L’écosystème bordelais du jeu vidéo est le 2ème plus important de France

Gamer ordinateur Bordeaux business

L’écosystème bordelais du jeu vidéo est le 2ème plus important de France

Bordeaux attire les grandes entreprises du jeu vidéo et l’écosystème se densifie autour des studios indépendants. La Région allie un savoir-faire fiable et conséquent à une formation de qualité. L’ambition est claire et se projette vers l‘avenir du digital et des IHM. Ubisoft et Asobo sont les piliers massif du secteur, ils sont entourés de dizaines de studio indépendants tels que Motion Twin (signataire de “Dead Cells”, 1.5 millions d’exemplaires vendus), Solidanim, Shiro Games ou bien Nova Box… C’est donc un écosystème en mouvement constant et souhaitant participer au développement des nouvelles technologies (intelligence artificielle, réalité augmentée, cloud gaming…).

lecosysteme-bordelais-du-jeu-video-est-le-2eme-plus-important-france-bordeaux-business

 

Des grands acteurs et une multitude de studios indépendants

Ubisoft dépasse la barre des 150 emplois et cherche déjà des nouveaux locaux

Le studio Ubisoft Bordeaux a soufflé sa première bougie il y a quelques mois et compte déjà s’offrir comme cadeau un futur déménagement. Inauguré le 19 octobre 2017 dans le quartier des Bassins à Flot, le géant français du jeu vidéo et 3ème opérateur mondial dans ce secteur d’activité souhaite investir de nouveaux locaux d’ici à 2021-2022. Il s’agirait de rejoindre la rive droite et le nouveau quartier Bastide-Niel. L’objectif de l’entreprise est de créer un studio AAA, c’est à dire un studio capable de concevoir les futurs blockbusters d’Ubisoft.

Ubisoft Bordeaux est le premier studio créé en France depuis 20 ans, et son développement est fulgurant. Lors de son ouverture, le studio employait 37 personnes. Il vient de dépasser la barre des 150 personnes. L’entreprise travaille avec de nombreuses écoles sur la région bordelaise et souhaite attirer les profils internationaux.

 

Asobo continue sa croissance et diversifie ses activités

2018 fut une année importante pour Asobo Studio. Cet éditeur indépendant a recruté quasiment 40 personnes au fil de l’année, essentiellement pour le développement de ses produits mais aussi pour alimenter sa division BtoB Holoforge. Spécialisée dans les applications de réalité mixte et augmentée, Holoforge a su se faire un nom et compte aujourd’hui de nombreux partenaires. C’est en 2016 qu’Holoforge devient le premier studio à publier des jeux vidéos holographiques en partenariat avec Microsoft et son casque Holohens. Depuis le studio équipe par exemple les combinaisons d’Areva NP, le groupe Naval Group, le fabricant de médicaments UPSA, le CNRS… Holoforge travaille aussi avec Exelus, qui est une startup bordelaise spécialisée dans la santé connecté.

La réalité augmentée et la e-santé sont des marchés à saisir et Asobo l’a bien compris. Par ailleurs, la division a été sélectionnée par la Nouvelle-Aquitaine pour participer au Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas.

 

La métropole bordelaise accueille écoles et startups autour du jeu vidéo et du digital

lecosysteme-bordelais-du-jeu-video-est-le-2eme-important-de-france-bordeaux-business

Des écoles innovantes proposent des formations variées et tournées vers les débouchés

Le développement des écoles d’animation et du numérique s’accélère à Bordeaux et la demande d’orientation post-bac des futurs bacheliers s’est intensifiée. Ces écoles telles que Ynov, ESMI (Ecole Supérieur des Métiers de l’Image), l’ESCEN, Digital Campus ou bien ECV Digital, participent à la création de profils vivement recherchés. Ces écoles proposent des formations jusqu’à bac + 5.

Certaines de ces formations peuvent être financées par la région Nouvelle-Aquitaine car elles s’inscrivent dans un plan national visant à lutter contre le chômage. Il s’agit du plan “500 000 formations” . La Région a d’ailleurs lancé en 2016 l’Ecole Régionale du Numérique, promouvant ainsi 697 offres de parcours individuels de formation proposées au demandeurs d’emplois. Ces 21 qualifications conduisent à des titres professionnels de niveau III à V tels que le développement et l’intégration, l’administration réseau, l’informatique de gestion, la maintenance et l’assistance informatiques, le webdesign et webmarketing et même les métiers du cinéma

Les startups sélectionnées par la Nouvelle-Aquitaine pour le CES Las Vegas

Durant quatre jours, et ce chaque année, le Consumer Electronic Show est un rendez-vous réellement incontournable et médiatisé à Las Vegas. Cet événement rassemble des entreprises qui viennent du monde entier  27 entreprises de la Nouvelle-Aquitaine seront présentes lors de la prochaine édition le 11 janvier 2019 sous la bannière de la French Tech. Parmi ces 27 entreprises, 14 jeunes startups ont été sélectionnées selon des critères propres au CES et à la collectivité régionale.

Cette délégation se divise en trois enjeux majeurs :

 

Le quotidien connecté pour un confort optimal 

Domalys (lampe connectée), Facil’iti (adaption page web pour personne en situation de handicap), Flovea (gestion réseau hydraulique d’un logement), Icohup (capteur connecté visant à réduire l’exposition à la radioactivité), Silent Space (solution connectée limitant le bruit en open-space), Ullo (approches thérapeutique de prise de soin des troubles cognitifs) et Ureflect (miroir tactile).

 

Les interactions homme-machine (IHM) à l’aube de l’industrie 4.0 :

1A3i (solution redonnant vie au fichiers et documents déstructurés), AIO (capteur intelligent autour de la santé), Holoforge Interactive (réalité mixte et applications professionnelles), Hu&Co (solution autour de la sécurité des biens et des personnes, objets et maison connectée), Meshroom VR (solution de visualisation projet 3D), Thinkdeep.ai (casque réalitée augmentée).

 

L’évolution de l’homme dans le monde connecté :

Bytheware (outil d’analyse de planches de surf, skate…), Bziiit (plateforme web d’optimisation de communication), Coleen (vélos électriques), Stars (réalitée augmentée promotion filière viticole sur les réseaux sociaux), Pragma Industries (vélos électriques), Simob (gyropodes et mobilité courte-distance), Preacor (web app attestation de score pour un prêt immobilier), Go4iot (solution de surveillance des machines et véhicules professionnels), ID1 (dossier médical à porter sur soi), Simforhealth (plateforme formation du personnel médical).

L’écosystème bordelais est donc à la hauteur de ses engagements en matière de développement technologique, d’attrait au monde digital et à la formation des futurs effectifs du secteur. La région doit continuer sa croissance digitale et attirer les investisseurs du monde. La cité numérique de Bordeaux sera porteuse d’innovations et d’espoir pour l’humanité.

Kévin Heugas – BORDEAUX Business

Sources :

Ubisoft Bordeaux

So start Up Nouvelle Aquitaine

 

 

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X