marché beauté cosmétique industrie digital

Marché de la beauté, un maintien de l’activité grâce au digital

Dernière mise à jour:

Le marché de la beauté accuse depuis le début de la crise une forte baisse des ventes et de son chiffre d’affaires. Si le digital permet de sauver les meubles pour certaines portions du secteur, l’ensemble des résultats reste relativement austère. Ainsi, d’après une étude Asterès pour la fédération des entreprises de la beauté (Febea), la globalité du secteur des cosmétiques a subi une chute d’environ 10 % des ventes. Toutefois, à l’intérieur, les réalités sont très disparates. D’un côté, le CA des produits d’hygiène a augmenté de 50 % ; de l’autre, celui des produits de beauté s’est contracté de 25 % avec 37 % des ventes en moins. Des chiffres résultant notamment des modes de commercialisation et des mesures restrictives pour lutter contre la Covid-19.

Marché de la beauté, des situations économiques variées

Malgré un secteur de la beauté réputé solide, les petites entreprises industrielles vivent la crise particulièrement durement. Leur chiffre d’affaires a chuté de 54 %, contre une moyenne de 35 % pour les industriels de plus grande taille.

Par ailleurs, la situation semble devoir perdurer. En effet, selon les scénarios d’Asterès, il faudra attendre 2022 pour récupérer une situation d’avant-crise. Toutefois, cette estimation dépend de notre capacité à bien gérer la situation sanitaire. Paramètre que nous ne maîtrisons toujours que moyennement.

L’étude dresse toutefois une liste des facteurs en faveur du marché de la beauté. D’abord, elle salue le soutien à la consommation décliné sous plusieurs dispositifs gouvernementaux. Lesquels devraient être en faveur de la cosmétique, dans un contexte où on cherche à se faire plaisir sans enfreindre les règles d’hygiène.

Côté entreprises cette fois, elles peuvent profiter des PGE et d’une incitation aux investissement en fonds propres. Des dispositifs tendant à la fois à soutenir la trésorerie et à permettre les investissements nécessaires pour surmonter la crise. En complément, l’industrie des cosmétiques profitera également de la baisse des impôts de production. Ainsi, les entreprises françaises retrouveront un peu de compétitivité par rapport à celles des pays aux taxes moins élevées.

En revanche, Asterès attire l’attention sur l’intérêt très mitigé de la relocalisation pour ce secteur d’activité. D’abord parce que la production s’avère déjà largement nationale. A la place, il suggère de parier sur la modularité de la production, laquelle ayant déjà fait ses preuves avec la reconversion des lignes de production pour fabriquer en urgence du gel hydroalcoolique.

marché beauté impact digital covid-19

Digitalisation du marché de la beauté, la solution miracle ?

L’impact du digital sur le marché de la beauté semble être largement sujet à interprétation. Les études Asterès et Opinion Way s’entendent pour dire que les ventes en ligne ont grimpé de 38 à 40 % dès le premier semestre 2020. Toutefois, la conclusion tirée n’est pas nécessairement enthousiaste. Pour cause, selon Asterès, le poids du digital sur ce marché est encore trop faible pour relever l’ensemble du secteur. Dans ce contexte, difficile de dire si la faute revient aux consommateurs qui préfèrent les modes de consommations en boutique ; ou les entreprises qui ne proposent toujours pas toutes des solutions digitales satisfaisantes. 

Outre l’augmentation des ventes sur internet, le numérique a aussi permis la hausse des prises de rendez-vous en ligne. Par ailleurs, le virage digital est de plus en plus facile à prendre. Si avoir sa propre stratégie comme Seasonly, comprenant site internet, campagnes, boutique en ligne, gestion automatique des agenda, demande de sérieux investissements, des solutions tierces se développent de plus en plus. A défaut d’être aussi complètes et flexibles, elles permettent de s’adapter rapidement.

C’est par exemple le cas des outils Planner et Deliver produits par Linkeo. Lesquels permettent respectivement de prendre rendez-vous en ligne et de passer commande. Pour cause, selon Linkeo, 77% des Français réservent sur Internet et 35% des réservations ont lieu en dehors des heures d’ouverture. Par ailleurs, le système réduirait d’un quart le taux d’absentéisme.

cosmétique beauté digitalisation

Côté click and collect, les français restent d’avis général que les solutions ne sont pas optimales. Ainsi, selon France Num, ils sont 85 % à estimer que les services de click and collect devraient être renforcés. Pour les commerces, ce système revêt en outre des avantages non négligeables, valables aussi hors période de crise. Gain de temps, ventes additionnelles, gestion du flux en magasin et donc respect des mesures restrictives…

Financement de la numérisation, des aides nationales et locales pour les entreprises

Pour inciter les entreprises, tous secteurs confondus, à passer définitivement le cap de la digitalisation, l’Etat et les collectivités territoriales redoublent d’efforts. Ces aides concernent principalement les TPE et PME, lesquelles sont particulièrement fragilisées.

Ainsi, le gouvernement propose la plateforme Clique Mon Commerce pour développer rapidement une activité en ligne. Livraison, paiement en ligne, communication… Autant de problématiques qui freinent habituellement les initiatives individuelles faute de conseils avisés.

A cela s’ajoutent des aides financières et stratégiques alouées par France Num. Chèque Numérique, diagnostic, modules de formation en ligne, garantie de prêt… De quoi soutenir les entreprises disposées à entreprendre une réelle stratégique digitale, construite.

En plus des aides gouvernementales, les régions proposent aussi leur soutien. La Nouvelle-Aquitaine délivre par exemple des Chèques transformation numérique et des Chèques e-commerce. Aides pour les start-ups, pour les prototypes numériques, pour le recrutement… Les dispositifs couvrent des problématiques larges et son régulièrement mis à jour.

Sources

  1. Le secteur des cosmétiques, une résilience inégale face à la crise du Covid-19”, étude Asterès Febea 2020
  2. “Le marché français de la beauté se maintient grâce au numérique”, Linkeo, communiqué de presse du 16 mars 2021
  3. Covid-19 : Aides à la numérisation des entreprises, BPI France 
  4. Quelles sont les aides financières pour la numérisation de votre entreprise dans votre région ?, France Num 
Plus d'articles
jeune femme port du masque chirurgical en entreprise contre le Covid 19
Tous masqués, une nouvelle normalité ?
X