MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

PORTRAITS D'ENTREPRENEURS

Mi Cielo, la pâtisserie sur-mesure

12 janvier 2017, Auteur : Bordeaux Business

Mi Cielo, c’est l’amour d’un couple pour la pâtisserie.

La passion d’une vie.

 

L’histoire d’un homme…

La passion de la cuisine, Diego CERVANTES l’a toujours eue. Après une formation à l’école Fernandi,  il devient apprenti chef à la Truffe Noire, un restaurant situé à Neuilly, et fait ensuite ses armes dans des restaurants étoilés en région Parisienne, commis de cuisine au restaurant Pavillon Ledoyen, situé rue des Champs Elysées, à côté du Petit Palais. Un univers passionnant qui pousse à l’excellence mais qui a aussi son revers, la quantité d’aliments gaspillés.  De quoi pousser Diego à prendre un peu de recul.

Il décide de quitter Paris en 2006, et de rejoindre son père au Mexique. L’occasion de faire un “break” et de s’éloigner de l’agitation parisienne, de la pression émanant de son rôle de Chef. Faute de moyens financiers, il se met à vendre des pâtisseries dans la rue, un concept qui marche plutôt bien auprès des Mexicains. C’est à ce moment-là qu’il  réalise sa passion de la pâtisserie. Il décide alors de retourner en France, afin de bénéficier des meilleurs enseignements pour pouvoir ouvrir sa propre pâtisserie au Mexique.

Il se forme au sein de la pâtisserie Angelina, sous l’égide de Sébastien Bauer, son mentor, où il restera 4 ans, en qualité de sous-chef. Dans cette pâtisserie, tout est rationalisé et les pâtissiers veulent avant tout se concentrer sur l’excellence des goûts, tout en étant très réactifs, et capables de réaliser jusqu’à 3500 gâteaux en une journée pour une brigade de 20 pâtissiers ! Sa formation achevée, il veut changer d’horizon, quitter Paris et découvrir la pâtisserie à l’étranger. A l’aide du Classement San Pellegrino, qui recense les 50 meilleurs restaurants du monde, il décide de mettre cap sur l’Afrique du Sud, pour travailler au Tasting Room at Le Quartier Français, situé à Franschhoek en qualité de Chef Pâtissier. Il sait que la pâtisserie Française et plus largement la gastronomie de France est très appréciée dans le monde, mais redécouvre d’une manière totalement différente celle qu’il a apprise à la pâtisserie Angelina. Si en France les pâtisseries sont très carrées et régulières, en Afrique du Sud il a appris la déstructuration totale, sans aspect rectiligne, mais sont tout aussi intéressantes en terme de goûts et d’idées.

Un an plus tard, il quitte l’Afrique pour revenir en France et retrouver sa famille. Il s’est mis à travailler pour le Chocolatier Jacques GENIN, qui souhaitait ouvrir des pâtisseries en Asie. Dans un premier temps très enthousiaste à cette idée, Diego se ravise, en quête de liberté. L’idée de créer sa propre pâtisserie est toujours présente. A la faveur de quelques vacances mexicaines,  il rencontre Blanca, sa future femme.

Et de là, tout s’enchaîne : recontacté par un ami d’enfance installé à Montpellier, il se voit proposer un poste d’associé dans un restaurant argentin qu’il accepte. Le restaurant fonctionne bien, mais Diego décide de partir pour Bordeaux avec Blanca, car la Belle Endormie semblait la plus propice à réaliser leur rêve commun.

 

… et d’une femme.

Blanca BERTELY, quant à elle, a suivi des études en Hôtellerie à Glion, l’une des meilleures écoles au monde dans le secteur. Spécialisée dans le luxe, elle travaille pour l’un des établissements de Gordon Ramsay aux Etats-Unis, ou encore au Waldorf Astoria Collection, depuis le Mexique au sein des grandes chaînes hôtelières Gourmet All Inclusif. Elle se lance ensuite dans la vente de formules à destination des agences de voyages et des tours operators . Elle part ensuite travailler sur la Riviera Maya, la côte mexicaine des  Caraïbes pour des très grands hôtels à l’image du Karisma Hotels & Resorts, puis rejoint Cancùn avec le groupe Azotea

Durant deux années, le groupe ouvre plusieurs restaurants, un hôtel, et une boulangerie qu’elle supervise. La ville de Cancùn est très touristique, avec un afflux constant de personnes qui viennent du monde entier, il s’agissait d’un travail très intense.

Lorsqu’elle rencontre Diego en 2013, il lui fait part de son envie de monter sa propre pâtisserie au Mexique, une idée qu’elle veut pouvoir concrétiser avec lui. Elle le suit en France pour aider au lancement du restaurant Argentin de l’ami de Diego, à Montpellier.

Bien que l’idée d’un restaurant monoproduit soit originale, Blanca trouve que cela manque quelque peu de créativité. Après avoir passé un an et demi à Montpellier, elle part s’installer à Bordeaux avec son mari, et ensemble, ils décident de fonder MI CIELO, la pâtisserie dont rêve Diego depuis de nombreuses années, où elle se chargera de la communication. Elle célèbre également des mariages au sein des châteaux bordelais, pour des clients français mais aussi étrangers, forte de ses connaissances en langue : elle est trilingue.

La pâtisserie du “Sur-mesure”.

Mi Cielo (“Mon Ciel”, ou “Mon Chéri” en Mexicain) est une pâtisserie installée le long des boulevards, au Bouscat, ouverte depuis Mai 2016. Le concept mise tout sur la qualité, car Diego ne crée des pâtisseries qu’avec des produits locaux et de saison. Il ne souhaite pas avoir d’invendus, il préfère le système de réassort avec des pâtisseries réalisées en petite quantité. Il s’engage à ne proposer que des créations faites sur place, avec des produits frais sans colorants et autres ajouts chimiques, car à travers les nombreuses expériences qu’il a connues à travers le monde, la pâtisserie doit être un plaisir gustatif où l’on sent le goût naturel de chaque fruit, de chaque crème que l’on mange. Il veut faire redécouvrir la pâtisserie en proposant des produits les plus allégés en sucre possible, car cela masque les goûts. De plus, il a créé des pâtisseries spéciales pour les personnes diabétiques, ou sans gluten… pour que tout le monde puisse se faire plaisir !

Le couple propose aussi du café biologique mexicain, un pays qui a une forte signification pour eux, mais aussi du thé et des jus de fruits, qui se marient très bien avec leurs gâteaux.

La pâtisserie Mi Cielo propose les ventes à emporter mais aussi la consommation sur place, inspirée des salons de thé. Les pâtisseries séduisent, l’entreprise fonctionne bien. Plus de 90% des ventes sont à emporter, de plus en plus de personnes offrant des pâtisseries lors d’un repas, ou pour les occasions spéciales, tels que les mariages, les anniversaires.

La qualité avant la quantité.

Au lancement de Mi Cielo, le couple voulait se lancer dans la conception de menus salés pour le déjeuner. Mais face au succès des pâtisseries, l’idée n’a pas pas eu le temps d’aboutir ! Diego veut présenter des produits de qualité, à prix modéré (vous pouvez trouver des pâtisseries fabuleuses à partir de 4,50€, quant des délices similaires se vendent à 9€ sur Paris), qui ravissent les palais les plus délicats ! 


Diego a fait le choix d’être plutôt réservé sur son nom et de mettre en avant une marque. Il a d’ailleurs choisi un Hibiscus comme logo, car il s’agit d’une fleur très connue au Mexique, utilisée notamment pour les thés et infusions.

Depuis peu, le couple propose son chocolat fait maison, en conditionnement 100g et pure origine (Blanc, au Lait et Noir).

Depuis l’ouverture, Mi Cielo commence à se faire un nom. Une clientèle qui vient le plus souvent grâce à la communication mise en oeuvre via les réseaux sociaux. Et une fois que l’on y a goûté, on y revient !

 

Cela vous met l’eau à la bouche ?

Rendez-vous à Mi Cielo,

13 Boulevard Pierre 1er

33110 Le Bouscat

http://www.micielopatisserie.com/fr/

https://www.facebook.com/micielopatisserie

AK / AZ – Bordeaux Business