L’Économie Girondine poursuit son ralentissement au 3ème trimestre 2018

Compte argent économie Bordeaux Business

L’Économie Girondine poursuit son ralentissement au 3ème trimestre 2018

Impactée par les mouvements sociaux et un climat conjoncturel instable, l’économie girondine continue son ralentissement au 3ème trimestre 2018. Les chefs d’entreprises sont prudents quant à leurs investissements et observent avec attention l’évolution de la croissance régionale et nationale. La plupart des secteurs d’activité sont touchés et l’année 2019 risque de confirmer le ralentissement.

Le climat conjoncturel de la Nouvelle-Aquitaine impacte l’activité économique

economie-girondine-ralentissement-bordeaux-business

Le climat conjoncturel incite les chefs d’entreprise à la prudence

 

Le climat conjoncturel régional au 3ème trimestre est moins porteur et incite les chefs d’entreprise à la prudence. En effet, le niveau d’investissement a considérablement baissé depuis le début de l’année et l’emploi a stagné. D’après le baromètre de la Chambre du Commerce et de l’Industrie de la Gironde pour le 3ème trimestre 2018, le solde lié au chiffre d’affaires est de + 5 points (baisse de 7 points par rapport au trimestre 2), le solde lié aux carnets de commandes est de + 7 points (baisse de 14 points par rapport au trimestre 2), le solde lié aux effectifs salariés est de + 3 points (stable par rapport au trimestre 2) et les investissements des chefs d’entreprise ont baissé de 26 % (soit une baisse de 8 points par rapport au trimestre 2).

Les perspectives du 4ème trimestre restent positives et les chefs d’entreprise anticipent une amélioration de la demande. Cependant, les perspectives d’investissement et de recrutement demeure. Ainsi les soldes d’opinion anticipés sont orientés à la hausse : le solde anticipé lié au chiffres d’affaires est de + 18 points, le solde anticipé lié aux carnets de commandes et de + 16 points, le solde anticipé lié à la trésorerie est de + 12 points le solde anticipé lié aux effectifs salariés est de + 3 points et le solde anticipé lié aux marges et de + 5 points.

 

L’indice de confiance régional baisse légèrement tandis qu’il se détériore au niveau national

 

L’indice de confiance représente les prévisions de la consommation future des ménages et des entreprises. Il indique donc une prévision sur la croissance économique nationale et régionale. Le niveau de confiance régionale des chefs d’entreprises girondins en l’avenir de leur entreprise baisse légèrement au 3ème trimestre 2018 et rejoint son niveau de l’année 2017. Les indices baissent donc sur le l’ensemble des secteurs mais restent à un niveau élevé. Le BTP est le secteur le plus confiant avec un indice de 84 % alors que le secteur de l’industrie enregistre une perte de 10 points (71 % de confiants).

À l’échelle nationale, au 3ème trimestre 2018, moins d’un entrepreneur sur deux se déclare confiant, l’indice atteint 51 % dans le BTP (malgré une baisse de 7 points). Le commerce enregistre 38 % de confiants, c’est la part la moins élevée pour une baise de – 15 points. Bordeaux reste le territoire où l’indice est le plus élevé avec 47 % de confiants (malgré une forte baisse de – 15 points).

 

Le ralentissement de l’économie girondine touche l’ensemble des secteurs

 

La croissance des secteurs d’activités en Nouvelle-Aquitaine perturbés

 

Les mouvements sociaux ont perturbé l’activité de la Nouvelle-Aquitaine, l’impact reste différencié selon les secteurs.

 

La production industrielle est ralentit sous l’effet d’un ajustement à la demande dans la filière alimentaire et particulièrement pour la viande de boucherie et les volailles. La filière bois confirme un nouveau recul de la production poussé par les difficultés d’approvisionnement en pin maritime. La branche papier/carton montre aussi des signes d’essoufflement. La fabrication d’équipements et machines électriques électroniques et optiques ralentit également légèrement tout en maintenant un haut niveau d’activité.

En revanche, les industries pharmaceutiques et chimiques augmentent leur production, portées par le bioéthanol, la parfumerie et les cosmétiques. L’activité progresse à nouveau dans la construction de matériels de transport, bien que la situation sur certains sites d’acteurs traditionnels de l’automobile reste préoccupante. La fabrication de structures métalliques et l’usinage reprennent de l’allant. Selon les chefs d’entreprise, l’activité augmentera légèrement en décembre et les recrutements se poursuivront, avec toutefois la réserve liée aux mouvements sociaux.

economie-girondine-2018-ralentissement-bordeaux-business

 

La fabrication de denrées alimentaires et de boissons se contracte globalement en novembre. Les entreprises sont affectées par les perturbations des livraisons et les blocages de point de vente. Le recul du traitement de la viande reste le plus marqué. Les carnets apparaissent plus étriqués, hors fabrication de boissons. La hausse de la production tant espérée reste très incertaine.

Les segments de production d’équipements électriques, électronique, informatiques et autres machines marquent le pas en novembre. Les composants électronique sont en pénurie mais n’affectent pas les productions. De grandes tensions sur les matières premières demeurent et des répercussions partielles sont ressenties sur les prix de vente. Les carnets de commandes sont encore satisfaisants ce qui devrait renforcer les embauches pour une anticipation à la hausse de la production.

La fabrication de matériels de transport continue son redressement mais à un rythme moins soutenu que celui des mois précédent. La situation est disparate et reste préoccupante pour certains acteurs des équipementiers automobiles (Procédure d’information consultation des salariés de l’usine Ford Aquitaine Industries). La construction navale reste soutenue et l’industrie aéronautique est en progression. Dans le sens des carnets de commandes, les embauches sont envisageables afin d’assurer la hausse de la production.

Pour le secteur du bâtiment et des travaux publics, la reprise amorcée depuis le début de l’année se poursuit, de manière plus marquée toutefois dans le bâtiment (second oeuvre). Ils existent des difficultés de recrutement persistantes et plus particulièrement dans les travaux publics, la main d’oeuvre qualifiée est très recherchée. Les carnets de commandes sont conséquents et laissent augurer une augmentation d’activité au cours du prochain trimestre.  

 

Les prestations de services décelèrent en Nouvelle-Aquitaine mais restent supérieur à 2017

 

L’activité des services marchands décelèrent en novembre 2018 particulièrement dans la réparation automobile, le transport routier et la restauration. Ces secteurs ont notamment été impactés par les mouvements sociaux. Au contraire, les carnets de commande des activités informatiques et services d’information et les agences d’intérim augmentent sûrement. Pour rappel les services marchands représentent 18.6 % du poids des effectifs à la totalité des effectifs.

 

L’INSEE prévoit une croissance de 1.5 % en 2018 et 2019 s’annonce équivalent malgré le soutien de la consommation. Les mouvements sociaux et la détérioration du climat des affaires impactent la croissance du produit intérieur brut (PIB) à 0.2 % sur les trois derniers mois de l’année. Les entreprises girondines doivent donc être pragmatiques quant à leur choix d’investissements et d’embauches. Bordeaux reste cependant une ville attractive et reste la ville de la région ou l’indice de confiance est le plus élevée.

 

Kévin HEUGAS – BORDEAUX Business

 

Sources

 

https://bordeauxgironde.cci.fr/Votre-CCI/Suivre-nos-actions/Publications/Indicateurs-et-chiffres-cles/Barometre-de-l-Economie-Girondine-3eme-trimestre-2018

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/12/18/20002-20181218ARTFIG00243-croissance-chomage-2019-sous-le-signe-de-la-morosite-en-france.php

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X