Les 7 et 9 juin derniers, les chapiteaux trônaient sur la place Pey Berland pour accueillir la deuxième édition bordelaise du Village des Recruteurs.

De plus en plus reconnu, cet événement organisé initialement en 2015 sur la scène lyonnaise, à Villeurbanne, a pour but de rassembler entreprises, chercheurs d’emploi, centres de formations et agences d’emploi au même endroit sur un temps restreint afin de créer des rencontres et des échanges.

En trois ans, le concept du Village des Recruteurs semble s’être fait une place dans toutes ses villes d’accueil puisqu’il attire de plus en plus de monde.

Cette seconde édition bordelaise n’a d’ailleurs pas échappé à la règle. L’agence Aglae, organisatrice et initiatrice de l’événement, prévoyait d’y recevoir entre 3000 et 4000 visiteurs. Les premiers chiffres révèlent le franc succès de cette journée puisque les chapiteaux auraient accueilli près de 3700 chercheurs d’emploi, selon Antoine Tallis, dirigeant de l’agence. Et ce malgré moins d’entreprises et organisations que prévu (46 espaces occupés contre 60 espérés). 1300 postes étaient à pourvoir mais il est encore trop tôt pour savoir si les objectifs de 400 recrutement seront atteints et donc si les profils reçus sur l’événement correspondaient aux offres d’emploi proposés.

Dans le but d’optimiser la rencontre entre l’offre et la demande, le Village des Recruteurs pouvait compter sur son partenariat avec Pôle Emploi. Ainsi, ce dernier était en charge de croiser les postes disponibles avec les profils des chercheurs d’emploi afin de cibler le public le plus pertinent. Antoine Tallis y voit là une partie de l’explication à de si bons résultats.

Couplé à une communication en ligne importante, notamment sur le réseau social Facebook, l’événement a su toucher un large pan de demandeurs d’emploi, y compris les jeunes en recherche de stage ou d’alternance et donc généralement absents des listes de Pôle Emploi.

En complément, 7000 exemplaires de “La Gazette des Recruteurs”, journal conçu pour l’occasion, ont également été imprimés et distribués tout au long de la semaine de l’événement.

Pour contribuer à la dynamique du Village le jour J, un plateau d’interview a été installé. Il a permis la réalisation d’une trentaine de vidéos sur autant d’entreprises présentes. On peut notamment citer Citya (immobilier), Supplay (interim) ou encore Veolia.  Si la visibilité et l’interactivité aurait pu être plus importantes avec l’utilisation du direct sur Facebook – accessible au grand public depuis près d’un an et largement démocratisé ces derniers mois -, Aglae a préféré jouer la carte de la sécurité et du professionnalisme en s’assurant de maîtriser la qualité des images et du son.

Les questionnaires de satisfaction n’ont pas encore circulé mais Bordeaux Business a récolté pour vous des avis aussi bien du côté des recruteurs que des chercheurs d’emploi afin de dresser  un premier portrait de la réception de cet événement.

Chez les recruteurs, les avis se rejoignent pour dire que la journée s’est trouvée couronnée de succès. Peu s’attendaient à y voir tant d’affluence et la plupart se disent agréablement surpris par la grande diversité et richesse des profils qu’ils ont rencontrés.

Jonathan Arnaudeau, chargé du recrutement chez Brunet à Mérignac (BTP, Génie électrique et thermique) a tout de même noté une prédominance des profils commerciaux parmi les candidats à se présenter. Il reconnaît avoir rencontré de nombreux profils intéressants mais, au vu de la taille encore modeste de sa structure, beaucoup ne répondaient pas à ses besoins immédiats. Quant aux stagiaires et alternants, si les demandes ne se faisaient déjà pas attendre, Brunet est désormais certain d’avoir trouvé chaussure à son pied. Avec de si belles rencontres, Jonathan Arnaudeau pense d’ores et déjà à revenir l’an prochain.

De son côté, Alexandre Tourret, gérant de Tout à Dom services (aide à domicile sur Bordeaux) nous confie avoir rencontré beaucoup de beaux profils à suivre et ne pas avoir “l’impression d’avoir perdu son temps”. Enthousiasme qu’il nuance malgré tout en relevant une faiblesse au niveau de la communication sur les profils recherchés et les postes à pourvoir puisqu’il dit avoir eu peu de candidats en adéquation avec ses besoins. Selon ses premières impressions, moins d’un CV sur trois était pertinent. Il parle également d’un “coût par contact” particulièrement élevé, un investissement qu’il n’est pas sûr de pouvoir refaire lors de la prochaine édition.

Gregory Makiela, du cabinet de recrutement Nextgen RH était venu avec de nombreuses offres d’emploi pour tout type de niveau (de l’employé au cadre supérieur). Il repart avec plus de 300 CV et quelques très bons candidats. Au terme de cette journée, il remarque avec surprise une grande majorité de quadra et quinquagénaires en reconversion professionnelle et à la recherche d’une nouvelle carrière. Il avoue être assez perplexe quant à la typologie des entreprises présentes. Alors que le tissu économique bordelais est riche en PME, il aurait apprécié que cette catégorie d’entreprise soit un peu plus représentée sur le Village. Au contraire, les agences d’intérim et les institutionnels occupaient énormément de stands, tout comme les multinationales.

Parmi ces agences, Proman nous a également fait part de son expérience très positive. Angéline Escure, chargée de mission emploi formation nous dit avoir échangé avec beaucoup de candidats et fait la connaissance de nombreux profils en adéquation avec les postes proposés, la plupart en logistique mais aussi, dans une moindre mesure, dans le tertiaire. Elle a trouvé l’événement pertinent et apprécie déjà de bonnes retombées concernant la notoriété et l’image de la marque. Le format, permettant une rencontre directe, aura même été propice aux profils juniors et étudiants car les échanges engagés donnaient l’opportunité de gommer les défauts potentiels de leurs CV. En contrepartie de ce grand nombre de sollicitations, Proman a dû laisser sa place sur le plateau des interviews vidéo !

Du côté des chercheurs d’emploi, les retours sont un peu plus nuancés, au regard du monde présent sur place.

Alors que, pour Elodie, 34 ans, en recherche d’un poste d’assistante de communication, la disposition des stands était plutôt bien pensée et favorisait une certaine intimité et les échanges avec les recruteurs, elle aurait apprécié une meilleure visibilité des postes à pourvoir et des entreprises à contacter, sur la partie site internet notamment. De manière générale,  les candidats d’emplois notent bien la présence d’un large panel de secteurs mais remarquent la prédominance des postes techniques ou demandant peu de diplômes.

On peut cependant regretter également la posture de certaines sociétés face aux candidats puisqu’une partie d’entre elles n’a pu être représentée par un Responsable du service RH et n’avait donc pas connaissance de tous les postes disponibles au sein de leur entreprise. D’autres tentaient de rediriger des candidats qualifiés sur des missions temporaires et des postes inadaptés à leur situation. Pour autant, ces échanges directs ont permis à certaines entreprises de s’attacher à la personnalité des candidats rencontrés, au-delà de la qualification du CV, rebondissant sur un profil et valorisant le savoir-être.

Jean-François Adrien, associé dans le lancement d’une activité de directeur financier à temps partagé, a fait le déplacement dans l’objectif de faire connaître sa solution mais également de saisir d’éventuelles opportunités. Il se dit agréablement surpris par l’accueil et la disponibilité des gens qu’il a rencontré, ainsi que la bienveillance et le conseil qu’il a reçu de certains d’entre eux.

A l’écoute de ses retours d’expérience, aussi bien professionnels que candidats souhaiteraient voir le panel des entreprises présentes étendu à la plupart des secteurs d’activité lors de la prochaine édition. Gregory Makiela, fondateur du cabinet de recrutement Nextgen RH, confiait notamment trouver dommageable le grand nombre d’offres d’emploi peu qualifiés , alors qu’un tel événement, de par sa notoriété, pourrait se permettre de valoriser les postes cadres, les diplômes et l’expérience, au cœur d’une économie bordelaise plus que dynamique !  A méditer pour la 3e édition !

 

Candice Cibois – Bordeaux Business

Sources :

levillagedesrecruteurs.fr