Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business…
Le Media des Entreprises & des Entrepreneurs

Contactez-nous :
  • Aucun produit dans le panier.

Les incertitudes économiques des chefs d’entreprise face à la crise

  /  BRÈVES   /  Les incertitudes économiques des chefs d’entreprise face à la crise
Solidarité aux chefs d'entreprise crise économique BORDEAUX Business

Les incertitudes économiques des chefs d’entreprise face à la crise

Depuis le début de la crise, les incertitudes économiques des chefs d’entreprise grandissent. En effet, la période actuelle, inédite et incertaine, a pris tout le marché de court. Les acteurs de l’économie restent attentifs aux évolutions quotidiennes de leur secteur d’activité. Pour les chefs d’entreprise, la perspective d’une reprise prochaine soulève de nombreuses questions. Pour répondre à leurs interrogations, et les guider, un numéro vert “Solidarité Entreprises COVID” a été mis en place.

Une Hotline pour répondre aux questions des chefs d’entreprises

Lancée par le Conseil national des administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires avec l’appui du Ministère de l’Economie et des Finances, la Hotline est gratuite. En appelant le 0800 942 564, les dirigeants sont en contact avec des spécialistes en prévention et traitement des difficultés. Les appelants sont mis en relation avec un interlocuteur qui répond à leurs questions au cas par cas, de manière totalement gratuite. Selon un premier rapport du Ministère de l’Economie et des Finances et du CNAJMJ publié le 7 avril 2020, la Hotline est très sollicitée. En effet, plus de 1500 chefs d’entreprise ont composé le numéro vert en 10 jours. En tout ce sont 200 administrateurs et mandataires judiciaires qui se tiennent à disposition des dirigeants, et ce bénévolement. 

Lors des conversations, les mandataires et administrateurs recensent des informations précieuses pour dresser le portrait et les préoccupations des dirigeants. Sur les 98% d’appels qui ont reçu une réponse, les informations permettent de dégager des questions récurrentes. La majorité des appels est passée par de petites entreprises, TPE, micro-entreprises et indépendants, et concerne le fonds de solidarité. Cette aide à hauteur de 1500€ vient soutenir les petites structures en difficulté et s’obtient sous certaines conditions. Les entreprises bénéficiaires concernées sont par exemple impactées par une fermeture administrative, empêchant la poursuite de leur activité. Autrement, il s’agit des petites structures ayant subi une perte d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires. Cela s’applique en mars ou en avril 2020 par rapport au même mois de l’année précédente. Il s’agit d’un fonds total de 7 milliards d’euros qui sera disponible jusqu’à la fin de la crise. 

Vous pouvez consulter toutes les modalités indiquées par le Ministère de l’Economie.

Les projections de dirigeants face à un avenir économique incertain

Devant la soudaineté de la crise, bon nombre de professionnels ont été pris de court. Si certaines entreprises se sont tournées vers le télétravail, leur activité le leur permettant, beaucoup ont dû cesser leur activité. Se pose alors la question du chômage partiel, et de sa mise en application. Cette demande concerne près de 15% des appels reçus par la Hotline. L’afflux de dirigeants sur les plateformes d’aides pour débuter les démarches administratives les a parfois bloquées temporairement. Cela leur a causé des désagréments, les démarches s’effectuant uniquement en ligne. Pour ces entreprises dont l’activité est fortement réduite voire arrêtée, c’est un moment délicat et inédit. Pour elles, l’arrêt d’activité rime avec perte de chiffre d’affaires. Plus de clients, et donc plus de revenus, mais un loyer et des charges à régler tout de même chaque mois. Des frais qui, additionnés, entament fortement la trésorerie des entreprises. 

Dans cette situation, les questions sont fréquentes et permettent d’éclairer chaque dirigeant au cas par cas. Cela permet de les rassurer et d’avoir des explications de spécialistes pour savoir précisément quelles sont les solutions adéquates. La répartition des appels des dirigeants suit assez fidèlement la taille des bassins d’emploi. En effet, la région qui a enregistré le plus d’appels est l’Île de France, avec une proportion de 18%. Elle précède la Région Auvergne Rhônes Alpes et la Région PACA (respectivement 16 et 15%). La Nouvelle-Aquitaine, quant à elle, a enregistré 6% d’appels vers ce numéro. En parallèle, les initiatives en régions se multiplient pour accompagner et conseiller les entreprises impactées. Les Chambres de Commerce, les Clubs d’Entreprises et les Régions directement proposent des aides et conseils aux dirigeants en difficulté. Preuve que la solidarité est plus que présente dans un climat d’incertitude et de questionnement quant à l’avenir.

Des secteurs d’activité impactés face à une période économique inédite

Depuis plus d’un mois, la France est à l’arrêt, tout comme plusieurs secteurs d’activité. Si l’on commence à entrevoir un retour progressif à la normale, de nombreux secteurs se questionnent sur leur propre avenir. Le pays est en effet l’un des plus réputés pour la qualité de sa gastronomie. Depuis le début du confinement, tous les restaurateurs ont eu l’obligation de fermer leurs portes, hormis s’ils proposent des plats à emporter.

A Bordeaux, c’est tout un pan de l’économie qui s’est arrêté, la métropole étant réputée pour la qualité de ses établissements, avec la présence de Chefs de renom, notamment le Chef Philippe ETCHEBEST, porte-parole des restaurateurs sur l’ensemble du territoire. Ainsi, les appels issus de personnes exerçant dans l’hôtellerie-restauration représentent quasiment 20% des communications. Ils sont suivis de très près par les commerces de détail (18%), qui, jugés comme non essentiels, n’ont pas pu poursuivre leur activité. Il s’agit d’un coup dur, notamment pour les commerçants indépendants, très nombreux à Bordeaux. 

A l’aube du lancement de la saison estivale, où le tourisme bat son plein en France et notamment sur les littoraux, la crise va laisser un goût amer. En effet, la fermeture de frontières de pays en Europe et dans le reste du monde va bloquer le trafic aérien prévu pour l’été. Les gouvernements des différents pays appliquent des mesures restrictives pour empêcher les déplacements touristiques pour éviter une récidive du virus. La préfecture de Gironde a par exemple interdit toute location touristique durant les congés de printemps. 

Si durant la crise les mesures et aides se multiplient pour soutenir l’économie locale et les entreprises les plus impactées, la question de l’après reste tout de même en suspens. La reprise progressive de l’activité sera un véritable challenge, notamment pour les secteurs qui n’ont pas pu poursuivre leur activité.

Sources : 

Données du CNAJMJ et du Ministère de l’Economie et des Finances du 7 avril 2020

“ Hotline Solidarité Entreprises COVID”

Le CRT Nouvelle-Aquitaine à vos côtés – Covid-19

Atout France – Complément d’information sur le Covid-19

Préfecture de Gironde

Consultante Media pour BORDEAUX Business. Apporter une analyse sur les grands événements business à Bordeaux me tient à cœur. Un travail de recherche intense, sur toutes les tendances du marché local. Avec BORDEAUX Business, je souhaite apporter aux entrepreneurs toutes les réponses pour évoluer sereinement, au gré de l'économie bordelaise.

X
%d blogueurs aiment cette page :