La France actuelle compte près de 3 millions de petites structures qui ne sont pas toutes engagées dans la transformation numérique. Lors du dernier salon des Entrepreneurs qui s’est tenu à Paris les 1 et 2 Février, cette transformation numérique était au cœur des discussions et des enjeux, suite à un rapport sans équivoque du Cabinet Deloitte pour le compte de Facebook Ireland Limited: la transformation des TPE et des PME est très lente.

Une transformation numérique plutôt timide

Ainsi, la recherche de solutions de la part de ces entreprises pour combler ce retard était une opportunité pour les réseaux sociaux de faire leurs preuves, à l’image de l’incontournable Facebook, mais encore Instagram ou encore Messenger, canal plutôt axé sur la relation au client (dû à l’instantanéité des échanges). Aujourd’hui de manière globale, le réseau Facebook est très utilisé par les entreprises ayant effectué ou débuté leur transformation numérique : 1 million d’entre elles possèdent d’ores et déjà une page entreprise, qui leur sert de relais de communication pour tous leurs clients. De nos jours, le passage au numérique est un véritable tremplin de croissance, générateur de plus d’opportunités, afin de couvrir un territoire plus vaste qu’avec une communication traditionnelle, et donc d’être plus compétitif.

Le réseau social aux 1.86 milliards d’utilisateurs actifs au quotidien s’associe donc au Cabinet Deloitte pour présenter ses solutions à toutes les entreprises voulant prendre le virage du numérique, sachant que la question de la transformation numérique se pose tous les jours, question se posant plus pour des entreprises au rayonnement national. Pour toutes les entreprises tournées vers l’international, notamment l’export, la transition est plus naturelle.

Il faut également savoir que deux entreprises sur trois en France ne possèdent pas de site internet.  Un chiffre qui paraît, à l’heure de l’ultra connecté, très faible au regard des enjeux business liés à l’identité numérique.

Un manque d’accompagnement digital avec des conséquences…

Les entreprises sont mal guidées: là où l’on constate des retards pour les plus petites entreprises au début de leur existence, notamment au niveau de l’intégration du numérique dans leur activité, on constate également une disparité chez les entreprises de grande taille, au niveau des fonctionnalités qu’elles proposent via le numérique.Les moyens digitaux et numériques utilisés par les entreprises pour leur développement sont différents, et provoquent donc des disparités quant à la croissance de leur activité. 

Les initiatives européennes en ce sens, comme le chèque transformation numérique,  semblent s’être « taries », le temps de bienvenues réorganisations salutaires; le gouvernement envisage le lancement d’un plan de financement afin d’aider les entreprises qui souhaitent prendre le virage du numérique à se lancer.

Dans un marché ouvert, européen, voire international, sur la scène bordelaise. Il y a cependant urgence, pour les entreprises, non pas à la prise de conscience, mais à l’action… Là où le numérique, il y a quelques années, était un moteur de business, un levier de différenciation au regard de la concurrence, le digital apparaît désormais comme un premier pas, une première marche dans la construction d’une réussite… et la condition sine qua none d’une pérennisation de l’activité.

 

Audrey Kozaczka – Alexandra Zwang
Bordeaux Business

L’intégralité du rapport Deloitte