Marché : L’industrie, facteur d’attractivité économique

A l’heure du numérique, des start-ups, où la France a délaissé la puissance de son industrie pour baser son économie sur du tertiaire, il convient de rappeler que les belles réussites ne sont pas toutes digitales… Ainsi, rétablir un certain équilibre pour diversifier ses activités et diviser ses risques peut s’avérer judicieux.

En Gironde, le potentiel du marché du secteur industriel ne fait que s’intensifier. Des entreprises se créaient même pour combler les lacunes d’un secteur qui a pourtant de quoi tirer son épingle du jeu. Et ce, y compris à l’échelle internationale.

Profitant d’un dynamisme important qui porte son message hors de nos frontières, l’industrie se développe. De tous les secteurs d’activité l’on peut tirer un même constat. Les développements et la recherche permettent de repousser encore un peu les limites du progrès. 

L’économie industrielle en Gironde

Aujourd’hui, l’industrie girondine se développe. De nouveaux centres de formations aux métiers de l’industrie fleurissent un peu partout. Ils forment les talents de demain, et l’on constate aisément l’augmentation des investissements à destination de la R&D.

L’industrie rapporte plus, avec des marges revues à la hausse. Également un délai de paiement stabilisé, offrant un confort aux entreprises départementales et régionales.

Ainsi, les investissements et les carnets de commandes sont en hausse en 2019 (10), après avoir légèrement baissé en 2017 et 2018. Selon la CCI de Bordeaux, les résultats constatés au troisième trimestre 2017 étaient en baisse, avec une perte de 8 points. Cela est directement lié à cette baisse des volumes de commandes et la hausse des matières premières.

Même impact sur la trésorerie qui se maintenait à l’équilibre avant de connaître une perte de 10 points. Malgré cela, les prévisions laissent confiant face à l’avenir avec une augmentation estimée respectivement pour ces deux milieux de 18 et 2 points.

La baisse de l’activité d’une entreprise a aussi des impacts non négligeables sur les effectifs de salariés. Ils sont en baisse progressive depuis quelques mois, pour atteindre une perte de 4 points. Mais les prévisions prévoient un gain de 8 points pour les prochains mois.

Grâce à l’emploi et les investissements, les prévisions restaient donc toutefois plus optimistes, avec une augmentation des indicateurs pour les prochains mois. Aussi, dans le département, la métropole bordelaise n’est pas la seule à tirer son épingle du jeu. En réalité, les arrondissements d’Arcachon et de Blaye enregistrent les meilleurs résultats mi-2019 (10).

Les investissements dynamisent l’industrie

Seul point résolument positif : les investissements. Les progrès techniques, la qualité du savoir-faire français, et les nouveaux besoins entraînent des investissements importants pour la recherche et le développement (33%). Les prévisions annoncent des chiffres stables dans les mois à venir.

L’industrie girondine, c’est aussi l’industrie pharmaceutique. Ainsi, la France est le second marché européen derrière l’Allemagne. En 2015, selon les études de LEEM, la région Nouvelle Aquitaine faisait partie des régions les plus dynamiques en terme d’emplois dans ce secteur.

6% des salariés présents sur la région, soit 5880 personnes s’y trouvent. Elle reste tout de même loin derrière l’Île de France et la région Rhône-Alpes

Des entreprises comme Ceva Santé Animale, ont elles aussi su s’implanter sur le marché de l’industrie pharmaceutique. Elles cherchent constamment à innover grâce à de nombreux travaux en recherche et développement. Pour cela, elles travaillent en partenariat avec des organismes privés, des instituts de recherche mais aussi avec des universités. Une entreprise qui cherche aussi bien le bien-être de ses salariés, la relation avec le client, que la phase d’innovation dans les produits à destination des soins vétérinaires.  

Notons en revanche que la France est en train de se faire distancer à l’international. Ainsi, longtemps leader avec l’Allemagne, elle pourrait bien perdre des places au profit de l’Italie et de l’Allemagne d’ici 2023. De même, alors que l’industrie pharmaceutique dans les autres pays accusent une croissance du CA de l’ordre de 3 à 4%, la progression en France est beaucoup plus lente (0,5%).

Elle occupait donc la première place en valeur jusqu’en 2008 (20 ans en tête du classement) mais a depuis déjà perdu 4 places. (11)

Réussites et inquiétudes du secteur industriel français

Toutefois, bien que de nombreux signaux semblent au vert, certains secteurs clés tels que l’industrie automobile et spatiale inquiètent. Ils présentent un avenir incertain. En effet, les cadences de productions demandées sont très difficiles à tenir pour la supply chain.

Elles imposent un travail en surtension permanente. La baisse drastique de production de certains avions et hélicoptères à l’image de l’A380 ou l’A330 pourraient rapidement mettre en péril la stabilité fragile des fournisseurs de groupes tels que Dassault ou Safran.

L’aéronautique est un secteur pourtant phare de l’industrie régionale et départementale. Il connaît au 3ème trimestre 2017 une baisse conséquente, alors qu’un regain important avait été constaté au 2ème trimestre de la même année. En cause, la concurrence étrangère provoquant l’essoufflement du groupe Airbus, qui essuie une diminution des commandes d’avions.

La crise de la Covid-19, l’arrêt des usines et la fermeture des aéroports n’aide par ailleurs pas à repartir sur de bonnes bases.

L’un des secteurs qui respire après avoir été longtemps en difficulté est le secteur de l’industrie du bois. Après plusieurs années avec les indicateurs dans le rouge, le bois connaît une reconstitution progressive. Embauchant plus de 8000 salariés en Gironde (source INSEE 2013), la filière bois girondine est la plus importante en terme d’emplois. Mais elle n’est pas la plus représentée dans la région avec moins de 3% des emplois totaux.

Ce domaine a souffert du fait des catastrophes naturelles, notamment les tempêtes qui ont fait des dégâts dans les forêts et les nombreux espaces boisés, entraînant une hausse des prix du bois mais aussi la raréfaction des matières premières disponibles de qualité. Les corps de métiers autour du bâtiment, des meubles ou encore de la fabrique de papier en pâtissent alors, mais depuis le 2ème trimestre 2016, le phénomène s’inverse et l’industrie du bois commence sa progression.

Des industries multiples sur le territoire girondin

Des entreprises comme la Smurfit Kappa, l’usine de fabrique de pâte à papier de Biganos, ou encore Integral Bois, constructeur de bâtiments en bois, connaissent une hausse d’activité et se lancent aujourd’hui dans une démarche d’innovation qui nécessite des investissements. Aujourd’hui, leur travail est d’accroître leur visibilité sur le marché. Cela afin d’attirer les investisseurs et ainsi de favoriser leur développement à long terme.

A l’inverse, certaines entités soulèvent quelques inquiétudes. C’est le cas notamment de Ford Aquitaine Industrie. En effet, depuis 2014, l’entreprise formulait la promesse de conserver 1000 emplois sur son site de production. Promesse qu’elle a tenu jusqu’à la fin 2016.

Son quota n’étant pas respecté, elle se retrouve dans l’obligation de verser des dommages et intérêts à la CGT. Cette condamnation et la baisse de l’activité du centre mettaient en péril les 920 emplois de FAI. En juillet 2019 a sonné la fin de la production, suivi rapidement par la fermeture définitive de l’usine.

Des filières à booster, accompagnées sur le territoire

La Chambre du Commerce et de l’Industrie de Bordeaux Gironde souhaite mettre en avant l’industrie de son territoire. Elle s’implique dans de nombreux événements qui permettent l’échange, les rencontres et la promotion de l’industrie.

Elle n’hésite pas à mettre en avant les marques qui font la promotion de la fabrication locale. Par exemple, “Fabriqué chez nous en Gironde”. (12)

Au delà de la création locale, il s’agit d’une mise en avant de l’expertise et la qualité de l’industrie girondine depuis 2013. Les entreprises qui se regroupent sous cette marque locale sont mises à l’honneur chaque année. Et plus particulièrement à l’occasion de la Semaine de l’industrie. On y retrouve Cacolac, Unikalo, Nanni Industries ou encore PNY Technologies.

La Semaine de l’Industrie est l’un des rendez-vous incontournable depuis 2011. Il permet d’attirer de nouveaux talents dans l’industrie pour relancer l’emploi. Il développe cette filière très prometteuse, avec des problématiques en relation directe avec les enjeux actuels nationaux, voire même internationaux. Ainsi, l’écologie était déjà au cœur de l’édition 2017 !

Elle souhaitait mettre en lumière l’efficacité énergétique, ou encore les énergies renouvelables et l’économie circulaire qui sont des thèmes de plus en plus évoqués dans l’entreprise.

Depuis, la dimension environnementale des industries restent au cœur des préoccupations. Ainsi, les troisième rencontres économiques de la croissance verte, en décembre 2019, se concentraient sur la sauvegarde de la biodiversité. (13)

Accompagner les entreprises industrielles dans leur développement

Dans le même élan d’accompagnement sur le territoire, on peut relever l’initiative de l’UIMM Nouvelle-Aquitaine (Union des industries et métiers de la métallurgie). Elle soutient le développement des industries “du futur”. OPTIM’Indus (acronyme de Optimisation, Performance, Transformation, Innovation, et Modernisation Industrielles), en partenariat avec l’Union Européenne, le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine et l’OPCAIM.

Ce projet voit aujourd’hui le jour afin de pouvoir accompagner les entreprises dans le développement de leur performance et leur compétitivité. Elles reçoivent des conseils sur-mesure, pour relever tous les défis. Ce projet d’action se décompose en trois points. L’accompagnement des projets, mais aussi le développement des compétences au sein de l’entreprise et celui des réseaux professionnels des dirigeants.

Il en va de même dans l’industrie agroalimentaire en Gironde, avec le programme AGROSMARTGlobal (14). Ce projet cherche à développer des projets regroupés d’entreprises du secteur agroalimentaire de la zone Nouvelle-Aquitaine, Espagne et Portugal. Ainsi associées, les initiatives pourraient pénétrer les marchés numériques asiatiques et nord-américains. Réalisable à court terme, ce programme est prévu pour 2020-2022.

Innover pour pérenniser l’industrie

L’industrie est un domaine large qui concentre de nombreux métiers dans différents secteurs. Numérique, automobile, chimique, armement ou encore agroalimentaire sont des exemples de secteurs en plein essor. Se pose alors la question de leur évolution dans les années à venir.

Prenons comme exemple le secteur alimentaire, qui se trouve particulièrement bouleversé par la transition numérique. La pénibilité de certains métiers de ce secteur, la traçabilité mais aussi l’évolution des marchés locaux, régionaux, nationaux et internationaux montrent les enjeux certains de l’agroalimentaire que le numérique peut combler.

A l’heure actuelle, le numérique permet de gagner en performance, et en efficacité. Mais il permet aussi d’innover dans un secteur de plus en plus concurrentiel afin de s’implanter sur le marché

Les fleurons de l’industrie française en Nouvelle-Aquitaine

La 7ème édition de la Semaine de l’Industrie a eu lieu du 20 au 26 Mars 2017 en Nouvelle-Aquitaine et dans toute la France. Organisée par le Ministère de l’Economie et des Finances, ainsi que la DGE, elle vise à renforcer l’attractivité de l’Industrie française ainsi que celle de ses métiers. Une semaine de sensibilisation auprès des jeunes et des actifs de demain aux domaines d’avenir dont l’industrie fait partie. Enfin, cette semaine de l’Industrie valorise la mixité dans ces entreprises jusqu’alors majoritairement composées d’hommes. Un moyen de revoir la place et l’implication des femmes dans l’activité industrielle française.

Ecologie et futur au féminin

Cette année 2017, la semaine de l’Industrie met en avant la question de l’écologie pour inciter les industries à réduire leurs émissions polluantes ainsi que les déchets qu’elles peuvent produire.

Durant cette semaine, plus de 200 événements ont eu lieu dans la région Nouvelle-Aquitaine sur des thématiques diverses et variées telles que l’industrie du futur ou encore l’économie circulaire.

En Gironde, la conférence principale s‘intitule: “Femmes : la passion de l’industrie”. Elle met en avant la main d’oeuvre et les connaissances féminines dans ce secteur, où les femmes sont encore sous représentées. Mais il ne s’agissait pas de la seule thématique abordée en Gironde durant cette semaine. En effet, pour sensibiliser les jeunes au milieu industriel, la Région a lancé un grand concours photo au cœur des entreprises industrielles à destination des étudiants. L’objectif ? leur faire découvrir l’envers du décor, et peut être susciter un regard neuf et des ambitions d’avenir…

Concept industrie humain travaux métaux
Au-delà de l’Usine du futur, le savoir-faire et l’implication des hommes est un richesse industrielle. – Photographie : S. 72

L’industrie, poumon économique de la Nouvelle-Aquitaine

Laurent MAUMELAT a animé une conférence autour de l’orientation vers ces métiers qui sont au cœur de l’activité française, métiers qui recrutent de plus en plus de personnes, suivi par un forum qui a visé à favoriser la rencontre entre des demandeurs d’emploi ou futurs actifs avec des entreprises et des cadres qui cherchent leurs futurs collaborateurs.

En Nouvelle-Aquitaine, ce domaine n’est pas à négliger : en effet, 12% de l’emploi régional provient de l’industrie, ce qui représente pas moins de 284 000 emplois sur l’ensemble de la région. De plus, avec la forte vague de départs à la retraite, d’ici 2020, l’industrie est un secteur à fort impact sur le marché du travail, proposant des carrières stables : 9 contrats sur 10 sont des CDI.

L’industrie est l’un des poumons économiques de notre pays qui en fait une nation ayant des pôles d’excellence (automobile, aéronautique…). La semaine de l’Industrie attire chaque année davantage de visiteurs, curieux comme impliqués. Ces derniers qui peuvent repartir avec un entretien vers un emploi, une alternance ou un stage, notamment en Nouvelle-Aquitaine où les participations ont littéralement explosé (+100 000 personnes entre 2015 et 2016).

Il s’agit là d’un bon indicateur qui montre que le cœur de l’industrie française continuera de battre encore longtemps.

Sources :

www.entreprises.gouv.fr

Communiqué Région Nouvelle Aquitaine « Lancement de la 7e édition de la Semaine de l’Industrie »

Abonnez-vous à la Newsletter

X