L’investissement au service de l’emploi et des compétences

Cubes empilés qui symbolisent la montée en compétences de salariés

L’investissement au service de l’emploi et des compétences

Pour le premier semestre 2019, la Nouvelle-Aquitaine affiche une croissance de 5% par rapport à 2018 en termes d’offres d’emploi proposées. Cette augmentation est à priori plutôt favorable, mais à relativiser dans le contexte d’une évolution nationale de 9% pour le premier semestre 2019.
Compte tenu des résultats du baromètre de l’emploi de Hello Work, paru pour le premier semestre 2019, la dynamique d’emploi en Nouvelle-Aquitaine est orientée vers une pérennité des activités économiques tandis que la Région est engagée depuis plusieurs mois dans une recomposition des compétences.

Des perspectives intéressantes de l’emploi en Nouvelle-Aquitaine, marquées par l’hétérogénéité

Regroupant les plateformes RegionsJob, ParisJob, Cadreo et BDM/Job, cet acteur digital de référence de l’emploi étudie les différentes perspectives de l’emploi en France. Dans son baromètre de l’emploi 2019, Hellowork distingue les régions par le volume d’offres d’emploi afin de mesurer les régions qui recrutent le plus mais également les métropoles les plus dynamiques à partir de la croissance du volume d’offres d’emploi diffusées. Ainsi, si la Nouvelle-Aquitaine présente un dynamisme d’offres d’emploi de 5% pour le premier semestre 2019, le territoire néo-aquitain contribue à hauteur de 9% du volume d’offres d’emploi en France. Elle perd ainsi une place dans le classement national par rapport au premier semestre 2018.
Même si la Nouvelle-Aquitaine a un pourcentage de volume d’offres d’emploi supérieur à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur mais cette dernière a gagné trois places dans le classement nation par rapport au premier semestre 2018. Enfin, si la Nouvelle-Aquitaine constitue la 4ème région la plus pourvoyeuse d’emplois en France, est rattrapée doucement mais surement sur son dynamisme par d’autres régions.

Par métier, mais également par secteurs d’activité, les dynamiques des postes au sein des territoires divergent. C’est notamment le cas avec les aides à domicile, répertoriées dans “assistanat” par le baromètre emploi Hello Work, mais aussi avec les activités informatiques. Par exemple, en Nouvelle-Aquitaine, d’ici 2022, les postes à pourvoir pour les aides à domicile devraient constituer entre 34 et 38% de l’emploi régional. C’est supérieur à 38% pour la région Ile-De-France et seulement 28 à 30 % pour les Pays-De-La-Loire.

Au sein même du territoire néo-aquitain, les six premiers mois de l’année 2019 sont marqués par une hétérogénéité entre les départements. Ainsi, parmi eux, la Dordogne se distingue grâce à la plus forte croissance d’offres d’emploi proposées à hauteur de 31% , suivie de près par le Lot-et-Garonne avec une croissance de 29%. La Gironde, en termes de croissance d’emploi, n’arrive qu’à la 5ème place avec 12% d’augmentation mais recense à elle seule 29% des offres d’emploi régionales. Autre fait important, 73% des offres d’emploi néo-aquitain correspondent à des CDI avec une augmentation de 15% par rapport au premier semestre 2018. En revanche, le CDD et le travail temporaire reculent de 12 % et 9% par rapport à l’année précédente en Nouvelle-Aquitaine.

Une recomposition régionale des compétences

L’objectif de maintien et de retour à l’emploi de ce public a été affirmé, et fait partie des priorités gouvernementales. Cet objectif trouve une caisse de résonances dans les territoires. A ce titre, en 2015, la Dares et France Stratégie ont publié un rapport sur la régionalisation des métiers et des qualifications à l’horizon 2022. Cette prospective prend forme dans le cadre du lancement du Plan d’Investissement compétences (PIC) d’un montant de 15 milliards d’euros notamment à destination des métiers du numérique. En 2018, 663 millions d’euros ont ainsi été distribués aux régions, valeur qui a été doublée en 2019. Cette initiative a été lancée alors que les régions ont perdu la compétence de l’apprentissage mais conservent celle de la formation. En janvier dernier, Muriel Pénicaud, Ministre du Travail avait, à ce titre, fait le déplacement à Bègles afin de promouvoir une convention avec la Région Nouvelle-Aquitaine sur l’investissement dans la formation professionnelle, aussi appelée Pacte Régional d’investissement.

A ce titre, l’association We Job basée à Bordeaux a développé une offre de service dédié aux demandeurs d’emplois séniors dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences. Le “WeTEAM + de 45 ans” programme s’effectue en partenariat avec les agences Pôle Emploi de la Métropole, AG2R La Mondiale mais également l’Unité départementale de la Gironde (Direccte Nouvelle-Aquitaine). Ce programme mise sur le co-searching communautaire qui consiste en une mise en relation d’autres chercheurs d’emploi pour favoriser les synergies sur le même modèle que le co-working. “We Team +45” est également orienté vers une sensibilisation des profils “seniors” avec une mise en place de formations et de sensibilisation auprès des RH inter-entreprises.

En termes d’emploi, la Nouvelle-Aquitaine est fortement marquée par des particularités

locales apparaissant entre les territoires. C’est pourquoi, dans le cadre du PIC, le territoire néo-aquitain s’engage dans la recomposition de nouvelles compétences, afin de mieux répondre aux nouvelles attentes des recruteurs et aux secteurs d’activités demandeurs de main-d’oeuvre.

Justine ANGIBAUD

Sources :

Baromètre de l’emploi S1 2019, Hello Work

Pactes Régionaux d’Investissement dans les Compétences

We Job, En Bref, Nouvelle-Aquitaine

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X