L’effervescence du cinéma, une priorité de la société française

Culture art cinéma films Bordeaux Business

L’effervescence du cinéma, une priorité de la société française

L’attachement des français au cinéma est toujours aussi fort. Dominique Boutonnat, le Président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a dévoilé l’étude annuelle du CNC quant à la fréquentation des français des salles de cinéma : “La Géographie du cinéma du CNC”. L’étude présente les données nationales ainsi qu’un détail par régions, départements et communes. Le classement des cinémas Art et Essai (cinémas promouvant le cinéma indépendant et obtenant ainsi une subvention par l’Etat) positionne la région de la Nouvelle-Aquitaine en seconde place. En effet, la France et notamment la Nouvelle-Aquitaine ont mis en place de nombreux outils pour pallier à la demande croissante des passionnés du cinéma.

L’appétit cinématographique et culturel des français

La France est le premier parc cinématographique d’Europe. Il dénombre 2 000 cinémas et pas moins de 6 000 écrans répartis dans tout le pays. Le deuxième parc se trouve être celui de l’Allemagne avec environ 4 800 écrans. Cela dénote bien un vrai intérêt culturel qui se perpétue chez les français. La fréquentation des spectateurs est très importante avec un total de 200 millions d’entrées pour l’année 2018, selon la Géographie du cinéma du CNC. Chaque habitant se rend en moyenne trois fois en salle chaque année pour assouvir son plaisir cinématographique. La répartition entre femmes et hommes est très proche : 52% des spectateurs sont des hommes et 48% sont des femmes, toujours selon la Géographie du cinéma du CNC. A savoir que 50% des spectateurs sont réguliers. Cela signifie qu’une sortie du dimanche se transforme rapidement en sortie régulière et non occasionnelle. Les français prennent goût au cinéma. Cette activité culturelle devient un vrai loisir. Elle permet de former une communauté dont beaucoup veulent appartenir. Le cinéma, c’est maintenant un besoin social et une soif d’apprendre. La France possède un intérêt certain pour la création d’oeuvres originales et nationales. En effet, près de 40% d’entrées vendues sur un an proviennent de films français. Nous sommes également très friands des créations américaines car 44% des entrées sont pour des films américains. 

Comédies, films d’auteurs, thrillers, films d’actions ou de sciences fictions… il existe désormais une vraie diversité au cinéma. Il y en a pour tous les goûts, et chaque public y trouve son compte : enfants, parents, étudiants, actifs ou retraités.

La majorité des spectateurs restent les personnes de 50 ans et plus. Cependant les jeunes (15-24 ans) s’intéressent de plus en plus au cinéma. Pourtant mis à rude épreuve avec les plateformes de vidéos à la demande (Netflix, Amazon…), le cinéma subsiste et ne cesse de toucher davantage de personnes chaque année. Ce phénomène s’explique par une démarche mesurée de l’industrie du cinéma. Ce qui a notamment permis d’interpeller les jeunes et étudiants en masse ses dernières années.  De nombreuses offres étudiantes sont proposés par certains multiplexes comme UGC Cinéma permettant un éveil cinématographique à prix réduit. De plus, la communication des cinémas a évolué. Pour s’adapter aux habitudes de maintenant, ils communiquent beaucoup plus sur les réseaux sociaux afin d’avertir les internautes d’une sortie d’un film, d’une soirée spéciale ou de promotions. Selon la Géographie du cinéma du CNC un tiers des 15-24 ans consultent leurs réseaux pour s’informer des actualités de leur cinéma. Un “Tour de France digital” a été organisé pour aider certains cinémas à passer progressivement à la digitalisation de leurs services. Par exemple, le développement de billetteries dématérialisées pour attirer les jeunes a été créé.

Malgré la forte concurrence des plateformes numériques de ces dernières années, le cinéma a su s’adapter et continue de passionner les français.

La Nouvelle-Aquitaine, 2ème région en nombre de cinémas classés Art et Essai 

Parmi les férus de cinéma à travers l’hexagone, la région de la Nouvelle-Aquitaine prend de la place sur les cinémas d’Art et Essai. En Gironde, 30 établissements sont classés Art et Essai sur les 46 présents sur le département, selon la Géographie du cinéma du CNC. C’est un des départements français comptant le plus grand nombre de salles classées Art et Essai (73% contre une moyenne nationale de 58%). L’an passé, plus de 17 millions d’entrées se sont écoulées en Nouvelle-Aquitaine. Chaque habitant s’est rendu trois fois au cinéma dans l’année. C’est une moyenne qui se rapproche énormément de celle nationale. Cela prouve bien l’attache des habitants de la région au cinéma. Les spectateurs sont cependant plus jeunes que ceux de la moyenne nationale avec 30% d’étudiants. Les offres promotionnelles pour les jeunes ne représentent pas le seul facteur de cet engouement. En effet, Bordeaux accueille énormément d’écoles spécialisées dans le cinéma et l’audiovisuel. Scénario, comédie et mise en scène font rêver les jeunes. Leur besoin d’expression ne s’arrête de grandir, et leur exutoire n’est autre que le cinéma. Bordeaux l’a bien compris et met à disposition un large panel d’écoles pour permettre de poursuivre l’orientation professionnel de ces jeunes. Il existe, dans un premier temps, des lycées proposant une option cinéma ou audiovisuel. Le lycée professionnel Saint-Genès La Salle propose quant à lui un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) pour devenir Opérateur Projectionniste de Cinéma. Bon nombre d’écoles se sont également spécialisées dans le septième art : l’ESTBA (école supérieure de théâtre de Bordeaux en Aquitaine), 3is (qui propose un cursus en cinéma/audiovisuel avec une spécialisation en scénario, réalisation, montage et production), l’EICAR (école internationale de création audiovisuelle et de réalisation), et bien d’autres…

La région de la Nouvelle-Aquitaine est également le lieu de nombreuses manifestations cinématographiques dont le célèbre Festival du film francophone d’Angoulême. Né de la passion du cinéma de Marie-France Brière et Dominique Besnehard en 2008, le festival défend un cinéma populaire et “made in France” qui passionne les professionnels comme les amateurs du grand écran. Le festival accueille chaque année des dizaines de milliers de spectateurs qui se délectent devant les films d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Ce rendez-vous cinématographique a notamment vu naître les premiers pas de grands films tels que : Les Garçons et Guillaume, à Table ! de Guillaume Gallienne ou encore Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano. La 12ème édition, celle de 2019, a notamment diffusé Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec, fièrement récompensé.

Le cinéma en France n’est plus réservé qu’à une élite. Tout le monde peut désormais en profiter. Les français ont soif de connaissances, d’art et de culture. Cet art de vivre est devenu un lien social qui rapproche les personnes du monde entier. En Nouvelle-Aquitaine, cet intérêt cinématographique en pleine émergence, notamment chez les jeunes et les étudiants, n’est pas négligé. Ainsi, de nombreuses ressources sont exploitées pour répondre à la demande. Cinéphiles ou amateurs du septième art, la France met tout en oeuvre pour vous offrir la meilleure expérience. De nombreuses salles premium équipées de 4DX ou Imax par exemple, ne marquent que le début d’un renouveau du cinéma. 

Kim GABORIEAU – BORDEAUX BUSINESS

Sources

https://filmfrancophone.fr/fr

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X