emplyés et équipe travaillant dans un openspace bordeaux business

Nouvelle-Aquitaine, des paradoxes du marché de l’emploi

Dernière mise à jour:

Nouvelle-Aquitaine, des paradoxes du marché de l’emploi

En croissance depuis déjà quelques années, le volume d’offres d’emploi a connu une forte hausse en 2019 : 13% de plus qu’en 2018 au deuxième trimestre, 19% au troisième, 34% pour le dernier trimestre. En France, selon Pôle Emploi, 1 établissement sur 4 envisage de recruter (1). Des proportions qui se retrouvent également en Nouvelle-Aquitaine puisque 27,4% des organisations annoncent a minima 1 projet de recrutement. Ces chiffres représentent une augmentation de 1,3 points en 2019, au-deçà des +3,1 points de 2018, mais toujours positive. (2) Dans le même temps, l’évolution des intentions d’embauche, pour la région, grimpe à 257 721 projets en 2019. C’est 32 790 de plus qu’en 2018.

Pour autant, si les chiffres de l’emploi sont encourageants, force est de constater que l’offre ne rencontre pas toujours la demande et que la dichotomie entre emplois proposés et postes recherchés n’a pas fini de s’accentuer. De plus, la crise de la Covid-19 est venue mettre de plomb dans l’aide à ces perspectives. Le nombre de demandeurs d’emploi augmente ainsi de 9,5% en juillet 2020 par rapport à la même période l’année précédente.

Croissance du nombre d’offres d’emploi

En matière d’offres d’emploi, selon le baromètre 2019 RegionsJob / ParisJob (3), l’Île de France, la région PACA et l’Occitanie se partagent le podium avec respectivement une augmentation du volume d’offres de 34%, 30% et 22%. La Nouvelle-Aquitaine arrive en 6ème position avec 15% de croissance.

Pourtant, avec 372 929 offres (4), la région remonte en 3ème place du classement et représente toujours l’une des régions où la demande de nouvelles recrues est la plus forte (3).

On note tout de même une forte disparité d’un département à l’autre, le paysage économique étant très divers dans la plus grande région de France. Ainsi, si le Lot-et-Garonne a bénéficié d’une croissance de +37%, suivi de près par les +32% des Landes et de la Dordogne, c’est la Gironde et ses 14% de croissance qui représente 28% des offres d’emploi de la région.

La baromètre Jobi Joba dresse le classement des villes de la Nouvelle-Aquitaine qui proposent le plus d’emplois. Bordeaux arrive en tête avec 37 989 offres, suivi de Mérignac et ses 9 554 offres, Poitiers (8.036 offres), La Rochelle (8.016 offres), Pau (7.492 offres), Limoges (7.374 offres), Niort (6.978 offres), Angoulême (4.991 offres), Pessac (4.638 offres) et Bayonne (3.956 offres).

En mars 2020 toutefois, le nombre d’offres d’emploi a chuté de près 30% avant de remonter à un niveau proche de l’avant crise courant juin (4). Le second confinement sonne une nouvelle fois une baisse brutale du recrutement. Il est encore trop tôt pour connaître son impact sur le long terme.

candidats marché emploi recrutement nouvelle-aquitaine bordeaux
La croissance du marché de l’emploi est mise à mal par la crise et devra être étudiée sur le long terme pour en connaître les retombées.

Emploi, inadéquation de l’offre et de la demande

Si l’offre est abondante (hors crise), tous les secteurs et tous les métiers ne sont pas concernés. Ainsi, à l’unanimité, les différents acteurs de l’emploi et du recrutement révèlent que le recrutement est dominé par des secteurs tels que l’Ingénierie Industrielle, la Production et la Maintenance, et le commercial. Viennent également s’y ajouter le secteur de la construction et de la santé.

Dans ces secteurs, les profils les plus recherchés sont des techniciens de maintenance, des électriciens, des infirmiers, des commerciaux terrain et des développeurs web (Jobi Joba). Des compétences peu répandues qui ne facilitent pas le recrutement.

En 2019, plus de la moitié des projets de recrutement sont jugés comme “difficiles”. Soit par manque de candidats qualifiés (déficit de compétences), soit par manque de candidatures (déficit d’attractivité). Un chiffre qui grimpe à 72,9% pour le secteur de la construction. (1) (2)

Dans le même temps, les types de contrats proposés ne semblent pas rencontrer un franc succès. Ainsi, près de 75% des offres sont des CDI, soit une croissance de 20% par rapport à 2018. Pourtant, là où le Saint Graal était de décrocher un CDI, ce n’est plus ce qui semble plaire aux nouvelles générations, et notamment aux Millenials.

Cette génération, qui d’ici 2025 comptera pour les trois quarts des actifs, aspire à davantage de liberté et d’autonomie (7). Outre l’envie d’entreprendre, c’est surtout la dynamique du changement qui pose souci dans le cadre du recrutement sur le long terme. D’après CornerJob, moins attirés par le salaire que l’épanouissement personnel, 47% d’entre eux ont changé d’entreprise après 3 à 5 ans et près d’un quart ne se voit pas conserver son emploi pendant plus de 1 à 2 ans. Une tendance de fond qui ne facilite pas l’emploi durable.

Dans ce contexte, se pose la question de la marque employeur, des valeurs des entreprise ; et d’un changement d’approche RH, au profit notamment du recrutement boomerang.

Formation, entre désamour et initiatives

Outre ces changements sociétaux, on note également une nouveauté plus surprenante en 2020. En effet, les demandeurs d’emplois seraient de moins en moins diplômés. Selon Qapa (7), les candidats non diplômés représentent 21% des demandeurs d’emploi en 2020 (contre 15% un an plus tôt). La baromètre dresse le même tableau pour les autres niveaux d’études. CAP, BEP ou équivalent tombent de 29% à 27% ; les titulaires du Bac passent de 21% à 17% ; les Bac+2 chutent de 23% à 14%. Seules les diplômés de plus longues études (Bac +3 à Bac +5) se font légèrement plus nombreux.

A l’heure où les entreprises recherchent des profils qualifiés sur un marché de l’emploi tendu, un tel constat a de quoi perturber. D’autant que, dans le même temps, des initiatives nationales poussent les jeunes à se former et les actifs à ne pas se laisser dépasser. C’est par exemple le cas du Groupement “Mon Conseil en Evolution Professionnelle” (7) qui cherche à accompagner les actifs (notamment) dans la définition de leur plan de carrière et sa mise en œuvre. Présent en Nouvelle Aquitaine, le groupement concentre quelques 45 sites principaux, 19 sites secondaires et 49 sites relais pour être au plus proche de ses 3 millions de travailleurs cibles et du monde du travail local.

Covid-19, un impact durable sur le marché de l’emploi en Nouvelle-Aquitaine ?

En Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi baisse légèrement au troisième trismestre (-1,1%). Toutefois, sur l’année, la hausse du nombre de demandeurs d’emploi revient à 4,4%. C’est légèrement en dessous des chiffres nationaux (+4,7%). La tendance est très similaire en Gironde. Ainsi, on compte +4,7% de demandeurs d’emploi par rapport à l’année dernière.

Carte France répartition des effectifs en activité partielle en juin 2020
Répartition des effectifs en activité partielle en juin 2020, Ministère du travail (11)

Ces chiffres sont à prendre avec recul car ils ne reflètent pas la réalité du marché de l’emploi actuellement. Et pour cause, beaucoup de licenciements et de fermetures d’entreprises ont été empêchés (ou repoussés) par les aides de l’Etat. Ainsi, il est possible que nous assistions à un rééquilibrage dans les mois à venir. Actuellement, les dispositifs d’activité partielles ont permis d’amortir le choc de la crise de la Covid-19. L’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes compte le plus de salariés indemnisés en activité partielle. 31% en IDF et 11,6% en Auvergne-Rhône-Alpes. A titre de comparaison, ils sont seulement 6,6% en Nouvelle-Aquitaine. Au total, c’est près de 4 500 000 salariés qui auraient été en activité partielle en juin. Cela représente environ des salariés du privé.

Sources

  1. Pôle Emploi, BMO (Besoins en Main d’Oeuvre) 2019
  2. Pôle Emploi, BMO Nouvelle Aquitaine 2019
  3. Hello Work, Baromètre emploi RegionsJob/ParisJob, Bordeaux, le 24 janvier 2020
  4. Baromètre du marché de l’emploi : la reprise se confirme, RégionsJoB, étude publiée le 26 juin 2020
  5. Communiqué de presse “Jobijoba présente le « Baromètre 2019 de l’emploi en région Nouvelle-Aquitaine”, 4 février 2020
  6. Apec, “Les millennials, portrait d’une génération”, 25 octobre 2019
  7. Qapa, Communiqué de presse – Baromètre de l’ emploi en Nouvelle-Aquitaine “De moins en moins de demandeurs d’emploi diplômés en 2020”
  8. Mon Conseil en Evolution Professionnel, Dossier de presse 2020
  9. “Demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi en Nouvelle-Aquitaine au troisième trimestre 2020”, DIRRECTE
  10. “Demandeurs d’emploi inscrit à Pôle Emploi en Gironde au troisième trimestre 2020”, DIRRECTE
  11. Situation sur le marché du travail au 20 août 2020, Ministère du travail
Plus d'articles
Affichage publicitaire métro
L’affichage publicitaire, un outil stratégique pour l’entreprise
X