NOVAQ 2018 à Bordeaux – L’innovation au service de l’Humain

NOVAQ 2018 à Bordeaux – L’innovation au service de l’Humain

Les nouvelles technologies au cœur d’un événement régional

Au cœur d’un économie en plein bouleversement,  les évolutions technologiques sont devenues majeures, tant pour les entreprises que pour la Région Nouvelle-Aquitaine. En ce sens, le Festival NOVAQ, organisé par l’Agence du Développement et de l’Innovation (ADI) Nouvelle Aquitaine, se tenait simultanément du 13 au 15 septembre à Limoges, Poitiers et Bordeaux. Entre conférences, pitchs d’entreprises, ateliers, spectacles de drones et démonstrations techniques, les journées du Festival NOVAQ étaient placées sous le signe de l’innovation.

La première journée de l’édition 2018 du Festival NOVAQ s’est déroulée le jeudi 13 septembre dernier au Hangar 14 (Quai des Chartrons), à Bordeaux. L’ADI mettait en scène un événement professionnel « grandeur nature », au sein d’un lieu modulable de plus de 5400 m² modulables, permettant la mise en place de nombreux salons et animations audiovisuelles.

L’événement débutait par les discours d’inauguration d’Alain Rousset (Président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine) et de Nicolas Sekkaki (Président du groupe IBM France). En suivant, Antoine Bordes (Directeur du laboratoire d’Intelligence Artificielle de Facebook France à Paris) animait une conférence relative aux nouvelles éthiques pour l’incorporation de l’Intelligence Artificielle dans le monde du travail.

Ce dernier a d’ailleurs animé un débat au côté d’Etienne Klein (Directeur de recherches au Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives) pour « l’innovation autour du bien commun ». D’autres conférences relatives au Transhumanisme, à la Smart City et aux Neurosciences ont également eu lieu. Le Groupe LEGRAND avait également répondu présent, depuis Limoges, pour exposer leurs dernières applications industrielles.

L’adaptation des concepts innovants dans les milieux de notre quotidien (naturel, urbain ou professionnel) est l’un des enjeux de l’Homme face à la machine, dans le cadre de la transition numérique.

La compétence humaine, un élément essentiel pour incorporer l’innovation en entreprise

Lorsque l’on parle d’innovation, on pense tout de suite à des innovations d’ordre technologique. Or, le facteur humain est essentiel. En effet, l’innovation technologique va de paire avec le pilotage d’une personne compétente.  Si la réalisation technique d’une tâche peut nécessiter l’utilisation d’une innovation matérielle, la réflexion, les procédures et la stratégie d’entreprise restent des domaines dans lesquels l’être humain reste le plus compétent. L’implication de plusieurs collaborateurs pour le bon usage de l’innovation requiert en outre une certaine transparence et une fluidité de l’information. En ce sens, les entreprises utilisent de plus en plus des outils innovants de pilotage et de planification qui leur permettent d’améliorer la gestion de leur projets.

Globalement, l’innovation s’avère un rempart indispensable face à la concurrence, tout autant que l’agilité organisationnelle et l’investissement des équipes, au sein de projets de plus en plus interdépendants. Une approche déjà initiée dans les années 80, avec le développement du « Design Thinking », à Stanford. Il s’agit d’une méthode collaborative visant à mobiliser et concentrer l’intelligence collective sur les solutions à offrir, plutôt que sur la résolution des problèmes.

Ainsi, dans la lignée de cette approche, Grégoire D’Erceville, Directeur Commercial de Cybedroid, spécialisé en robotique, a insisté lors du Festival NOVAQ sur l’importance de la collaboration et de l’échange pour la conception de nouvelles technologies intuitives et adaptées aux besoins de l’Homme. C’est-à-dire que l’utilisation de la technologie doit être mise en place par l’être humain et pour l’être humain. Le Festival NOVAQ était ainsi l’opportunité de joindre le geste à la parole, afin de permettre aux entreprises de confronter le public à leurs innovations.

Entre robots intelligents, machines, outillage portatifs et objets connectés, de nombreuses activités ont donc pu être représentées : l’aérospatial, le cerveau ou encore « l’économie bleue » (préservation des milieux océaniques). Au bout du compte, un constat édifiant ressort du Festival NOVAQ :  malgré l’importance de la technologie dans des secteurs prometteurs de l’économie, le facteur humain est bel et bien la ressource la plus précieuse pour les organisations.

 

Anthony NSANGUE – Alexandra ZWANG SIARNOWSKI
BORDEAUX Business

Sources :

Site de l’ADI

www.novaq.fr/

 

1 Commentaire
  • JEAN MASSONPIERRE
    Posté à 10:23h, 09 octobre Répondre

    Sujet intéressant et une conclusion rassurante qui donne plein d’espoir.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X