Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business…
Le Media des Entreprises & des Entrepreneurs

Contactez-nous :
  • Aucun produit dans le panier.

Mobilier, Décoration, les “gagnants” de la crise

  /  BRÈVES   /  Mobilier, Décoration, les “gagnants” de la crise
Mobilier maison décoration cosy

Mobilier, Décoration, les “gagnants” de la crise

Alors que la France traverse une crise financière doublée d’une crise sanitaire, certains marchés se maintiennent à flot. C’est notamment le cas des marchés du mobilier et de la décoration, qui ressortent comme étant les gagnants de la crise. Comment est-il possible d’expliquer cette tendance alors que l’économie tourne au ralenti ? Le confinement dû à la Covid-19 a entraîné des envies de changements. En effet, vivre chez soi en permanence sans pouvoir sortir ouvre les yeux sur des soucis d’aménagements mais aussi, une lassitude de la décoration. Changements de domicile, mais aussi de meubles et de décoration ont alors le vent en poupe. La difficulté de trouver un logement dans certaines villes amène à d’autres solutions. Changer d’ameublement en est une parfaite.

Meuble et décoration, vers une tendance minimaliste

Chaque année se voit attribuer une tendance décoration différente, que ce soit pour la mode ou bien pour la décoration. L’année 2020/2021 démontre un retour vers une tendance minimaliste. Le mot d’ordre “Less is More” (1). Les espaces trop encombrés deviennent vite étouffants. Les consommateurs souhaitent renouer avec plus de place.  

Cette tendance est grandement inspirée des pays nordiques telles que la Norvège d’où vient la mode du Hygge. Ce mot décrit un état d’esprit apaisé et en accord avec soi même. Il passe aussi par l’ameublement de la maison. On y trouve des matières telles que du bois, de la laine ou de l’osier. Le mot cocooning est un mot d’ordre. La moindre petite chose à son importance cependant, il ne faut pas en faire, ni en avoir trop.

L’idée en 2020 est aussi de pouvoir délimiter des espaces ayant une fonctionnalité bien précise. Cependant, à l’image des appartements parisiens, le manque de place est une réalité. En 2018 un appartement moyen à Paris mesure 63,8m² contre 68,7m² pour Bordeaux (2). Il faut donc repenser la place et les surfaces d’habitation. De nouveaux meubles se développent. Un bureau peut rapidement se transformer en console décorative. D’une armoire, peut apparaître un lit qui se déplie. De plus, les clic-clac sont largement utilisés afin d’optimiser l’espace et notamment chez les étudiants qui sont un peu plus de 57 000 sur la métropole Bordelaise (3). 

Le seconde main, la décoration 2.0 

Ce n’est une surprise pour personne, la tendance est aussi à des objets de seconde main. Le Home staging, une mode fortement popularisée par l’émission de Stéphane Plaza, est une solution qui plaît. L’idée étant de recycler ses meubles ou bien ceux que l’on peut trouver dans la rue. Il n’est pas rare au détour d’une rue bordelaise de tomber sur une table basse ou un canapé. La Mairie de Bordeaux propose un service d’enlèvement des encombrants cependant, les Bordelais aiment récupérer les objets. 

Une étude de Statista de 2018 démontre que 52% des français achètent du mobilier et de la décoration de seconde main (4).

Certaines entreprises y ont vu une opportunité. A l’image de Geev. Une start-up 100% bordelaise qui a créé une application. Elle met en relation des particuliers souhaitant donner des objets avec d’autres particuliers souhaitant en récupérer. Grâce à cette initiative, il est possible de récupérer du mobilier mais aussi des objets de décoration. Depuis peu, Geev s’est aussi lancé dans le don de nourriture. Une démarche qui se veut donc solidaire. 

Toujours dans cette veine, l’entreprise bordelaise Cdiscount. Elle offre de récupérer des objets électroniques endommagés, de les réparer et de les revendre à moindre coût. L’entreprise travaille aussi de concert avec Geev afin d’inciter les acheteurs à donner l’objet qu’ils remplacent. 

A la recherche de la qualité Française 

La France est un pays connu pour sa capitale, sa gastronomie mais aussi pour la réputation de ses produits de qualité. Concernant la filière du mobilier et de l’ameublement, à l’échelle européenne, elle représente 6% de la production. Elle se place selon l’INSEE en 2018, en cinquième position après l’Allemagne et l’Italie (5).

Dans les critères de sélection des Français d’un meuble en 2017, arrivent en tête : de la fonctionnalité à 93%, de la durabilité à 88% et de la sécurité à 81% (6).

Acheter des meubles français c’est aussi consommer local. Cela permet de maintenir l’économie et la production. 

Si le géant IKEA est un des plus gros vendeurs de meubles en France, le pays compte de très belles marques telles que Gauthier, une entreprise Vendéenne. Preuve de l’attrait du Made In France, en 2016, 54% des français ont jugé attractive cette mention à l’achat d’un meuble.

Il est une chose certaine, la crise de la Covid-19 a fait naître chez de nombreux Français l’envie et le besoin de renouveau. Selon l’IFOP, 6% des déménagements qui ont eu lieu à la suite du confinement ont été motivés par ce dernier (8). Si déménager n’est pas chose aisée, l’autre solution est de réaménager les espaces. Durant cette période, nombreux sont ceux qui ont renoué avec le jardin et le mobilier d’extérieur. Des soucis d’aménagement ont aussi été mis en lumière, notamment à cause du télétravail. Des astuces existent telles que des tables basses avec un plateau qui se relève ou des secrétaires avec un plateau rétractable. Cette crise de la Covid-19 a déjà et continuera d’entraîner des changements dans notre quotidien. 

Sources :

1 – LES NOUVELLES TENDANCES DE L’AMÉNAGEMENT 2020 / 2021

2 – La taille des logements en France – Bien estimer SAFTI

3 – Université de Bordeaux Chiffres Clés – 13/07/2020

4 – Meubles neufs ou d’occasion : préférence des Français 2018 – Statista / Janvier 2018

5 – L’industrie française du meuble face à la concurrence européenne et chinoise

6 – Les Français veulent des meubles de qualité – Avise

7 – Made in France – Que pensent les Français – IFOP

8 – Ma Casa va craquer ? – IFOP

Les innovations et l'économie bordelaise sont des sujets qui me passionnent, j'apprécie en apprendre chaque jour. Via Bordeaux Business je souhaite pouvoir vous offrir un regard neuf et intéressé sur des problématiques culturelles et économiques locales.

X
%d blogueurs aiment cette page :