Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business…
Le Media des Entreprises & des Entrepreneurs

Contactez-nous :
  • Aucun produit dans le panier.

L’été de tous les transports

  /  BRÈVES   /  L’été de tous les transports
Voie ferrée train

L’été de tous les transports

En France, le poids du marché des transports est conséquent. En 2017, l’ensemble des transports représentaient une dépense totale de “386 milliards d’euros” selon une étude du Ministère de la transition écologique et solidaire (1). Autrement dit, les transports pesaient 17,3% du PIB français. Une part du PIB qui est toujours aussi importante depuis. Bien entendu, les trois quarts des dépenses du transport concernent la voiture. Celles du transport ferroviaire représentaient elles environ 7% en 2017, tout comme le transport aérien (1). Les individus utilisent essentiellement leur voiture pour se rendre au travail. Beaucoup de Français empruntent, cependant, également les transports en commun, dont les trains. Pour les départs en vacances, les habitants de l’hexagone privilégient le transport ferroviaire, aérien voire même maritime. 

Dans un contexte de crise sanitaire où tous les déplacements étaient au poids mort, à quelles perspectives, pour la fin de l’année 2020, le marché du transport peut-il aspirer ?

La circulation des trains, une reprise des plus attendues 

Le secteur le plus plébiscité des transports collectifs 

Le secteur du transport ferroviaire est l’un des transports dits “collectifs” les plus empruntés. En effet, “avec 100,1 milliards de voyageurs-kilomètres transportés, le transport ferroviaire de voyageurs, hors navettes Eurotunnel, représente 54,4 % du transport collectif” selon l’Insee (2). 

Nombreux sont ceux qui se déplacent en TER, TGV ou OUIGO de nos jours, dans un objectif professionnel. En effet, pour certains Français qui habitent en périphérie des grandes métropoles, les voies ferroviaires de la SNCF sont la solution de déplacement la plus appréciée. 

Économique et véritable gain de temps, le transport ferroviaire est l’alternative de la voiture préférée des Français. Sans oublier que cette pratique permet de réduire l’émission de CO2. En effet, l’empreinte écologique de ces transports est bien moindre que celle des voitures. 

Un tournant historique pour l’industrie ferroviaire

La crise de la Covid-19 a marqué un véritable tournant dans l’histoire ferroviaire. En effet, confinés et la plupart en télétravail ou en chômage partiel ; très peu de Français se sont rendus physiquement au travail. De plus, la circulation de bon nombre de transports en commun était réduite. 

Le peu de capacité de trains, de tramways, bus ou métros pendant cette période de confinement fut des plus inédites. 

C’est avec impatience mais méfiance que les Français de tout l’hexagone ont repris le chemin du transport ferroviaire au dé-confinement. 

De nos jours, le taux de circulation des TER et TGV revient progressivement à la normale. Il n’en a pas toujours été ainsi. Le jour du dé-confinement, le 11 mai 2020 ; seulement 50% des TER à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine étaient en circulation. 

Cette reprise partielle puis de plus en plus totale était nécessaire. Le marché ferroviaire souhaitait avant tout apporter sécurité et une adaptation des trains adaptée à ses clients. C’est pourquoi, le port du masque est obligatoire, ainsi que des marquages au sol dans certaines gares sont appliquées pour respecter la distanciation sociale.

Les transports routiers, fragilisés par la Covid-19

Le secteur du transport de marchandises est en pleine expansion depuis quelques années. La (sur)consommation booste l’activité des routiers. 

Sillonnant des centaines de kilomètres par jour et traversant de nombreux pays, les routiers font désormais parties du paysage des autoroutes françaises. 

Cette dense circulation a fortement chuté avec la Covid-19, et notamment pendant le confinement. L’activité était pour la plupart à l’arrêt total, pour d’autres partielle. 

C’est à l’aube du déconfinement que l’activité a pu reprendre ses droits sur les routes. Le secteur a réorganisé son activité. Il a réadapté de nombreuses plages horaires de travail. De plus, les employés observent une réelle augmentation de leurs jours travaillés et de leurs heures supplémentaires. 

Ces décisions ont été mûrement réfléchies dans le but de répondre aux besoins du plan de relance économique du pays. En effet, “plusieurs textes ont notamment été publiés pour permettre la circulation le dimanche, augmenter les temps de conduite etc…” rapporte la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) (3).

Après une période fortement ralentie, c’est une bonne chose qu’une reprise aussi dynamique ait lieu. 

Une reprise progressive des transports aériens 

Après une récente tendance du fret commercial aérien

Comme l’ensemble des secteurs du transport, le secteur aérien se porte bien. Le secteur du transport de marchandises le sollicite de plus en plus, même si toujours à moindre échelle que les camions. En effet, selon l’Insee, le fret commercial aérien est “en progression de 1,5 % fin décembre 2018 par rapport à fin décembre 2017” (4). Cette nette augmentation s’explique notamment par une progression des exportations. 

Les Français savent s’adapter et faire évoluer les instruments qu’ils ont à leur disposition, de manière la plus productive qui soit.

Le challenge des départs post-confinement

Une réactivation progressive des routes aériennes s’effectue. Le secteur aérien doit respecter les restrictions liées à la situation sanitaire du pays, mais aussi prendre en compte le contexte international. 

Ont été également mis en place des normes de sécurité et d’hygiène des plus strictes lors de chacun des vols.

Le secteur aérien pense tout de même au plaisir des vacances estivales et au départ des Français. C’est pourquoi, Vueling, compagnie aérienne du Groupe IAG, propose deux routes au départ de Bordeaux cet été. La première a pour destination Barcelone et la seconde Palma de Majorque. 

Bien que impacté par le confinement, le marché du transport garde la tête hors de l’eau. Chaque sous secteur s’adapte et propose des alternatives au déplacement des Français. Les transports font partie intégrante de la vie quotidienne des Français, peu importe la forme. Voilà pourquoi l’industrie des transports redouble d’efforts pour proposer un service continue et en toute sécurité. Elle n’en oublie pas pour autant non plus les vacances de ses habitants ; un luxe pour une grande partie d’entre eux cet été.

Sources

SNCF : www.sncf.com/fr

Vueling : www.vueling.com/fr

  1. Chiffres clés du transport, de 2018, du Ministère de la transition écologique et solidaire : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2018-10/datalab-31-chiffres-cles-transport-mars2018-c.pdf
  2. Transports de voyageurs, du 23 mars 2019, de l’Insee : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676874?sommaire=3696937
  3. Enquête FNTR : Impact économique de la crise Covid-19 sur le secteur du TRM, de la FNTR, du 1er avril 2020 : https://www.fntr.fr/espace-presse/actualites-agenda/enquete-fntr-impact-economique-de-la-crise-covid-19-sur-le-secteur
  4. Transport aérien, de l’Insee, 6 juin 2019 : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4160516?sommaire=4160760

Consultante Media pour BORDEAUX Business Le monde évolue si rapidement culturellement, économiquement, artistiquement... qu'il faut bien le raconter quelque part. La ville de Bordeaux en traduit bien les nuances. C'est un plaisir de vous les relater !

X
%d blogueurs aiment cette page :