Il est des projets qui se concrétisent selon le vécu des personnes qui en sont à l’origine. Lucine en est. Lucine, c’est le nom auquel la déesse Junon était associée, accompagnant les femmes enceintes au cours de leur accouchement pour supporter la douleur. Mais de façon plus contemporaine, Lucine est le nom de l’entreprise, la solution de Maryne Cotty-Eslous.

Cette pétillante jeune femme est entrepreneur, chercheuse mais aussi patiente, mais pas dans le sens où l’on peut l’entendre : en effet, elle souffre d’une maladie génétique chronique au quotidien, des douleurs constantes qui touchent plus de 16 millions de Français, et plus de 75 millions d’européens. Elle a mené des recherches durant 4 ans avant de présenter une maquette de concept qui soit révélatrice du projet innovation Lucine.

 

Un combat quotidien, au service des autres.

C’est en voyant sa propre douleur et le délai de consultation d’un spécialiste qu’elle a décidé de se lancer dans un projet totalement innovant sur de nombreux aspects, Lucine.

Ce projet d’application permettra de trouver des solutions pour soulager les douleurs de chaque personne souffrant de douleurs chroniques de manière personnalisée, et ce à domicile, pour le rendre totalement accessible.

Il s’agit d’une innovation sociale et technologique car elle permet de mesurer, analyser et soulager les douleurs de faible à moyenne intensité depuis son smartphone, dès que l’on a mal. C’est aussi simple que la prise d’un médicament, mais il n’y aura pas les effets secondaires ni accoutumance d’un traitement médicamenteux.

La mise en place d’une telle révolution et solution permet aussi de limiter les hospitalisations, car les douleurs quotidiennes sont très difficiles à supporter pour tous les malades chroniques qui ne peuvent plus travailler, à terme, ce qui permet aussi de désengorger les hôpitaux. Cela limite aussi les comportements à risques chez les patients, car avec une solution telle que Lucine, ces personnes ne seront plus tentées de surdoser leurs traitements car l’application apporterait un soulagement de la douleur rapidement.

Les douleurs sont un combat quotidien pour les personnes qui en souffrent, et limitent aussi les interactions sociales, Maryne Cotty-Eslous a noté que de nombreux malades se refermaient sur eux-mêmes, ne sortant plus car ne pouvant plus avoir de vie “normale”. Cette solution totalement numérique permettrait d’inverser la tendance et de permettre aux malades d’avoir une vie normale en pouvant soulager rapidement leurs douleurs, et ce n’importe où.

 

Une solution pour les malades… par les malades.

Maryne Cotty-Eslous voit en Lucine une véritable innovation sociale, car elle crée son application pour les douloureux chroniques, avec leur aide. Elle souhaite d’ailleurs, à terme, créer une application par pathologie qui soit capable de réduire la douleur selon chaque personne. Il faut compter environ 1 an de co-construction pour chaque application, mais le concept intéresse et mobilise de nombreuses personnes, prêtes à aider Lucine pour son développement. Elle veut proposer une solution globale, ce que les concurrents ne proposent pas encore (soit ils proposent une analyse, soit une mesure, soit des solutions, mais pas les trois en même temps). 

Lucine pourrait même, à terme, devenir dispositif médical, puisque des essais cliniques sont menés sur le concept pour montrer qu’il est fonctionnel et qu’il aide les douloureux chroniques. Maryne Cotty-Eslous espère également que Lucine profite d’un label ISO. Elle est accompagnée par un comité scientifique dans ses recherches, ce qui lui permet d’avoir une garantie en terme d’éthique et de sécurisation de sa solution. En effet, Lucine permettrait aux professionnels de santé d’être accompagnés dans le suivi du patient, mais aussi pour poser un diagnostic précis selon l’état de ce dernier.

“Autant de pathologies et de patients, autant de Lucine possibles”.

Pour établir les différentes applications à développer, Lucine analyse les profils de chaque douloureux chroniques identifiés selon leur environnement et leurs antécédents pour voir quelles pathologies ressortent le plus souvent.

Une solution e-santé ne signifie pas uniquement la prise de médicament, ou, a contrario, l’arrêt de la prise de médicaments. Maryne Cotty-Eslous l’affirme “Nous ne sommes pas en guerre contre le médicament, nous le replaçons à sa juste prise”.

Pour être en mesure d’analyser et diagnostiquer la douleur, Lucine contient une Intelligence Artificielle qui scanne et analyse la voix de la personne, mais aussi son visage et le haut de son corps, avant de lui poser 10 questions fermées pour connaître l’origine de la douleur.

Cela permet de jauger le degré de douleur que ressent le malade chronique, et ainsi de lui proposer la solution la plus adaptée. Il ne s’agit que de solutions non pharmacologiques, reconnues et remboursées par la sécurité sociale, comme par exemple l’hypnothérapie, l’hypnose médicale, le détournement d’attention, ou encore la relaxation et l’art thérapie, qui permettent au corps de créer de la morphine naturelle, ingrédient indispensable pour lutter efficacement contre la douleur.

En digitalisant ces méthodes, il est possible d’obtenir des résultats tout aussi efficaces, sans avoir besoin de prendre de rendez-vous chez un professionnel, et donc de vaincre chaque épisode de douleur, de chez soi.

La santé, un secteur encore peu tourné vers le digital.

Lucine commence à être sollicitée par des donneurs d’ordre dans le milieu de la santé, tels que des maisons de santé ou encore des laboratoires qui commandent des applications Lucine selon leurs besoins et les patients suivis.

Mais le concept qui est encore en phase d’amorçage a besoin de prendre de l’ampleur et de faire parler de lui sur la scène régionale, et même nationale. Pour cela, Maryne Cotty-Eslous a organisé un Gala de Charité en Juin 2016 afin de se faire identifier dans son domaine, et sensibiliser ses invités à la problématique de la douleur. Lors de cette soirée, parmi les 200 invités figuraient des sportifs, des artistes, mais aussi de grands chefs étoilés qui proposaient un repas raffiné, au cœur de Darwin, où l’entreprise évolue. Cet événement, en plus de lui avoir donné une visibilité supplémentaire, lui a permis de récolter 8000€ nécessaires pour les travaux de recherche.

Elle a également profité d’un article dans le journal “La Tribune” qui lui a permis de s’exprimer durant un pitch d’une dizaine de minutes, ce qui, selon elle a permis véritablement de lancer l’aventure Lucine. Enfin, elle admet qu’il faut aussi être là où l’on ne nous attend pas, notamment lors d’événements plus importants ou l’on ne croise que de grands groupes. Cependant, le sérieux d’une entreprise comme Lucine permet de faire toute la différence et de se démarquer.

Pour mener à bien toutes ses recherches, elle travaille en collaboration étroite avec le laboratoire MICA, situé à l’Université Montaigne, et qu’elle considère comme son laboratoire de cœur, car il est résolument tourné vers la socio-anthropologie. Pour son développement pur, elle est aussi accompagnée par deux structures : Conserto, qui a développé un logiciel de e-santé qui conseille Lucine pour prendre les meilleures décisions techniques sur l’application et le site, et l’association Need Intelligence Artificielle qui agit sur le secteur recherche notamment sur l’IA et les datas scientists pour faire les bons choix rapidement.

 

“Tout le monde est touché à un moment par la douleur”.

Ce que Maryne Cotty-Eslous ne cesse de dire aux personnes qu’elle rencontre, c’est que nous sommes tous impactés par la douleur un jour, même indirectement, lorsque le douloureux chronique est un membre de la famille, ou de notre entourage proche. Ces personnes sont plus à même de comprendre le concept de Lucine et le soulagement que l’application peut leur apporter, et donc en parler autour d’elles. Depuis que le projet commence à faire parler de lui, l’engouement sur les réseaux sociaux est grandissant, de nombreuses personnes qui souffrent parfois de douleurs désirant essayer l’application afin d’aider Lucine à se développer.

Il y a en effet dans les demandes de ces personnes une véritable solution que Lucine pourra leur apporter. Mais un tel projet demande une quantité de travail très importante, rien que pour le travail sur l’intelligence artificielle, qui demande encore au moins 6 à 7 ans. Pour gagner du temps, Lucine cherche à catégoriser les pathologies afin de pouvoir rapidement apporter des solutions au plus de personnes possible, afin de pouvoir fournir un support suffisant aux donneurs d’ordre qui peuvent le diffuser à leurs patients. Le projet intéresse aussi les entreprises qui apportent leur soutien à Lucine, comme par exemple le Campement Darwin, Unitec, la fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la vocation, IBM, Conserto, AFVD, La Poste, ou encore Alogia.

 

Un projet Néo-Aquitain qui tend à s’envoler vers d’autres régions.

Depuis ses années étudiantes, Maryne Cotty-Eslous a assisté à un véritable changement dans l’économie en Nouvelle-Aquitaine : la région prend de plus en plus part à la recherche et les investisseurs sont plus proches qu’avant. Il s’agit là d’une dynamique nouvelle plus profitable aux entreprises.

Lucine est aujourd’hui épaulée par la région Nouvelle-Aquitaine mais aussi par la BPI, dans un “microcosme où elle a le temps de grandir”. La région est assez protégée de la concurrence en ce qui concerne la e-santé, et les écosystèmes permettent aux concepts complémentaires de s’apporter mutuellement des choses pour se développer au mieux, contrairement aux clusters, dans lesquels Lucine se tournera forcément à un moment donné.

La capitale, contrairement à Bordeaux, est beaucoup plus concurrentielle, avec un niveau très élevé, mais les investisseurs sont aussi plus nombreux. Ainsi, elle souhaite développer son activité aussi bien à Bordeaux pour se protéger de la concurrence et grandir à son rythme tout en s’implantant sur Paris pour solliciter les aides sans se noyer.

 

Lucine a récolté les fruits de ses efforts : Gagnante du Grand Prix Graine de Startup 2017, à Paris, elle remporte 10.000€ de dotation et une véritable mise en avant de son concept, mais aussi Coup de Cœur du Jury et gagnante du Grand Prix Spécial Anthony Morel lors de l’e-Health World à Monaco…

L’aventure Lucine ne fait que commencer, et déjà à l’horizon se projettent des opportunités et une réussite assurée. Une belle revanche pour les douloureux chroniques, qui pourront enfin avoir la vie qu’ils espèrent !

 

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business

 

Interview du 3 Mai 2017

 

Sources :

Photographie Portrait de Glwadys Le Moulnier

Site du concours Graine de Startup