Les organisations interprofessionnelles, un enjeu régional

Les organisations interprofessionnelles, un enjeu régional

Véritable outils de gouvernance, les organisations interprofessionnelles uniformisent et représentent les intérêts de différents acteurs au sein d’une même filière du secteur de l’agroalimentaire. Dans cette perspective, en juin dernier, à Bruges, en Gironde, a été créée la filière Fibois Nouvelle-Aquitaine avec cinq implantations territoriales : Bordeaux Métropole, Pau, Périgueux, Niort, Tulle qui regroupent 436 adhérents. Membre de France Bois Régions, Fibois Nouvelle-Aquitaine répond à une stratégie de coordination de la filière bois, véritable métier d’avenir.

L’importance de l’interprofession régionale

La récente création de FIBOIS Nouvelle-Aquitaine qui n’est autre que l’interprofession régionale de la filière Forêt Bois Papier montre l’importance de l’interprofession. Celle-ci vise à fédérer tous les acteurs d’une filière dans un lieu de dialogue pour concevoir un avenir commun. Les interprofessions reconnues sont les secteurs de l’aquaculture, bois forêt, fruits, légumes, grandes cultures, lait, viandes, vins et spiritueux. L’interprofession concerne donc essentiellement le secteur de l’agriculture. Etant donnée que la Nouvelle-Aquitaine constitue la première région agricole de France et que les entreprises agroalimentaires forment le premier secteur industriel, l’interprofession est un domaine d’intérêt pour la Nouvelle-Aquitaine. Détenue à 90 % par des parties prenantes privées, la forêt régionale comptait 250 000 propriétaires en 2012, gérant 2,6 millions d’hectares.

Ainsi, l’Agreste recense cinq grandes fonctions jouées par les organisations interprofessionnelles. Parmi elles figurent la représentation du secteur auprès des décideurs politiques, la mise en place concertée de standards de qualité et la recherche et développement. Les structures interprofessionnelles favorisent également la connexion avec l’aval des filières, permettant ainsi un meilleur fonctionnement du développement agricole développement agricole. L’interprofession FIBOIS est ainsi engagée dans des opérations de sensibilisation et des actions de promotion pour créer l’automatisme « construire bois », en structure et/ou en revêtement, chez le plus grand nombre, professionnels comme particuliers.

Le bois, un métier d’avenir

En Nouvelle-Aquitaine, la forêt occupe un tiers du territoire régional. Avec ses 1 millions d’hectares plantés à 80 % de pins maritimes, le Massif des Landes de Gascogne est le plus étendu d’Europe occidentale.

La Nouvelle-Aquitaine est ainsi à l’origine d’un quart de la production nationale qui se répartissent en 50 % de bois d’œuvre, 40 % de bois d’industrie et 10 % de bois énergie. 60 % du volume (hors bois énergie) est constitué par le pin maritime, en font une filière pourvoyeuse d’emplois. Ainsi, 56 300 salariés travaillent dans les 28 300 entreprises de la filière qui réalisent un chiffre d’affaires de 9,7 milliards d’euros, dont 1,6 milliards à l’export. Ainsi, avec ces chiffres, la filière Forêt Bois Papier est décidément prometteuse. 2ème employeur dans la Région, elle continue à créer des emplois, y compris en zones rurales. Du point de vue environnemental, FIBOIS est impliqué dans la préservation et la gestion durable des forêts, en respectant le cycle de vie de l’arbre.

A ce titre, la nouvelle interprofession FIBOIS a mis en place une feuille de route jusqu’en 2012, partagée par la Région et l’Etat, afin d’établir une coordination avec les enjeux stratégiques identifiés dans le Plan Régional Forêt Bois conclu en 2019. Concrètement, elle implique les problématiques collectives de la filière en un plan d’action. Parmi ces actions, figurent le maintien de missions de construction et de valorisation du matériau bois), l’organisation de manifestations pour animer le réseau des professionnels, le développement de projets structurants comme la mise en place d’observatoires, ou encore l’attractivité des métiers…

Au début des années 1960, la création d’interprofessions vise à inciter les acteurs à s’organiser pour participer à la régulation des filières. Avec cette nouvelle fusion de la filière interprofessionnelle du bois, les structures interprofessionnelles démontrent qu’elles ne sont pas éteintes ou passées de mode. En Nouvelle-Aquitaine, FIBOIS est ainsi engagé à promouvoir fièrement les couleurs du bois, enjeu économique et sociétal dans la mesure où le bois est un produit par nature biologique, produit localement.

Justine ANGIBAUD

Sources :

Dossier de Presse, FIBOIS

France Bois Régions

Centre d’Etudes et de Prospective, Les Organisations interprofessionnelles : un outil répandu de gestion des filières, Agreste

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X