peu onéreuse, rapide et instantanée, la relation client avec la banque ne cesse d’évoluer.

Dans ce contexte, si de nouveaux acteurs concurrentiels émergent, la concurrence se fait également ressentir en matière de recrutement, avec des besoins accrus. Consciente de ces nouveaux enjeux, l’école d’enseignement bancaire CFPB organisait, en avril dernier, le rendez-vous Alternance 2018. Une initiative permettant aux étudiants de mettre un pied dans un secteur en pleine mutation, dont l’avenir reste encore à définir.

 

La voie de l’alternance au service du secteur bancaire

Créé à l’initiative des établissements bancaires, la CFPB  rassemble les enseignements qui préparent environ 35 000 étudiants par an aux métiers de la banque en France. Cette année, l’Ecole Supérieure de la banque lance une nouvelle campagne baptisée « Alternance 2018 ». Cette campagne a pour objectif de fournir 85 postes en alternance dans le secteur bancaire en Nouvelle-Aquitaine d’ici septembre 2018.

Une journée dédiée aux Masters exclusivement, où de nombreux acteurs du secteur étaient présents afin d’échanger avec les étudiants à la recherche d’emplois. Ce job dating s’inscrit dans une démarche de forte demande de candidatures. Un première journée destinée aux bacheliers avait, le 17 mars dernier, permis aux étudiants de trouver des postes en fonction de leur parcours professionnels; la rentrée 2018 se présentant sous les meilleurs auspices pour les banques de la région Nouvelle-Aquitaine.

 

Un secteur bancaire soutenu par l’embellie économique…

La Nouvelle-Aquitaine est dotée d’environ 2570 agences, employant 22 500 salariés. Le secteur bancaire retrouve un certain élan économique, et sera amené à recruter de plus de plus dans les mois à venir, surtout dans la Région Nouvelle-Aquitaine, laquelle, avec l’Ile-de-France et la région PACA, connait un réel dynamisme économique. La raison d’une prochaine augmentation des recrutements dans la banque est en partie due aux départs prochains des salariés aux postes tenus par les baby-boomers.

Néanmoins, il faut aussi rappeler que le marché bancaire est également dépendant des autres secteurs. Maillé dans l’économie régionale et nationale, il est tributaire de la (bonne) santé de ses partenaires économiques. Avec un taux d’embauche de 9,64%, la banque ne fait en effet pas partie des secteurs traditionnels proposant le plus de postes. Une situation qui évolue cependant favorablement, malgré les nouveaux entrants sur le marché, conduisant à une pression accrue.

 

…mais qui doit faire face à de nouveaux concurrents

Des nouveaux candidats s’insèrent dans un secteur en plein bouleversement. Depuis le début de l’année 2018 déjà, le poids des banques dématérialisées, des nouveaux acteurs comme Orange Bank ou la place prise des crypto-monnaies a mis quelque peu à mal  un secteur relativement affaibli par les fluctuations de l’économie.  De plus, en plein débat sur la gestion des données privées, les banques restent relativement muettes quant à leur gestion et la protection des données personnelles, alors que les nouveaux entrants misent sur l’innovation bancaire.

 

La startup Revolut propose par exemple une carte bancaire sans frais de tenue de compte, utilisable partout dans le monde. Les utilisateurs de la carte ont la possibilité de faire circuler de l’argent sans frais, d’effectuer des changes entre plusieurs devises ou d’acheter des crypto-monnaies à leur guise. De la même manière, les sites de financements participatifs se veulent un complément aux établissements financiers traditionnels, tout en démocratisant quelque peu la pratique du prêt et de la rente financière.

Cette transformation du secteur par les nouvelles solutions impacte également les opérations financières conséquentes, auprès des particuliers comme des professionnels. A titre d’exemple, aujourd’hui, déjà près de 30% des parts du marché du crédit immobilier des particuliers passe par les courtiers, tandis que les dossiers des professionnels sont principalement gérés par les banques. Un clivage net que la Centrale de Financement veut atténuer en proposant de nouvelles solutions aux professionnels, à travers une plateforme d’analyse destinée à ceux qui sont en quête d’un financement pour la création, la reprise d’une entreprise ou le développement de leur activité.

 

Un site central pour les besoins de financement des professionnels

Le projet développé par la Centrale de Financement intervient sur une grande majorité des besoins de financement comme l’immobilier professionnel, les fonds de commerce ou encore le crédit-bail, fréquemment demandés par les professionnels. Cette plateforme permet d’accompagner les porteurs de projet, qu’ils soient artisans, commerçants, ou bien entrepreneurs, à la tête de TPE comme de PME ou grandes entreprises, “dans l’analyse de leur dossier et la recherche de crédit professionnel ou privé”.

L’objectif de la Centrale est de proposer aux clients une prise en charge totale de tout le parcours de financement, avec un contact régulier disponible pour répondre aux questions du client : état d’avancement, étude de la solution la plus favorable au porteur de projet selon ses besoins. L’objectif est de dynamiser l’économie et supprimer progressivement les clivages traditionnels par la mise en relation d’experts apportant une double vision du marché et des banques, afin de pouvoir garantir aux clients une optimisation des délais pour répondre au mieux à leurs attentes.

 

Un marché B to B diversifié en quête de nouveaux acteurs

Dans un contexte d’innovation bancaire principalement à destination des particuliers, le secteur B to B bordelais voit également sa situation évoluer sein de l’économie bordelaise, il existe quelques agences qui proposent le financement de crédit immobilier à destination des professionnels, comme la MACSF (Mutuelle d’Assurance du Corps de Santé Français), SOFINCO ou encore la Centrale de Financement de Bordeaux.

Des entreprises qui prennent le parti de la transparence, proposant aussi des offres aux “meilleurs taux du marché”. Elles promettent aux professionnels des délais raccourcis, et un suivi complet avec des avantages attrayants pour eux, là où les banques traditionnelles s’essoufflent quelque peu.  En effet, les banques proposant les taux les plus avantageux sont beaucoup plus sollicitées, ce qui a pour effet d’allonger leurs délais de traitement des demandes. Un délai dont les professionnels, souvent dans un contexte de trésorerie ou d’investissement relativement tendus, ne peuvent se satisfaire.

La proposition de la nouvelle concurrence peut donc être une alternative séduisante pour les professionnels, au-delà des offres bancaires existantes. De quoi diversifier les opportunités, tant pour la clientèle professionnelle que pour les candidats à l’emploi.

 

Sources :

Communiqué de presse

Etude Pôle Emploi

Etude bancaire en Aquitaine

La Centrale de Financement

MACSF

 

Aucun commentaire

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X