Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business…
Le Media des Entreprises & des Entrepreneurs

Contactez-nous :
  • Aucun produit dans le panier.

Le Skiff Club, La restauration aux odeurs d’embruns

  /  BRÈVES   /  Le Skiff Club, La restauration aux odeurs d’embruns
Salle restaurant Le Skiff Club

Le Skiff Club, La restauration aux odeurs d’embruns

Le Skiff Club fait partie de ces établissements emblématiques de Gironde et du Bassin d’Arcachon. A l’instar de la Co(o)rniche, ce restaurant qui a obtenu sa deuxième étoile au Guide Michelin bénéficie d’une réputation sans faille. Au sein de l’hôtel Ha(a)ïtza, il est dirigé d’une main de maître par Stéphane CARRADE, son Chef. Suite à la période délicate de la COVID-19, le Skiff Club n’a pas pu poursuivre son activité durant le confinement. Après des mois de fermeture, il a repris du service à la fin du mois de juin. 

Un repas aux airs marins, la restauration évasion

Le Skiff Club bénéficie d’un cadre idéal à deux pas du bord de plage, dans un Hôtel 5* typique. Un établissement qui propose à ses clients de nombreux services à la hauteur de sa réputation. Au lancement de la saison estivale 2020, les professionnels du tourisme et de la restaurant attendent une affluence dans un contexte particulier. Entre mesures sanitaires exceptionnelles et reprise progressive, le retour à l’activité est important cette année. Le restaurant du Skiff Club comme à son habitude met les petits plats dans les grands pour recevoir sa clientèle. Des clients Français et étrangers, qui apprécient la gastronomie à la française et la réalisation de plats originaux. A l’image des restaurants gastronomiques, la carte se décline avec une offre de deux, trois ou quatre plats. Des saveurs travaillées avec des produits de la mer, ou carnés. 

Les plats proposés par le Chef sont ainsi réalisé avec des produits haut-de-gamme, et travaillés avec beaucoup de soin. En plus d’être une extrême qualité, les produits proposés sont issus de productions locales, à l’image du Caviar de la Cassadotte. Cultivé à Biganos, il est l’un des joyaux gastronomiques de la région. Une façon de rendre ses lettres de noblesse au produit le plus brut, en y apportant une touche de modernité dans les saveurs. L’engagement du Skiff Club est en parfaite adéquation avec le positionnement de nombreux chefs dans la région. Un positionnement résolument tourné vers l’évolution de la gastronomie à tous les niveaux. La COVID-19 est passée par là, et a touché tous les professionnels restaurateurs. Un secteur d’activité entier mis à l’arrêt, entre incertitude et prise de conscience. 

Le “consommer local”, initiative des particuliers et des restaurateurs

Dans un contexte où la solidarité fait plus que jamais ses preuves, nombreuses sont les prises de conscience sur la consommation de produits d’alimentation. Des produits achetés ou consommés souvent importés de l’étranger, au désavantage des producteurs locaux.  Un phénomène qui commence peu à peu à changer, d’abord par le biais des restaurateurs. En effet, les restaurants mettent en place des partenariats avec des producteurs locaux qui leur fournissent des produits frais, locaux. Un fonctionnement qui séduit les consommateurs, sensibles à la proximité des produits qu’ils consomment. De plus, à l’image du Caviar de la Cassadotte, certains producteurs bénéficient d’une excellente réputation. D’autres moins mis en avant, proposent des produits qui mériteraient de gagner en visibilité. En Nouvelle-Aquitaine, ils sont environ 1 400 à cultiver et élever quotidiennement. Il y a donc un véritable potentiel à développer et à faire vivre.

Pour les restaurateurs, s’approvisionner directement chez le producteur permet de se rendre directement sur site. L’occasion de voir comment sont cultivés les produits cuisinés ensuite, et voir les conditions d’élevage des bêtes. En plus du consommer local, le bien-être animal fait partie des préoccupations majeures des consommateurs, professionnels et particuliers. Voir les conditions de travail des producteurs n’est pas possible lorsque ces derniers se trouvent dans un autre pays, ou une autre région éloignée. Il s’agit du même phénomène chez les particuliers. La hausse du nombre de consommateurs de produits issus de l’agriculture biologique en témoigne. En France, d’après un baromètre de l’Agence Bio, en 2018, 71% des sondés déclaraient consommer au moins une fois par mois des produits bio. En 2015, ils n’étaient que 65%. Une évolution édifiante qui montre que les consommateurs sont soucieux de ce qu’ils consomment.

L’impact de la consommation locale, bénéfique à notre environnement

Pourquoi cette prise de conscience sur la consommation de produits biologiques semble si généralisée ? Plusieurs éléments permettent d’expliquer cette évolution importante d’un comportement de consommation global. Tout d’abord, les polémiques mettant en cause les pesticides utilisés dans le traitement des sols cultivables. Certains, jugés néfastes pour la santé, sont utilisés pour accélérer la pousse des produits. La présence d’OGM freine aussi la consommation de certains produits. Ainsi, les consommateurs achètent moins, mais achètent mieux. Des produits issus de l’agriculture biologique, mais surtout de la production locale, dite du “terroir”. Comme les professionnels, ils peuvent se rendre directement au producteur et voir par eux mêmes les conditions de culture. Une possibilité qui rassure et qui séduit. Il y a aussi la crise du COVID qui a amputé de nombreux professionnels de l’alimentaire, restaurants et producteurs. Une situation plus que délicate, qui pousse les consommateurs à soutenir les producteurs locaux et restaurateurs.

Déjà évoqué précédemment, le bien-être animal fait également partie intégrante des préoccupations des consommateurs. Sans pour autant être végétariens, nombreux sont ceux qui achètent de la viande ou du poisson s’ils savent que l’animal a été traité avec respect. Enfin, la prise de conscience liée à l’environnement les encourage dans le choix de consommer plus proche de chez eux. L’import de produits venus de l’autre bout du monde pollue énormément. Un prix énorme à payer, dans un contexte où la protection de l’environnement est une question centrale. 

La réouverture progressive des restaurants laisse entrevoir une saison estivale qui peut encore être sauvée. La région bordelaise, appréciée des touristes, ne semble pas encore prête à perdre sa réputation. Pour les touristes Français, et même pour les locaux, c’est une invitation à voyager à travers les plats du Skiff Club… et de tous les établissements de Bordeaux.

Sources :

Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France – Agence Bio, Janvier 2019

Restaurant Le Skiff Club 2-étoiles

Consultante Media pour BORDEAUX Business. Apporter une analyse sur les grands événements business à Bordeaux me tient à cœur. Un travail de recherche intense, sur toutes les tendances du marché local. Avec BORDEAUX Business, je souhaite apporter aux entrepreneurs toutes les réponses pour évoluer sereinement, au gré de l'économie bordelaise.

X
%d blogueurs aiment cette page :